La femme fatale est une constante de l’histoire : pourquoi cet archétype existe t-il dans toutes les sociétés, quel rôle remplit-elle, quelle est sa mission parmi les hommes.

Les hommes ne devraient pas chercher une femme fatale, ils ont déjà le fatal en eux ; ce qu’il leur faut, c’est une femme vitale ~ Stéphane Edouard

Aujourd’hui, je réponds à une question d’Alexandre sur Quora, qui est un forum revisité où il est possible d’avoir un débat structuré, ce qui ne permettent plus les réseaux sociaux plus traditionnels.

Alexandre : Certaines femmes s’enorgueillissent- elles de faire souffrir les hommes et d’être les seules créatures sur Terre étant fières de vous mettre à genoux? 
La réponse est oui. Ces femmes existent mais il n’existe pas véritablement de terme contemporain pouvant comprendre ce qu’elles représentent. Il ne s’agit pas de F pur, et bimbo n’est pas non plus un terme adapté. On utilisera donc le terme de femme fatale, expression quelque peu datée mais qui présente un double intérêt que l’on va présenter ici.

La femme fatale, une femme qui maîtrise les codes de la féminité
femme fatale

D’une part, ce que l’on appelle femme fatale est facile à imaginer: une femme qui maîtrise les codes de la féminité. La féminité ne se résume pas à un apprêtement ; il s’agit aussi d’une vision du monde, une éthique, une morale et surtout une logistique.  La femme fatale ne se résout qu’à mettre du rouge à lèvres et des talons qu’en comprenant pourquoi elle le fait. En réduisant volontairement sa mobilité pratique et ses habilités, elle rend son utilité à l’homme en le faisant sentir « plus » homme, à savoir, susciter son instinct de protection, tout d’abord, pour initier l’acte du désir. Désir qui ne se maintiendra dans le temps qu’en suscitant alors l’instinct sexuel, c’est à dire l’instinct pour le prédateur d’être challengé par le fait que sa proie ne se livre pas si facilement.  En effet, la femme fatale incarne pour chaque homme tout d’abord un physique. (Si vous me permettez une confidence, elle est incarnée pour moi par un mélange entre Jane Birkin, Inès de la Fressange et Audrey Fleurot, mais pour d’autres hommes ce sera évidemment différent.)

Femme fatale, un terme antinomique

D’autre part, le terme femme fatale contient un antinomie interne et c’est ce qui en fait son deuxième intérêt. Femme, c’est la vie, c’est celle qui donne la vie, alors que « fatale » c’est la mort. La femme fatale est l’unique modèle de femme  qui va tuer symboliquement un homme, qui va le faire souffrir, le pousser à la dépression, voir au suicide et  le déposséder de ses biens  dans un but de reconstruction « satanique », généralement pour un homme qui n’a pas eu droit à sa seconde naissance.

Petit rappel: une vie se voit ponctuée par trois naissances. La première naissance est physique. La seconde est symbolique, il s’agit du moment où l’on quitte le nid familial pour s’autonomiser et subir les inconforts de la vie, et la troisième survient lorsque l’on perd ses parents.

Souvent bisexuelle, la femme fatale va tout particulièrement s’intéresser au genre d’hommes (parfois de femmes) n’étant pas véritablement passés par la phase d’autonomisation (la seconde naissance), car ils représentent des proies faciles pour elle.

Une seconde naissance dans la douleur

Il s’agit par exemple d’hommes que la mère a gardé auprès d’elle par « égoïsme sacrificiel ». Tout le monde a entendu le mythe de la mère qui « se sacrifie pour ses enfants », qui garde son fils auprès d’elle pour mieux le protéger. Mais au contraire il s’agit véritablement plus d’un égoïsme de la part de la mère qui, désirant garder sa progéniture auprès d’elle, refuse de lui offrir sa seconde naissance.  Dès lors, le vrai sacrifice consisterait à une mère de pousser son fils dans les bras de la réalité, dans les affres du salariat, de la solitude, de la vie afin qu’il s’autonomise.

Un homme qui s’autonomise ne demande pas à sa mère l’amour qu’il n’arrive pas à obtenir auprès des femmes. De même, une femme qui s’autonomise ne demande pas à son père de venir l’aider logistiquement. Ils ont appris à s’accommoder de la réalité.

Quelqu’un qui n’a pas subi sa seconde naissance sera dès lors identifié instinctivement par une femme fatale qui se donnera alors pour mission de le châtier en quelque sorte et de lui offrir dans la souffrance. Elle s’enorgueillira après d’avoir réussi à mettre un homme à genoux par fierté.

Si vous connaissez d’ailleurs un terme plus contemporain pour désigner ce genre de femmes, n’hésitez pas à le proposer en commentaire!


SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "relations longues II : reconnaître les filles qu'il vous faut"
  1. Osez aborder les gens qui vous intéressent
  2. Consolidez les relations et épanouissez-vous en couple
  3. Décodez la psychologie féminine comme un livre ouvert
SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "multipliez votre productivité par 10"
  1. Appliquez les techniques de séduction au monde professionnel
  2. Améliorez votre performance

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.