Une jeune fille reçoit le sms non sollicité d'un technicien suite au passage à son domicile et décide de le partager sur les réseaux sociaux au nom de la lutte contre le harcèlement. Problème : la twittosphère se déchaîne et le harcèlement redouble

Une jeune fille est prise dans la tourmente des réseaux sociaux (que je connais bien) et crie au lynchage. En cause, la diffusion par ses soins d’un sms reçu suite à la visite à son domicile d’un technicien Orange pour lui installer la fibre. Non événement, épiphénomène ou partie émergée d’un iceberg dramatique ? L’agression a t-elle été évitée de peu ? Faut-il légiférer contre le harcèlement à domicile ? Stéphane Edouard, le sociologue des relations hommes-femmes, livre son analyse

Retrouver l’affaire sur les réseaux sociaux

  • #harcelementdomicile
  • @_BuffyMars

Rappel des faits

Une utilisatrice lambda du réseau Orange reçoit la visite de techniciens pour la désormais classique installation de la fibre indissociable de toute emménagement. La prestation s’effectue sans rien de notable, et notamment sans place à la séduction ou aux sous-entendus. Quelques heures après elle reçoit le texto suivant, qui la pousse à avertir Orange.

Sms électricien Orange harcèlement
Le sms reçu par @BuffyMars du technicien Orange venu installer sa ligne : pour elle c’est du harcèlement à domicile.
La réponse de buffymars au sms de drague du technicien Orange
Sa réponse, qui fait penser au « je vais le dire à la maîtresse » de la petite école

Mais l’histoire ne s’arrête pas là puisqu’elle décide également de le partager sur les réseaux (a)sociaux. L’affaire prend alors (c’était prévisible) de l’ampleur. On lui reproche notamment de faire courir à l’employé le risque de se faire licencier. Elle dit recevoir des insultes « misogynes » (sans préciser lesquelles).

En réalité, ces « insultes » comportent beaucoup de remises en cause de la pertinence de ses réponses, et notamment de la part de femmes elles-mêmes

Et comme d’habitude, suivant le principe érigé en dogme de l’union des opprimées, les féministes activistes utilisent l’anecdote pour dénoncer un harcèlement à domicile qui s’inscrirait dans un phénomène global de violences faites aux femmes.

L’analyse du sociologue des rapports H/F (en 5 temps)

A. Les propositions masculines arbitraires, insolites et non sollicitées ont toujours existé…

Just a fact : toutes les femmes depuis la libération, et surtout depuis leur indépendance économique, reçoivent des propositions masculines inattendues. Le seul endroit au monde où les propositions masculines ne sont pas inopinées, c’est adopteunmec.

Je me souviens personnellement avoir assisté à plusieurs reprises à des scènes similaires dans les années 80 où ma propre mère, alors âge d’une quarantaine d’années et fort belle de sa personne, recevait les avances plus ou moins dissimulées de livreurs ou de nos praticiens de santé (notre docteur, notre kiné). Celle d’un ami me racontait aussi, après le décès de son infortuné mari, avoir reçu des avances ouvertes du directeur du supermarché où elle se rendait tous les jours depuis des années.

Les propositions masculines ont toujours émané de nulle part, donc, et ont toujours donné lieu à une réception très « sélective » selon qu’elles émanent

  1. d’un notable de la ville (voir à ce sujet les confessions de l’ancienne maîtresse de DSK quand celui-ci était maire de maux : un seul message a suffit)
  2. d’un collègue de bureau (de même niveau hiérarchique)
  3. ou bien d’un ouvrier venu régler la climatisation (ou lui installer la fibre)

B. … l’utilisation qui en est faite, elle, est nouvelle

1. Le statut du destinataire est re-qualifié d’office en victime

et l’acte répréhensible en agression et harcèlement.

Je rappelle que, légalement, les agressions verbales sont diversement sanctionnées selon leur nature et le contexte dans lequel elles ont été commises, et que le sms de drague unique, même non sollicité, n’y figure pas :

  • injures non publiques : contravention de 1ère classe punie d’une peine d’amende
    maximum de 38 € (article R 621-1, R621-2 du Code pénal)
  • les injures non publiques à caractère racial : contravention de 4e classe punie d’une peine d’amende maximum de 750 € (article R 624-3, R624-4 du Code pénal)
  • injures publiques envers un particulier : délit puni d’une peine maximum de
    12 000 € (article 33 alinéa 2 de la loi du 19 juillet 1881)
  • menaces de violences légères : contravention de 3e classe punie d’une peine
    d’amende maximum de 450 € (article R 623-1 du Code pénal)
  • menaces de mort ou de crime ou délit contre les personnes : délit puni d’une
    peine de 6 mois d’emprisonnement et 7 500 € d’amende, peine pouvant être
    aggravée jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et 75 000 € d’amende en cas de
    circonstances aggravantes (caractère racial ou discriminatoire) ; (articles 222-17,
    222-18-1 du Code pénal)

2. Les preuves sont désormais archivables

À la différence des tentatives de séduction et autres propositions plus ou moins honorables que recevaient nos mamans, conserver un texto et le partager est désormais à la portée d’une capture d’écran, c’est à dire d’un seul clic, sans aucune connaissance technique.

3. Les stratégies de réponse à l’agression s’insèrent dans un double contexte

  • un contexte de compétition victimaire, suivant les jurisprudence SOS racisme, CRJF, et désormais Jacqueline Sauvage, à l’aune desquelles respectivement
    • notre système judiciaire, laxiste avec les voyous au RSA et intraitable avec les contribuables, a institutionnalisé la violence en banlieue sous prétexte de ne pas « faire le jeu des extrêmes »
    • il est désormais impensable de remettre en cause l’influence des lobbies sous prétexte des « 6 millions de morts » et sous peine de finir encerclé à la 17ème chambre
    • il est désormais possible de tuer son mari et d’échapper à une peine de prison ferme dès lors que vous vous présentez en femme battue, alors même que
      • 1. vous n’avez ni plainte ni main courantes à l’appui
      • 2. vous n’étiez pas en situation de légitime défense au moment du meurtre
      • 3. vous ne pouvez pas être jugée irresponsable de vos actes, n’étant pas sous l’emprise de stupéfiants
      • 4. vous avez laissé vos propres filles se faire violer mais refusez d’admettre toute responsabilité dans le drame familial global
      • 5. la justice vous juge inapte à la vie en société
  • mais surtout, un contexte de compétition d’influence sur le web, ou comme l’explique Roland Gori (la fabrique des imposteurs, concept du maillage normatif) et Alessandro Barrico (Les barbares, concept des systèmes passantsfiche de lecture à venir)
    • l’hégémonie ne se gagne pas par la culture ni la pertinence mais par la quantité brute de suiveurs (de quelque qualité, QI, âge mental et probité que ce soit),
    • quantité de suiveurs qui elle-même se gagne par la démagogie, le sensationnalisme, le communautarisme et surtout l’abondance des publications « putes à clic » (clickbait en anglais)

4. Un double contexte qui pousse désormais à la diffusion systématique des preuves sur le web

  • pour démontrer son statut de victime et s’octroyer ainsi le droit à la parole en abaissant momentanément le niveau de bruit ambiant (on n’écoute plus que ceux qui souffrent, comme je l’explique dans mon séminaire comprendre les gens)
  • pour gagner en followers et donc en influence

5. Diffusion sur le web qui se substitue à un dépôt de plainte

Dépôt de plainte qui n’aurait pas abouti faute de chef d’accusation.

Et substitut qui transfère de facto le débat depuis le terrain de la loi vers celui des moeurs et de la morale.

Du légal au sociétal.

C. Sous couvert de partage, ces stratégies de diffusion occasionnent régulièrement le lynchage de l’intéressée

Son compte est désormais fermé suite au harcèlement (virtuel celui-là)

Harcèlement à domicile : @_BuffyMars lynchée 1

D. Lynchage qui la conforte dans sa position de victime

Harcèlement à domicile : @_BuffyMars lynchée 2

E. Position de victime qui fait la joie des activistes féministes : « une de plus ! »

Féministes activistes toujours prêtes à accréditer un complot à condition qu’il s’exerce au détriment d’une femme et au profit d’un homme blanc hétéro cis-genre. Ce dernier fût-il technicien à domicile chez Orange, c’est à dire probablement

  1. un ouvrier du tertiaire, probablement en CDD
  2. donc privé de toute capital de séduction,
  3. exilé en zone périurbaine et fasciné par (ce qu’il perçoit comme) la petite bourgeoise des centres-villes
  4. réduit à la frustration sexuelle par leur hypergamie (il ne reçoit jamais, aucune proposition féminine)
  5. et donc in fine réduit à
    1. draguer sur les sites de rencontre bas de gamme type Badoo
    2. consommer des escort girls sur ses économies
    3. exploiter indifféremment toute opportunité de rencontre

Stratégie numéro 3 d’autant plus tentante que l’approche « épistolaire » (ie par messagerie a posteriori) dispensait du risque de l’échec frontal.

Du moins jusqu’à présent.

Page suivante

  • pourquoi ces anecdotes sont amenées à se multiplier
  • pourquoi il a eu tort (et ce qu’il aurait dû faire)
  • pourquoi elle a eu tort (et ce qu’elle aurait dû faire)

SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "connexion sexuelle" (anciennement : amant idéal)
  1. Décodez la psychologie féminine comme un livre ouvert
  2. Améliorez votre performance
  3. Découvrez la puissance d'avoir une connexion sexuelle avec quelqu'un
  4. Assumez et développez votre masculinité
SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "la mécanique des sex friends"
  1. Décodez la psychologie féminine comme un livre ouvert
  2. Découvrez la puissance d'avoir une connexion sexuelle avec quelqu'un

14 commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Chanson sur les dessous des rapports femmes hommes :
    « capitalo-sexo hypocrisie ».
    Perso j’ai vécu d’avoir fait une chanson pour épater une caissière brésilienne juste parce qu’elle l’était (attachement personnel à la culture), alors même que je n’en attendais qu’un retour artistique, donc non sexualisé. Une semaine environ passe, le vigile me tombe dessus en me demandant de ne plus passer à sa caisse. Au moins sa plus belle revanche à la fille, aura été la jouissance d’un nouveau pouvoir celui d’évincer un client donc en dominant l’homme par l’homme. Autrefois le chef de magasin aurait dit « ma petite mère tu prends sur toi au pire c’est flatteur et poétique ». Pourquoi affronteraient-elles l’autre puisque technologie et féminisme moderne bénissent leur nouveau choix de la facilité ? Bloquer un message, bloquer l’autre, invoquer un vigile bref, ne plus affronter. Autrefois les gens avaient du tempérament. Maintenant les films anciens sont devenus le meilleur refuge de mes yeux, pour ne plus les laisser se poser sur ce spectacle moche. Bref. Maintenant je ne vais plus au magasin que je connaissais pourtant depuis l’enfance, au fond les perdants sont eux car autant de fois que je n’y retourne plus seront autant de pognon foutu ailleurs. Mais mon histoire ça va encore. Le technicien j’aurais pu être celui-là. La cliente qui se fait convoiter ne nous avouera pas le vrai scandale. Il n’y a pas de lourdeur. Juste des hommes moins solvables que d’autres. Rendue à la quarantaine, la cliente accueillera volontiers d’un technicien un SMS, même pas très conforme, et le trouvera bien précieux. Quand je croise des vieilles qui osent me fixer, j’ai moi aussi envie de jouer la chochotte en pensant « quand tu étais une princesse arrogante, m’aurais-tu trouvé aussi intéressant ?  » https://youtube.com/watch?v=Xi4w6H3ENlM

  • (A Lecter) Mon pseudo est Kartouche.

    Pour réussir dans la vie, il fut connaître les ‘règles’ (qui s’applique à pratiquement tout le monde) et les ‘exceptions opérantes’ (qui s’appliquent dans certaines circonstances). Ce ne sont pas vraiment des ‘exeptions’, d’ailleurs. Plutôt des non-dits, ou des conséquences du ‘système’ auquel ‘on’ n’a pas vraiment envie de penser.

    Un exemple simple, volontairement caricatural. Pour séduire une fille qui se considère comme une ‘Princesse’, tu peux la traiter comme une Princesse au delà de ses espérances (ce qui demande d’avoir les moyens et de comprendre les règles sociales d’interaction avec une Princesse). Et d’être conscient qu’elle en demandera donc toujours plus…

    Ou, une fois que tu as établis une connexion, tu peux la traiter comme une merde. (C’est à dire, exactement de la façon dont elle traite la plupart des hommes). C’est une ‘exception opérante’. ‘Exeption’, parce que si tu traite les gens comme de la merde en permanence, tu n’attires personne, mais ‘Opérante’ si tu inverse la charge de l’attention , de l’investissement, que tu alterne le chaud et le froid, tu crée de l’obsession amoureuse chez ta partenaire (Et tu répond à la demande implicite, bien qu’inconsciente de la plupart des femmes-enfants. être dominée et punie pour leur trangressions).

    ATTENTION je ne dis pas qu’il faut mal traiter les femmes, ou que toutes les ‘Princesses’ méritent d’être punies. Je parle de ce qui existe et fonctionne. (pourquoi les ‘Princesses’ qui prétendent chercher des ‘mecs biens’ les font souffrir, et restent si souvent ‘accro’ à des ordures)

    Autre exception opérante: plus tu sors de la ‘bonne norme’, moins tu es séduisant… mais plus tu es potentiellement attirant (si tu la joue finement).
    C’est l’exemple très finement montré de l’épouse de Frank Underwood dans la série ‘house of cards’. Elle va se se taper un petit photographe pour préserver son petit ‘supplément d’âme’, mais elle ne lâchera jamais son puisant époux pour lui.

    Le seul problème avec cela, c’est que les expédions d’opérantes te tiennent autant qu’elles tiennent ta partenaire. Ni ta partenaire, ni la société, ne te pardonnera d’avoir trouvé un moyen d’accès ‘déloyal’.

    Si tu arrêtes de te comporter (suivant les situations) en ‘marginal merveilleux’, en ‘artiste maudit’ ou en ‘ordure machiste’ pour aborder la relation plus humainement, tu te feras écraser impitoyablement.

    Ou alors, tu peux utiliser ce biais pour rebondir d’un contact à l’autre, et te bâtir ton business à partir de là (maquereaux, journaliste Tv etc) mais cela demande beacuoup d’habileté et de pouvoir vivre dasn une abjection morale absolue.

    Dans son roman ‘Pimp’, Iceberg Slim (ancien Mac’) commence ce genre de choix ainsi. « Si vous êtes capable de tenir une écurie d’une dizaine de fille sur le trottoir, alors c’est du gâchi. Vous auriez probalement pu réussir dans n’importe quel business régulier, avec moins d’emmerdes et plus de perspectives d’avenir. »

  • @au dernier commentaire (sans pseudo) : fine analyse par rapport à ta notion de « pauvreté », c’est exactement le cas d’une amie qui, voyant comment je peine pour avoir 1 date tout les mois et 1/2 (étant donné mon physique « non mainstream » et ma basse extraction ethnique..), me disait qu’on était « tout les deux des gens spéciaux » et qu’on était dans « la même galère » .. alors que 90% des mecs qui existent ne lui conviennent pas et que, du haut de son début de trentenaire, elle continue à chercher son « compagnon de voyage » business man de 45 / 50 ans qui l’entretiendrait à vie, sans avoir de gosses (elle déteste ca) et sans se marier (pour garder sa « liberté »).. fille intelligente et très lucide sur les rapports hommes/femmes, pourtant elle continue de maintenir cette illusion à grands coups de swipping Tinder (toutes ses rencontres s’y font). C’est assez édifiant.

    @Estrelinha :
    [..]
    – soit se sortir de l’idéologie « mainstream » et donc de se consacrer à des femmes « non mainstream ».
    – soit de s’élever socialement et d’aller chercher les femmes jeunes et jolies en disqualifiant les femmes comme Buffy Mars.
    [..]

    Plus d’accord avec la seconde option que la première.. étant donné que même les femmes « non mainstream » ont un très grand nombre de choix (merci Tinder).. aujourd’hui, les femmes qui n’ont pas du tout de choix sont très rares et ne le sont pas par hasard (age très avancé, laideur physique objective, 2 gosses à charge qui plombent son emploi du temps, éloignement géographique..).

  • Les femmes trouvent toujours à se faire baiser, mais jamais qui elles le souhaiteraient. Du point de vue du sexe, elles ont un ‘problème de riche’.
    A l’inverse, 90% des mecs ont un ‘problème de rareté’ (un problème de pauvre).
    Les mecs beaux séduisent, Masi beaucoup moins que les mecs ‘rares’ (très riches, très célèbres).
    La beauté masculine, a elle seule, les place parmi les catégories des femmes les moins séduisantes en terme de succès pur. (c’est à dire, ils baisent assez facilement, mais rien de comparable avec une super canon)
    Non, ceux qui ont la chance d’être ‘beau’ apprennent ont juste plus de facilité à avoir plus d’expérience… et donc à savoir se lancer quand ils le désirent au lieu de se renfermer à coup de râteaux.

    Mais le vrai ‘grand secret’, c’est l’expérience. Plus on a eu de femmes, plus ça devient ‘facile’. Moins de pression, plus d’habitude de tchatche, moins d’impairs, moins de mauvaises cibles au mauvais moment.
    Avec le temps, les mecs apprennent à devenir ‘bon’ ou acquièrent le support qui les rend plus attirant (bon job par exemple, signe extérieur de richesses, entregent social etc). Ou alors, s’habituent à une vie sans sexe et sont heureux avec leurs hobbies.
    Au contraire, très peu de femmes supportent la perte de leur ‘pouvoir de séduction (qui décroit progressivement après 25 ans)…Certes, elles continuent à être sollicité, mais de moins en moins par les catégories de mecs susceptible de les intéresser.

    (Avec le temps, les hommes deviennent globalement plus heureux, et les femmes plus malheureuses. Cherchez les stats. La perception du bonheur chez les femmes a énormément baissé en 30 ans)

    C’est le plus beau paradoxe du Féminisme. Plus une femme se ‘libère’, moins elle devient susceptible d’être heureuse en relation, car tous les partenaires ‘de valeur’ préfèrent les jeunettes pour établir une vraie relation.
    C’est le grand mensonge de ‘Sex and The City’. Dans la vraie vie, Carrie peut peut être se taper Mr Big, mais certainement pas l’épouser. Car si les femmes ont 90% des hommes en compétition pour les baiser, les hommes QUI SE DISTINGUENT ont un énorme choix de femmes, elles mêmes en compétition…
    Et personne ne veut d’une emmerdeuse de 40 ans quand on peut en avoir une de 20 ans.

    LES FEMMES CHERCHENT LA PERLE RARE ET SE COMPORTENT MAL AVEC LES ‘GENS ORDINAIRES’ SANS COMPRENDRE QUE CE MEME FILTRE S’APPLIQUERA A ELLES QUAND ELLES TROUVERONT LA PERLE RARE.

    Les plus malines se trouvent alors un ‘brave gars’ (qu’elles mépriseront pour son manque d’envergure mais qui aidera à payer les factures), les autres finiront seules (mangées par leur chat ?)

    Même celles qui prétendent avoir choisi d’être seules sont malheureuses, car ce n’est pas temps l’absence réelle de partenaire qui les ronge, mais la perte de possibilité (de pouvoir effectif).
    Un mec pauvre et moche devenu vieux a probablement connu ça toute sa vie.
    Une nana pauvre et moche a eu un jour, le monde a ses pieds…

  • @lecter: Ton deuxième paragraphe est véridique et illustre pourquoi il faut relativiser l’importance de tout cela.

    Tout part d’une femme moyenne ou semi-moche qui a l’ego boursouflé par l’idéologie moderne et donc pense qu’elle mérite son bon bourgeois mignon (Christian Grey) comme les livres à l’eau de rose lui ont dit. La réalité est plus moche donc dans celle-ci, les rares fois où il aborde, le bon bourgeois aborde les femmes jeunes et jolies et/ou les bombes, l’homme moyen ayant été discrédité par elles-même et eu les couilles coupées par le féminisme, seuls les « Mokhtar » et les « Mamadou » les fameux punching-ball à la mode le font.
    Et ça, ça lui fout une haine parce qu’elle aurait aimé parce qu’elle pense mériter avoir la vie d’une véritable jolie femme car pour cette dernière, les « Mokthar » et les « Mamadou » ( comme tous les hommes moyens) les regardent tétanisés sans rien faire donc ne les dérangent pas et les bon bourgeois va les séduire tandis que les hommes moyens lui fournissent plein de services en étant contents de la côtoyer.

    Franchement, vu le manque de considération que cette femme moyenne ou semi-moche qu’elle voue à l’homme moyen, j’estime que la situation terrible qui vivrait cette femme n’est pas le problème de ce dernier, qu’elle se débrouille toute seule. Pour l’homme moyen, il ne reste que deux choses:

    – soit se sortir de l’idéologie « mainstream » et donc de se consacrer à des femmes « non mainstream ».
    – soit de s’élever socialement et d’aller chercher les femmes jeunes et jolies en disqualifiant les femmes comme Buffy Mars.

  • passé 26 ans, à l’instar de Buffy, les autres beaufettes du centre ville Parisien continuent de serrer les jambes et les dents en évitant de compromettre l’elastiscité de leurs petites fleurs délicates avec des individus de basse extraction, déjà que elles ont été entamées par des égarements post-dancefloor.. l’amour gratuit, elles ont donné. il s’agit de grandir maintenant.
    Frustration de ne pas attirer le bon bourgeois très immature et décidemment idiot qu’il est de courir aprés des « minettes de 20 ans » alors que elles, toutes, ont des blogs, de la conversation et sont Vegannes. Frustration qui se déverse sur les rares « gentils cons » qui osent croire que les mots ou la « sincerité » suffisent à faire mouche. et « Hop ».
    Frustration aussi du prolo Français et du cadre du tertiaire qui voit toutes les femmes proches de sa condition s’évaporer de sa vie. Reste le Porno ou le jeu vidéos, en attendant la révolution des sex dolls (Le graal dans 15 ans apparement).

    Aux dernières nouvelles, la France est sortie du top 12 des pays ou on prend son pied; meme les allemands en chaussettes blanches et sandales s’éclatent plus :P
    http://madame.lefigaro.fr/bien-etre/12-pays-les-plus-satisfaits-sur-le-pan-sexuel-au-monde-la-france-ny-est-pas-20151026-99039

  • @Clément: « Les hommes au bas de l’échelle sociale n’ont pas le droit d’accéder aux femmes »

    J’écrirais plutôt « Les hommes au bas de l’échelle sociale n’ont pas le droit d’accéder aux femmes…..benchmarkées sur le modèle de la femme parisienne donc urbaine, libre et à la mode que promeuvent les médias mainstream et les réseaux sociaux »

    L’intérêt du contenu de Stéphane est d’avoir décodé et de faire connaître ses codes et leurs conséquences sur les relations hommes-femmes. Si le technicien Orange les connaissait, il saurait qu’une parisienne fusse t-elle la plus laide préfère mourir que de se faire aborder par un homme au bas de l’échelle sociale et il se serait épargné.

    L’enjeu de l’époque pour ces hommes-là s’ils veulent accéder aux femmes est soit de réussir socialement et de faire partie du petit nombre de « gagnants » soit tout simplement de ne plus être mainstream, de se détacher de ce qui est à la mode également au sujet du modèle de femmes mis en exergue.

  • « Les hommes au bas de l’échelle sociale n’ont pas le droit d’accéder aux femmes ». Auparavant il était interdit de le dire, nous avons maintenant la preuve que cela est validé socialement.

  • Voyous au rsa vs contribuables ? Certains vont en prison pour un vol de nourriture c’est ça le laxisme ?

  • @lecter
    tout a fait exact…
    apparemment c’est vrai sur badoo aussi (ok c’est un site bas de gamme mais bon interessant quand meme) ou les photos sont notées et on a constaté que la note moyenne des hommes est beaucoup plus basse que celle des femmes

  • @JP : selon une enquête du site OKCupid les femmes jugent le physique des hommes en « dessous de la norme » pour 80% d’entre eux et non pas 50%. Ce qui est anormal si l’on considère que la beauté, comme toute répartition naturelle et aléatoire (intelligence, taille..) suit une courbe Gaussienne. Donc, pour une femme occidentale, 4 mecs sur 5 ne passent pas le test d’attraction physique.
    Beaucoup de femmes sont dans cette consommation immédiate de beaux mecs (qui sont ravies d’exhausser leurs souhaits), je pense qu’à moins d’une prise de conscience collective masculine (utopie) cette logique ira jusqu’au bout car il y a encore de la marge : aujourd’hui le beau gosse couche avec 2 filles par mois, demain ca sera deux filles par semaine et une part très importante des mecs resteront naturellement sur la touche (à moins de ressources financières énormes, type SugarDaddy).

  • On parle beaucoup du fric et du statut comme critere de seduction, c’est vrai et il en a toujours été ainsi mais je crois que le physique et la jeunesse jouent beaucoup a l’heure actuelle.
    Les tres bogoss (meme pas quelques % des mecs) meme si bas statut social ou pas du tout friqué sont les cheris de ces ames. Je l’ai deja vu a plusieurs reprises
    Bref, mon impression est que les femmes se comportent un peu comme les mecs, mais en plus exigeant et avec plus de criteres

  • « Il est désormais impensable de remettre en cause l’ influence des lobbies sous prétexte des 6 millions de morts  »
    Tu vas encore t attirer des ennuis…

  • lu sur un site récemment :

    « Let’s state the obvious. No woman has ever complained about hot and wealthy guys hitting on her, and they never label those approaches as harassment. The whole campaign within feminist media to shame “creepy” guys is in reality just targeting ugly guys and those with bad game. It’s telling these low value men who are almost always either poor minorities or dorks to stop trying to meet girls. Women don’t like being approached by guys they don’t find attractive. They find it annoying. Still, thinking that the authorities should treat bad game and/or unattractiveness as harassment is just ridiculous and morally wrong. Channing Tatum could ask a girl if he can take a DUMP on her FACE, and she’ll never call him creepy or threaten him. »