https://www.youtube.com/watch?v=Rkq0UmOI9Sc&t=1445s

Thomas Messias, est principalement connu pour sa conférence TED guignolesque sur le féminisme dans lequel il énonce assume fièrement son état d’homme-soja qui partage sa femme (par choix ?) avec un autre homme.

Au milieu, Thomas Messias

Comme dirait Bernard Blier, on a déjà vu des [chantres du féminisme] , mais il en est une synthèse.

Un homme-soja non-binaire*

*dans tous les sens du terme.

D’abord essayons de cerner le personnage.

Il est, avant tout, professeur de mathématiques dans la ville de Roubaix. La sociologie de sa ville d’exercice motivant sans doute son combat féministe.

Comme visiblement sa profession lui laisse beaucoup de temps libres, il rédige des articles pour le magazine progressiste subventionné et mis en avant: Slate et enregistre un podcast, sur le féminisme toujours, pour ce même magazine. D’ailleurs il parle d’un podcast « très populaire ». Le premier épisode culmine à 5k vues, les 60 suivants génèrent en moyenne 900 vues. À vous de juger.

Dans ces productions radiophoniques de haut niveau, notre homme-soja distille son discours moralisateurs dans l’espérance que chaque homme s’abaisse à son nivau

Il se dit à la fois prof maths mais littéraire dans l’âme, mène une « double » carrière. Thomas défend les femmes mais se moque sans vergogne d’une personnalité britannique féminine car elle est souverainiste. Il se comporte comme un harceleur, tout en dénonçant la Ligue du LOL.

Également son podcast féministe se nomme « mansplaining », titre ironique évoquant qu’il va expliquer aux hommes comment se comporter. Seul problème, quelques un de ses tweets de 2012 sont remontés et…c’est assez cocasse.

Évidemment, les hommes soja sont souvent « des hommes qui, après une jeunesse de brimades et d’humiliations, adoptent des stratégies genro-masochistes supposées les placer à l’avant garde du combat progressiste ».

La conférence TED: encyclopédie du féminisme dévoyé

La conférence démarre sur un classique féministe, le genrage de l’éducation.

Bien sûr, ce serait une attaque contre le féminisme que de soutenir devant ses enfants que le fait de pleurer est un caractère plutôt féminin (ou d’homme soja ?). Mais de l’autre coté on ne se pose jamais la question qui est de savoir quelles sont les conséquences pour l’enfant d’une éducation « non genrée ». Une éducation où on encouragerait, voire on forcerait par du chantage émotionnel, son enfant à adopter des caractères du sexe opposé.

À ce sujet, notre sociologue à lunettes a déja fait le boulot, comme d’habitude.
Analyse: « Ni fille ni garçon » – Zone Interdite : Qui souffre le plus dans l’histoire, les enfants ou les parents ?

https://www.youtube.com/watch?v=5vDaihZ_iTo

Dîtes-vous que ce n’est que le premier poncif, l’homme-soja sur la scène Tedx a encore de quoi égayer notre intellect.

Toute cette conférence féministe aux 96% de dislikes est passée au crible par Stéphane Édouard avec humour mais avec non moins de finesse. Ca se passe sur sa chaîne YouTube.

N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires. Soit sur ce que vous avez pensé de cette conférence soit sur les remarques de Stéphane. Attention, on ne tacle pas sur le physique de Thomas 🙃


SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "Se faire respecter"
  1. Devenez plus écouté, plus intéressant et plus charismatique
  2. Ayez confiance en vous pour oser plus
  3. Décrochez enfin ce que vous méritez
  4. Faites-vous enfin respecter
  5. Assumez et développez votre masculinité
SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "avoir du charisme"
  1. Devenez plus écouté, plus intéressant et plus charismatique
  2. Ayez confiance en vous pour oser plus
  3. Appliquez les techniques de séduction au monde professionnel
  4. Améliorez votre performance
  5. Découvrez les petits secrets des hommes séduisants

1 commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Bonjour,

    Il y a une petite coquille dans l’article. Vous avez écrit « nivau » en oubliant le « e » à la fin du troisième paragraphe.

    Cordialement,