Menu

Dossier 2016 : faut-il toujours s’inscrire à un site de rencontre, et si oui lequel ?

site-rencontre-prejuges choisir-site-rencontre site de rencontre : gratuit ou payant chosir son pseudo pour un site de rencontre choisir sa photo pour un site de rencontre

rédiger son annonce sur un site de rencontre remplir son profil sur un site de rencontre faire son marché le premier message la première rencontre

1er janvier 2016. A y regarder de près, mes nouvelles résolutions diffèrent finalement assez peu des anciennes de 2015.

  1. Oublier Marie,
  2. Trouver enfin une technique pour tisser du lien social (que j’ai perdu pendant les 3ans passés avec Marie),
  3. Trouver la perle rare (au moins aussi perle que Marie, voire mieux),
  4. Ralentir ma consommation de séries US,
  5. Oublier Marie

Flashback de 24h, soit le 31 décembre 2015

comparatif-sites-rencontre-1

Le champagne a coulé à flot, Marie était magnifique malgré notre rupture du mois dernier. Elle m’emmerde, avec ses talons et sa jupe fendue. Je pensais qu’elle serait un tout petit peu affectée, et, oui d’accord je l’admets, j’espérais aussi que le break, éclairé par marraine la bonne fée de la Saint-Sylvestre, s’arrêterait à minuit, et que Marie-Cendrillon se jetterait à mon cou pour m’embrasser profondément comme si rien n’était jamais arrivé. Non, rien de rien.

Dans la réalité, ça ne s’est pas tout à fait déroulé comme ça. Marie-Cendrillon était lumineuse, rieuse, légère et insouciante, quant au beau prince charmant c’était tout bonnement mon voisin de table. Les amis de Marie étaient mes amis, nous étions tous deux invités à ce superbe réveillon chez Sandrine et Damien, 15 ans de mariage et amoureux comme jamais. Marie, cette *%@#*8$*, refait sa vie en direct sous mes yeux. Tout le monde rit. Tout le monde chante. Tout le monde danse. Tout le monde sauf moi, bien sûr.

00:45. Je me casse et je tourne la page.

Si je voulais forcer le trait, j’ajouterais que, dehors, il pleut. Mais alors, trop fort serait le trait, et vous ne me croiriez plus. Or justement, j’en ai besoin, que vous me croyiez, pendant tout le reste de ce dossier site de rencontres en forme d’histoire.

Plongée dans les (anciens et nouveaux) sites de rencontre 2016

2 janvier : mon smart phone comme bouteille d’oxygène

Bon je n’ai certes pas arrêté de fumer, mais j’ai rendez-vous avec un vieil ami que j’avais recroisé une fois par hasard dans la rue, et qui m’avait vanté les mérites des sites de rencontre, du potentiel extraordinaire de l’outil, et du sacré vivier de femmes « en attente ». Quand je lui avais demandé, naïvement, l’objet de cette « attente », il avait rétorqué au tac au tac que l’objet c’était moi. Ou des types comme moi. Ce qui m’avait, je peux maintenant l’avouer, fait sentir rudement bien, l’espace d’une seconde ou deux.

A vrai dire, je me sentais bien loin, et surtout bien à l’abri de tous ces sites. J’écoutais donc ses récits fantaisistes et enjoués avec détachement. A aucun moment il ne m’était venu à l’esprit de faire le moindre parallèle avec un vague désir ou besoin d’y avoir un jour recours.

Cyril avait toujours eu cette facilité à la légèreté, à l’engouement communicatif. J’ai donc profité, hier, d’être un 1er janvier, date de changement de cap, pour l’appeler et pour lui dire, entre autre, que j’avais besoin de quelques conseils en lien avec internet et ses « pouvoirs magiques ». Il était ravi et m’a de suite proposé un rendez-vous pour le lendemain, se gaussant sans doute déjà, d’être une référence en matière de rencontres virtuelles, et de pouvoir venir en aide à un pauvre mec esseulé et largué (dans tous les sens du terme).

Seul à une terrasse de café

Je suis à la terrasse d’un café lyonnais. Je me sens con, je me sens seul, et j’ai pourtant le sentiment que Cyril va marquer un tournant décisif dans ma vie de mec. Mille idées me traversent l’esprit, mille envies aussi. Je m’imagine déjà, cet été, avec une nymphe à mes côtés sirotant un mojito sur une plage à Cuba. Je me vois, entouré de jolies femmes artistes à des vernissages… je me projette en compagnie de cette femme aux cheveux longs et aux tâches de rousseur, élégante, sauvage, sensuelle et fragile sur les pentes glissantes d’un désir commun de sexualité torride. Le voilà.

Deux heures. Nous avons passé deux heures dans ce café vide, à enchainer les apéros et à griffonner intégralement mon bloc note. J’ai noté, j’ai tout noté. Ce mec est une encyclopédie actualisée vivante, un chercheur, un investigateur, un flic de la toile en civil et bénévole, un monomaniaque obsessionnel. Je suis totalement has been et je m’en rends compte.

En quelques années, en même pas dix ans finalement, le monde s’est métamorphosé. J’ai l’impression de me réveiller d’un long coma et d’ouvrir les yeux sur un monde mutant.

« Tu as un smart phone ? Ton ordi est récent au moins ? Tu as un compte Facebook, Twitter, Linkedin ? Tu as un email quand même ? Bon ben, mon p’tit Hervé, au boulot hein ?! »

Je suis dépité, un brin agacé, il me semble que la terre à tournée sous mes pieds au moins dix fois en quelques heures. J’avais pressenti que ce rendez-vous serait important pour moi, mais là, c’est un voyage presque spatio-temporel que je viens de réaliser.

« On se tient au courant, et commence par le commencement, achète toi un bon pc et un smart phone »

Tout ne serait donc plus qu’applications, contacts et cyber amis, réseaux sociaux, sites en tout genre pour tout et n’importe quoi, un achat, un service, une envie, un désir, un renseignement ? Finies, donc, les parties de tarot entre amis jusqu’à plus d’heure.

5 janvier : 5 comportements contemporains sur les réseaux sociaux

Il m’a fallu quelques jours pour prendre une décision quant à la suite que je voulais donner à ma vie. Soit je restais tranquillement et confortablement installé dans mon univers et mes acquis, au risque de m’y engluer et plus clairement d’être confronter chaque jour à mon image en échec, soit je décidais de les révolutionner, d’assumer mes désirs sociaux, sexuels et professionnels et pour cela il fallait forcement que j’opère une forme de métamorphose de cloporte, pour organiser, et mettre en place mes nouvelles dispositions.

Décision prise, le nouvel Hervé montre patte blanche à son nouveau smart phone et c’est parti. Les leçons basiques de Cyril :

Leçon 1

Aujourd’hui on joue via une application avec ses « amis » tout en se téléphonant, tout en écoutant de la musique qu’on se partage, tout en invitant tous nos autres amis à écouter ce qu’on écoute et à jouer avec nous. On accompagne tout cela de petits sigles pour montrer qu’on est content.

Leçon 2

Si on croise une jolie fille, un collègue, un vieil ami, une connaissance, rapidement, on lui demande s’il a un profil Facebook et si on peut faire parti de son réseau. On publie tout aussi rapidement, en ligne, son contentement de se compter parmi ses nouveaux amis, on inspecte sa vie, on commente et on se fait commenter.

Leçon 3

Il faut régulièrement envoyer une photo de l’instant, tout en lisant ses twitts concernant les derniers potins de tous les médias (Exemple : on peut très bien annoncer son célibat avec humour et faire un lien vers ce buzz people), on copie on colle on annonce on diffuse, on raconte on montre. Ouf

Leçon 4

Les amis des amis sont nos amis, tous on la possibilité de donner leur avis sur la musique que j’écoute à 15h03, et tous peuvent rire et commenter mes choix mes goûts que je me dois d’exposer librement…

Leçon 5

A tout moment je peux bloquer, verrouiller, limiter l’accès à mes infos et à mes contacts. La liberté. Enfin, la liberté à l’américaine.

Je ressors mon bloc-notes et je m’attaque à la partie rencontres, sorties et sites de rencontres. Le nouvel Hervé va se confronter à la réalité du fameux « vivier de femmes en demande » et par la même à sa propre image.

Mais pour cela, il faut que j’intègre totalement l’idée que mes fondamentaux sont à relooker (je l’avais écris en majuscule sur mon petit carnet et Cyril me l’avait souligné !) Il avait enchainé d’ailleurs sur un sujet absolument primordial pour la suite de ma vie et qui m’avais vraiment interpellé.

« Attention, je t’assure, la drague et les rencontres sur internet en lien maintenant avec la notion de temps, tu verras ! Si tu veux pas passer pour un vieux crouton, si tu veux pas te faire constamment doubler il faut que t’aille à la même vitesse voire même plus vite que tes concurrents, tes contacts ou tes convoitises. Il faut que t’intègre la notion d’urgence et de présence partout et à tout moment ! Voilà la vraie et grande nouveauté Hervé ! »

On ne part plus à la « pêche des rencontres Internet » dans un vide social

comparatif-sites-rencontre-5

Les temps ont changés ? Oh oui, il a absolument raison, et le nez dans mon smart phone ou sur mon ordinateur m’ouvre très clairement les yeux.

L’espace-temps a lui aussi changé et notre rapport au temps qui passe également. Il me semblait, jusqu’à maintenant, qu’il m’était nécessaire de prendre mon temps justement. Pour sans doute pouvoir assimiler, comprendre et rebondir. Le temps de la réflexion, de la transformation, de l’action, de l’évaluation et de la réorientation. Je pensais que la mise en place du bonheur s’inscrivait dans le long terme.

Mais aujourd’hui, il semble que les gens dans leur ensemble, relayés par les médias sans doute, attendent des réponses immédiates. Les outils de communication et d’information modernes (ordinateur, internet, téléphone) ont profondément modifié nos comportements, allant pratiquement jusqu’à supprimer le besoin d’anticipation et en nous plongeant dans l’univers de l’immédiateté de l’instantanéité : achats 24h sur 24h sur internet, communication permanente par le biais des téléphones portables, des emails, accélération des échanges, de la mobilité.

Je vais utiliser tout ça avec parcimonie et recul, je vais le prendre en compte mais je ne suis pas convaincu qu’il faille absolument tout intégrer. Je pense très sincèrement que les conséquences de cet impératif de l’immédiateté peuvent être dévastatrices en tout cas, pour ce qui me concerne, elles vont quand même vraiment à l’encontre de mon mode de fonctionnement. J’ai un peu peur qu’elles mènent à moyen ou à long terme au stress, à l’isolement social finalement, burn out, abolition des frontières entre sphère publique et sphère privée, consommation effrénée avec besoin de satisfaction immédiate. Le manque de temps et du temps long, l’absence de continuité, ne sont-ils pas des ennemis redoutables ?

Mais qui dit rencontres sur internet dit forcement, prise en compte de tous ces paramètres aujourd’hui !

Si j’ai bien compris, il me faut être populaire virtuellement d’abord?

Je comprends alors concrètement que les rencontres sur internet ont-elles aussi évoluées en quelques années.

Le discours de Cyril a quelque peu changé par rapport à notre dernière entrevue sur les rencontres via le net. Avant même d’être inscrit sur un site de rencontre il faut avoir un lien virtuellement social. Il faut le construire et/ou le fabriquer.

22 janvier

J’ai passé 15 jours à me créer un Facebook, j’ai maintenant plus de 120 amis virtuels, quelques belles photos et j’apprends à m’afficher, à me raconter, à commenter.

J’ai légèrement sublimé mon métier d’accordeur de pianos et de prof (de piano), et j’améliore mon score à Candy Crush tous les jours. J’ai pris la décision de demander en amitié des personnes faisant parti de près ou de loin à ma profession. Je trouve que ça fait plus logique, plus chic et moins mendiant ! Je passe maintenant à la phase « où se trouve ma nymphe de Cuba ? »

J’ai bien compris que la toile regorgeait de sites de rencontres en tout genre. Bien sur il y a toujours les grands classiques que je connaissais de nom, pour avoir vu ou entendu, entre autre, leur publicité à la télé, à la radio ou dans les journaux. Pas évident de faire une sélection. Je regarde donc les statistiques, pour mieux comprendre et me faire une idée plus précise du large choix qui m’est proposé

Site payant? Site gratuit?

Une autre de mes préocupations est celle du tarif. Site payant ? Site gratuit ? Je ne sais pas trop ce qui est le mieux en fait. L’avis de ceux qui ont essayé est donc intéressant, je m’y suis penché.

A ce sujet, lire :

Je comprends aussi, et rapidement qu’un site gratuit permet à n’importe qui, rapidement et facilement de se créer un profil, et je crois comprendre, en lisant notamment des témoignages, qu’il ya beaucoup de faux profils sur ces sites. Profils qui sont généralement alléchants, voir excitants et qui sont en fait là comme couverture pour de la prostitution sous tous ses aspects.

Une autre tendance qui sévit sur la toile et les sites gratuits depuis quelques années, ce sont les « brouteurs ». Ils se connectent généralement depuis un pays d’Afrique francophone et simulent un profil et tout ce qui s’en suit. Ils arrivent généralement à vous appâter par de bons arguments (généralement physiques) et s’amusent quelques temps pour au final, d’une manière ou d’une autre vous demander d’envoyer de l’argent.

Une petite idée des tarifs en vigueur ?

Et puis il y a tout un tas de nouveaux sites qui ont fait leur apparition sur le net ces dernières années, comme par exemple Meetup, plus recentrés et spécialisés sur l’âge, les régions, les religions, les goûts, les activités, les idéaux… On pourrait dire qu’il s’agirait là d’une forme « d’endogamie virtuellement assistée » (Pascal Lardellier, auteur de Le coeur net. Célibat et amours sur le Web)

Un lien que j’ai trouvé pertinent sur les sites de rencontres, attention aux dangers des sites de rencontre. A croire que ce monde se ghettoïse, se compartimente, se restructure différemment.

Etrangement j’ai le sentiment que mieux on est dirigé et plus on est seul. En effet je m’aperçois qu’en me renseignant un peu sur les chiffres du jour, on arrive à une explosion du marché de la rencontre internet avec plus de 2000 sites de rencontre en France et on serait ainsi plus de 15 millions de célibataires. Le business de la rencontre n’aura jamais été aussi juteux. Cyril me disait justement que 90% des célibataires aujourd’hui étaient inscrits sur un ou plusieurs sites de rencontre.

Le dialogue, la communication et la rencontre virtuelle se sont donc totalement démocratisés en quelques années . Pour exemple, les seniors, qui pourtant n’ont certainement pas la même facilité à communiquer via internet que les ados, ont eux aussi leurs sites de rencontres, et qu’il est tout à fait de bon ton pour eux de dire calmement :

« J’ai rencontré Huguette sur internet et on s’est rapidement échangé nos Facebooks »

1er février : je décide de m’avouer mon (ardent) désir sexuel

Je suis en manque, j’ai envie de tout, là, tout de suite, ce soir. Une fille dans mon lit… Je vais sur n’importe quel site et je baise ce soir ? Faut que je me calme. J’ai fais preuve de méthodologie jusqu’à maintenant, je ne vais pas tout foutre en l’air Je vais sur google et je tape spontanément « je nique ce soir ». Une flopée de sites en tout genre me sont proposés, des forums, des articles… Je retiens celui de Kamikaze : je nique sur Meetic (et je suis un salaud).

Je réalise justement, en lisant cet article, que c’est LE truc à ne pas faire ! Et que c’est sans doute, d’ailleurs, Le piège dans lequel il ne faut pas tomber ! L’envie, le désir, le manque, et les marchands de bonheur apparaissent comme par enchantement en un clic, le principe de

« Tu le veux, tu l’as ! »

Le tout, n’importe quoi, n’importe quand avec n’importe qui et de n’importe quelle façon ne fonctionne pas dans la vie et encore moins sur internet. Alors il faut que je me calme. Je vais prendre une douche, je vais me coucher. Demain il fera jour.

2 février : je me demande quel type de rencontre je veux vraiment sur Internet…

Mon esprit est clair ce matin. Je me suis rendu compte cette nuit, qu’il me fallait, avant même de m’inscrire sur quelque site que ce soit, répondre à une question évidente  : qu’est ce que je veux, comme type de rencontre ? J’ai laissé, je l’avoue parler mes bonnes grosses hormones mâle et ma réponse a été simple. Je veux m’amuser, séduire et mettre les plus de jolies filles dans mon lit. Et oui, après Marie, je vais laisser un peu de temps passer avant d’envisager une relation sérieuse ou une histoire de couple. J’ai envie et besoin de mieux me connaitre, de me positionner et de m’amuser. Je n’y resterai peut être pas très longtemps, mais il faut que j’essaie cette méthode.

Ces dernières années à vivre en couple, et à ne sortir que pour aller accorder quelques pianos et donner des cours ne m’ont finalement pas vraiment permis de voir que le monde actuel et ses codes avaient réellement changés.

Il fallait faire un choix, j’ai choisi Meetic

comparatif-sites-rencontre-3

Dans ces couloirs fantasmatiques aux centaines de portes, je décide d’en franchire une, la première, celle du site Meetic, sans doute le plus connu de tous. J’avoue avoir hésiter avec Adopteunmec et eDarling. Il fallait faire un choix, j’ai choisi Meetic. Je suis d’une nature curieuse, et avant de m’y inscrire j’ai voulu avoir un aperçu de ce qu’on pouvait y vivre, de ceux qu’on pouvait y croiser, de ce qu’on en dit et de ses éventuels dangers et pièges que j’aurai à déjouer. L’article de « Kamikaze », cité un peu plus haut m’a paru juste et logique finalement. 1, 2, 3… C’est parti !

Une fois sur la première page de leur site je m’aperçois que évidemment Meetic a son Facebook, et évidemment il y a l’application meetic, Cyril avait raison, la tendance du moment, les apps et les réseaux sociaux, et d’après lui ça change quand même pas mal la donne.

La nouvelle application iPhone Meetic 2.0 est disponible sur iTunes ! À télécharger de toute urgence pour découvrir le nouveau mode Shuffle. Ca me fait marrer 5 minutes.

La tendance aujourd’hui voudrait que les sites tels que Meetic soient plus « socialisants » plus enveloppants, plus à l’écoute, plus interactif, qu’ils aient un rôle paternaliste et rassurant, pour toutes ces raisons, ils ont mis en place les « mags ». Ils paraissent ainsi plus proches de vous sans doute, sur les photos il n’y a que des sourires et des canons, un peu comme la Caf qui édite le Mag Caf et vous montrent des familles épanouies et riantes.

Riche de tout ce que je sais, j’ai cliqué sur « Je valide mon inscription ».

17 février : comme tout le monde, je mens

Je suis aujourd’hui un meeticien à part entière. J’ai farfouillé et fouiné , j’ai lu, j’ai pâli parfois, j’ai aussi souris et même ri. J’ai légèrement triché, J’ai fait des choix avec méthodologie dans les premiers échanges. J’ai joué aux absents. J’ai fait preuve d’originalité et de pragmatisme dans des situations qui ne l’étaient parfois pas.

A 20 :30 je rencontre Mathilde. Ma toute première rencontre et demain Luciana à 13h.

27 mars : Oh Marie, si tu savais…

Marie, où es-tu ?

En fait, c’est toi que je recherche et c’est toi que j’ai envie de trouver. Toi, tes petits seins, ton implantation de cheveux en forme de cœur, ton odeur qui n’existe nulle part ailleurs, tes longs silences quand tu dessines, ta gestuelle quand tu bois ton thé au miel.

Je te cherche comme Stéphane Rose cherchait des rousses.

14 avril : mes statistisques

J’ai rencontré 48 filles, pour 9 rapports sexuels. 2 sortaient du lot.

Internet m’apporte le nombre, le vivier en quelques sorte comme dirait Cyril. La méthodologie, la technique, la pratique m’apporte plus de qualité dans ce nombre. Mais finalement, ce jeu adictif, ces rencontres, ces mots et ces sourires m’ont étrangement coupé du monde. Le monde dans lequel je m’ennuyais parfois, le monde dans lequel je ne connaissais pas grand monde, le monde dans lequel je me sentais vivant finalement.

Les sites de rencontre ont envahi mon espace-temps. Et m’ont scotché dans plus de vide et de manque que n’importe quel Casino, jeux vidéo, alcool, clope, ou drogues dures auraient pu le faire. L’ordi à la maison était devenu mon chien de compagnie, mon centre de gravité, ma bibliothèque, ma ludothèque, mon petit troquet… Mon smart phone était la chienne de mon chien…

Aujourd’hui c’est le printemps. J’ai vu quelques mini-jupes et quelques jolis escarpins se promener sur le goudron de Lyon. Quelques terrasses ont réouvert et je bois un café en me sentant beaucoup moins con.

Dossier rédigé par Jeanne et (péniblement) mis en page par Stéphane, qui plusieurs fois a proféré des grossièretés à l’encontre de WordPress

6 commentaires

  • .

    48 filles en 2 mois… ! Cela signifie 1,2 rencontre par jour… ! Je suis peut-être naïve, mais comment peut-on avaler, bouffer, ingurgiter, autant de rencontres… sans avoir envie de vomir ?!!! Moi qui suis du côté féminin, j’ai dû mal à comprendre (mais les femmes peuvent aussi prendre ce chemin….cela dit) La rencontre, n’est-ce pas la découverte de l’autre, n’est-ce pas ce temps délicieux où l’on sent le désir de l’autre monter, n’est-ce pas un échange d’un être humain avec un autre être humain… ? Mais pourquoi laisser l’animal prendre le dessus ? Pourquoi laisser l’outil technologique mener la danse ? … Moi qui suis sur un site de rencontres, je suis éberluée par autant de cynisme… Je suis peut-être une indécrottable romantique, mais j’aime à croire que c’est plutôt une bonne chose de penser qu’on peut encore, en 2016, rencontrer une personne qui sait rester elle-même…

  • .

    « Dossier rédigé par Jeanne » mais écrit à la première personne au masculin…
    Crédibilité moins-moins-moins.

  • .

    j ai adoré vous lire…..j hésite maintenant a m inscrire a meetic….en meme temps je ne vis + a lyon mais a la campagne lol. sympa !! les 2 dernieres phrases « le printemps »…. ;) bonne continuation a vous

  • .

    Fiction ou réalité ? Le jeu étant de faire de la fiction une réalité ! Malheureusement pour nous, les filles un tant soit peu romantiques, se retrouver la cible de « plans Q » est démoralisant. Je suis sur Meetic depuis trois mois ; mon premier contact (dont la photo m’avait emballée) s’est révélé être un faux profil made in Mali (donc mon beau blond a beaucoup, mais alors beaucoup bronzé !)… Un mois et demi d’échanges quotidiens, pour finalement me demander l’envoie de 1 500 Euros car papa malade au Mali, etc…. Bref, j’ai failli laisser tomber… mais je suis têtue ! Quelques contacts drôles, sympathiques mais ne correspondant pas à mes « attente » et enfin un contact qui fait tilt… des échanges mails… puis des échanges textos (c’est pareil mais en plus court !) et enfin une rencontre… très chaude la rencontre puisque le flirt textoïste était un peu poussé… et puis de nouveau des textos…. jusqu’à une hypothétique prochaine rencontre quand Môssieu sera disponible ! En fin de compte un plan Q déguisé ! Je ne regrette pas mais j’attendais plus et mieux ! Je ne suis pas sûre de pouvoir continuer sur ce mode car je n’aime pas être « utilisée » même si je peux dire que j’ai bien utilisé l’homme ; j’ai du mal à dissossier le coeur et le c..

  • .

    On est quelques uns à tester régulièrement des sites de rencontres et on arrive presque tous au même constat : la part grandissante que prennent les sites de rencontres dans notre vie sentimentale nous rend globalement assez cynique. Même inconsciemment on attache de moins en moins d’attention à chacune de nos relations naissante parce qu’on sait que la suivante n’est qu’à quelques clics. Au final les relations d’un soir sont celles qui satisfont le plus de monde parce que de nombreuses filles ont intégré cette nouvelle donne et n’espèrent plus grand chose d’internet.

    Dans ce cadre il est intéressant de voir des applications construire leur concept autour du nombre limité de rencontres ou de « match » qu’elles proposeront. Une façon de revaloriser la séduction et les personnes rencontrées.

    Je tombe sur cette article un peu tard mais c’est vraiment une excellente idée d’avoir fait un suivi sur un an. Quand on est « la tête dans le guidon » à enchaîner les rencontre on a quelque fois du mal à se voir soit même évoluer dans son approche des rencontres et ça fait du bien de lire un bilan honnête dans lequel on sera sans doute nombreux à se reconnaître.

  • .

    Bonjour , je dirai qui faux rester soi même et prendre le temps ,, car se jeter dans la geule du loup ses etre une proie . Respecter , regardé, ecouter , et ouvrire son coeur . Nous somme pas des bête .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Conditions générales de vente - sitemap