Bonjour,

Je suis Anna, c’est mon nom de blogueuse dans mon ancienne vie et c’est à ce titre que je réagis à ta vidéo « belle mais noire ». Pour contextualiser un peu, je suis d’origine antillaise, née en banlieue parisienne, et ayant ensuite bourlingué un peu ça et là à l’étranger. Actuellement, j’ai un travail qui me passionne dans le domaine de l’innovation et je gagne relativement bien ma vie. ( Je ne sais pas si ces détails peuvent vraiment servir mais il parait qu’il faut tout contextualiser de nos jours…)

Le blog que je tenais ( et que j’ai fermé il y a quelques années) traitait des relations entre les femmes noires et les hommes asiatiques. Pendant des années, je fréquentais beaucoup des hommes asiatiques, je les trouvais très sexy et en particulier ceux que l’on appelle les salary men.

Pour venir au sujet qui nous préoccupe, j’ai le regret d’annoncer qu’au visionnage de ta vidéo, j’ai eu la désagréable sensation que tu avais « en partie raison » et je pourrai même y ajouter mes propres réflexions (au risque de me faire lyncher par la suite par la diaspora).

J’ai fréquenté il y a une dizaine d’années un jeune homme asiatique, architecte talentueux, dynamique et ambitieux. Moi de mon côté, je me battais péniblement pour monter ma propre structure . Notre relation est vite devenue une série de « je te quitte », « je reviens » jusqu’à une rupture définitive ou cet homme a fini par me dire :

 » Je suis très bien avec toi. Tu es belle et ambitieuse. Tu me comprends et nous regardons tous les deux vers la même direction. Mes parents t’adorent. C’est parfait. Mais, quelque chose me gêne terriblement. Mes parents se sont tués à la tâche pour me payer des études, j’ai travaillé dur pour arriver à mon niveau et je voudrais à mes côtés une femme qui incarne la réussite« 

Je lui demande donc, ce qu’est pour lui cette incarnation.

Il me répond non sans difficultés : soit une femme riche, soit une femme blonde. Et hélas, tu n’es ni l’une ni l’autre.

asiatique-blondes

Alors à partir de ce moment là, je me suis rendue compte que pour beaucoup d’hommes ( et encore plus dans les sites de rencontre), nous, les femmes noires, ne représentons pas un modèle de réussite sociale. J’ai même tendance à penser que nous sommes parfois un lot de consolation pour certains, lorsque la vie les a bien martyrisés.

Côté hommes, je rajouterai que les hommes asiatiques sont souvent mal lotis sur les sites de rencontre. Et d’ailleurs, j’avais constaté que beaucoup d’hommes caucasiens ne comprenaient pas mon « choix » de jeter mon dévolu sur des hommes qui représentaient à leurs yeux, l’antithèse de l’homme idéal. J’ai même eu droit à « un homme blanc, bon, à la limite je peux comprendre, mais un asiatique… quel intérêt? »

Je finis quand même pour ajouter que les sites de rencontre, de part leur implémentation et leur modèle économique sont d’une cruauté acerbe.
C’est un miroir grossissant de nos à priori et indécrottables préjugés. Et j’ose espérer, que par le hasard des rencontres, des lectures, des accidents de la vie et de l’introspection, que nous finirons par passer eu dessus de cela ( hommes comme femmes).

Alors oui ce que je dis ça fait fleur bleue et tralala , j’assume… Cela ne m’empêche pas pour autant de te dire que mes réflexions vont dans ton sens.

Bien à toi

Anna, belle mais noire mais belle quand même


SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "Devenez intéressant, I"
  1. Devenez plus écouté, plus intéressant et plus charismatique
  2. Ayez confiance en vous pour oser plus
  3. Découvrez les petits secrets des hommes séduisants
SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "intelligence sociale"
  1. Gagnez en intelligence sociale et en aisance relationnelle
  2. Agrandissez votre réseau
  3. Découvrez les petits secrets des hommes séduisants
  4. Terrassez la timidité à grands coups de poings dans la g.

4 commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Hello, au départ intéressée par tes conseils de séduction pour la gente masculine (et l’excellent article sur le kino) je me retrouve ici prête à commenter cet article et l’excellente lettre d’Anna, car cette page me rappelle une conversation avec une amie camerounaise (pour ma part je suis asiatique). Elle est célibataire, jeune, jolie (bien que mes goûts ne fassent pas l’unanimité chez mes amis masculins, ceux qui pourtant ont des préférences pour les femmes noires). Elle me racontait que beaucoup de ses histoires avec essentiellement des hommes blancs (les hommes noirs pendant ses études, les hommes blancs depuis son ascension professionnelle puisqu’ils représentent une forme de réussite.. un peu comme la vidéo que tu nous présentes) elle raconte sa difficulté à s’etablir en couple avec un homme de son niveau mais blanc : instruit, avec un bon salaire et beau. Que sa cousine a dû se marier avec un croûton blanc radin dont personne ne voulait pour obtenir le fameux sesame = enfant métisse, l’enfant chéri, l’enfant roi ce qui assoit son ascension auprès des femmes de sa communauté. Que de son côté, elle n’etait ni plus ni moins qu’ un objet sexuel d’homme divorcé en transition et en mal de la période colonialiste, un faire valoir pour passer le temps. Un bon coup (la faute à qui ? Il faudrait trouver l’origine de ce qui motivent toutes ces blogueuses africaines à blâmer une femme cocue ou célibataire : soit elle ne prend pas assez soin d’elle soit elle est un mauvais coup en gros.
    De mon côté, j’ai eu des relations avec des hommes asiatiques (qui se sont soldés par des échecs néanmoins), donc je ne comprenais pas son rejet des hommes de sa communauté. Puis je lui expliquais que l’amour peut naître à tout moment, quand on se donne la peine de découvrir l’autre (et oui, le charme d’une brioche ou d’une calvitie naissante ahhaha… il ne faut jamais sous estimer un défaut) mais elle refusait sans cesse mes arguments. Il fallait à tout prix qu’il soit blanc, et s’il était éduqué et riche ou bien né elle l’aurait épousé sur le champ. De mon côté, je me suis mise en couple avec un français (juste avant j’étais en couple avec un marocain mais impossible d’avoir une relation stable et bien que je le savais au début de la relation je m’y suis tout de même engouffrée.. les femmes sont terribles envers elle même parfois) et cela lui a porté un coup je pense. Car moi je ne suis pas de prime abord attirée par les hommes européens. Je suis une fille de la campagne, j’aime ce qu’on pourrait appeler les hommes pudiques froids mais forts (un peu l’archetype de l’homme rêvé par les femmes russes -> ahah un autre de tes articles, sans toutefois souhaiter un homme riche. Non non moi j’aime la simplicité, les mecs peu bavards et non tourmentés, positifs et classe moyenne comme mon milieu bien qu’aujourd’hui je suis cadre financier) et cela tombe bien car mon copain est un mec intelligent mais extrêmement simple dans le sens facile à vivre et attentionné :). Elle m’a donc dit que pour elle c’était une évidence que je « finisse avec un homme blanc ». Que c’était une fatalité car cela va de paire avec une ascension sociale et en même temps le côté exotique asiatique (c’est à dire exotique mais pas trop) m’avantageait. Effectivement je constate que mon homme est blanc, éduqué, jeune et beau. Qu’il a eu des conquêtes maghrébines, blanches, asiatiques et métisses africaines (mais pas africaine 100%). Comme si elle m’ouvrait les yeux sur le fait que ses partenaires étaient effectivement des profils européens dont personne ne voulait (vieux, divorcés, en instance de divorce..). J’en ai discuté avec l’un de mes amis qui aime exclusivement les femmes noires et il m’a dit : quand je sors avec une femme noire, c’est le caractère que je recherche (plutot une femme dominante), puis j’aime « sa culture », plus détendue, plus chaleureuse, puis elles sont belles. J’y ai repensé, pourquoi mon amie camerounaise avait des difficultés puis cela m’a sauté aux yeux. Tout comme certains européens sont fana des asiatiques « dociles », d’une culture asiatique clichée (ou pas ?) etc.. les hommes blancs qui s intéressent aux minorités aiment cet imaginaire culturel autour de leur partenaire. Mais elle, elle n’entrait justement pas dans la case. Elle avait son côté femme camerounaise (liée à son milieu d’origine, entre tradition familiale et tout son poids comme le fait de trouver un mari blanc pour prouver son ascension à ses pairs, un homme riche pour elle et sa famille, et même le garder à coup de fringues make up et techniques sexuelles digne de faire pâlir une actrice du X) et son côté française c’est à dire célibataire parisienne un brin capricieuse et castratrice. Pas facile quand on a le cul entre 2 chaises… à toutes ces filles qu’elles soient noires jaunes beurres, qu’elles ne perdent pas espoirs de trouver le bon. Mais en tout cas qu’elles ne s’offusquent pas de ne pas trouver facilement… car quand on a plus de 35 ans et qu’on est pas gaulée comme une femme de footballeur il faut être réaliste, le prince charmant aura peut être un peu de ventre et une calvitie ou ne sera pas de la couleur souhaitée. Mais cela n’a jamais empêché les sentiments de naître ! Je maintiens !!

  • Anne tu n’es pas au dessus de ces clichés.

    Tu es sorti avec un « architecte, talentueux, dynamique et ambitieux » et tu kiffes les asiatiques et les « salary man ». tu as donc une idée préconçue sur l’homme qui symbolise la réussite (à tes yeux mais aussi aux yeux de pas mal de femmes..) et aux bras duquel tu veux être.

    La vision d’amour éthérée et désincarnée n’existe qu’au cinéma et dans les romans. Dans la réalité les femmes veulent des mecs qui réussissent (comme un architecte « ambitieux ») et les hommes qui réussissent des jolies femmes qui incarnent leurs succès (comme une blonde catho).

    Avant de faire porter le mauvais role en filigrane à ton architecte, demandes-toi plutôt pourquoi tu ne sortirais pas avec un antillais ou un rebeu.

  • Ah ah ah ah ah M. Edouard il me semble que voud êtes retombé dans un tort qui est par ailleurs la plus grande leçon que vous m’avez apprise : vous avez sincèrement voulu aider des personnes qui ne vous l’ont pas demandé (+ ne savent pas écouter + ne sont pas « woke » comme on le dit dans notre communauté) ce qui s’est retourné contre vous. Je suis moi-même d’origine africaine et je vous ai découvert en 2013 en recherchant un remède contre la timidité. Je pense moi-même comme ces footballeurs, je ne me vois pas avec un homme noir à moins qu’il m’offre plus que plus ! Consciente de mon choix et ayant compris que je partais avec un handicap (comme handicap sportif – je sens que ça passera pas mais c’est la meilleure expression) j’ai misé énormément sur mes études, sur la culture générale et mes passions pendant que les filles de mon âge toutes origines confondues se satisfaisaient du dernier album de Matt Pokora. Aujourd’hui ça fait la différence car je dégome ma concurrence médiocre et moyenne en 2-4-6. Je ne me justifie plus car je suis systématiquement taxée de bounty qui renie ses origines ce qui est drôle car j’en connais bien plus sur l’histoire de l’Afrique que ces personnes qui me critiquent et qui pensent eux-mêmes que depuis l’existence de l’humanité, la meilleure prouesse des africains a été de se faire capturer ! Bref, pour tous ceux qui sont confrontés à ce genre situation : mettez-vous en mode « Vos gueules les mouettes » et avancez ;)

  • Bonjour belle Anna,

    Contrairement à ce que tu penses, toute la diaspora africaine ne va pas te lyncher, car la majorité des femmes afro descendantes font le même constat, c’est d’ailleurs pour cela que les youtubeuses dont Stéphane a parlé ont fait des vidéos à ce sujet.

    Afin de mettre en lumière la récurrence, qu’ont les hommes, toutes couleurs de peau confondues, de se mettre en couple majoritairement avec des femmes blanches.

    D’après moi, aussi surprenant que cela puisse paraître, je suis convaincue que la création de ces 2 vidéos partait d’un bon sentiment.

    Celui d’ouvrir le débat quant à la perception qu’ont les hommes envers les femmes noires, avec la volonté de découvrir si leurs arguments étaient vraiment justifiés ou pas.

    Ce débat que je trouve très intéressant aurait pu déboucher sur une discussion passionnante et constructive pour tous. Nous aurions également pu parler de l’attirance des femmes noires envers les hommes blancs. Malheureusement la vague d’émotion provoquée par une certaine maladresse, il faut l’avouer, a pris le pas sur une démarche initialement très courageuse. Ceci, en réveillant la blessure des uns et en légitimant la bassesse des autres, et ce, dans les 2 « camps ».

    Je suis, les contenus d’hommes d’Influence depuis quelques années. Ce qui m’amène à continuer de suivre leur contenu, c’est que la véritable intention est la « bienveillance ».
    Comme si inconsciemment, ils voulaient pousser les femmes noires à se battre pour leur dignité, en réfutant ses arguments par des études, ouvrages, colloques etc…
    Pour ma part, je ne pense pas qu’internet soit le « lieu » propice pour une discussion constructive, c’est la raison pour laquelle je privilégie toujours le contact humain dans la vie réel, lorsque je souhaite trouver un dénouement positif avec mon interlocuteur.
    Anna, sache que je partage également ton avis.

    La femme noire est perçue comme le déchet de l’humanité, non par « la société », mais par l’oligarchie qui s’est évertue à coups de génocide et de propagande (études « scientifiques » comprises), à imposer cette vision à l’ensemble de l’humanité, comme on bourre de farce le cul d’une dinde à noël avant de la passer au four et de la dévorer (cette image reflète parfaitement ce qui est en train de se passer, mais les gens sont trop occupés à s’entre tuer pour s’en rendre compte).
    Constat devant lequel nous sommes tous unanimes, sans jamais se poser la question du « pourquoi? ».

    Les gens qui ont un avis tranché sur la question, ne sont pas curieux (ou trop occupé à regarder, le foot, les fesses de Kim Kardashian, les vidéos de chats ou les débiles à Cancun) de savoir pourquoi un tout petit groupe de personne utilisent des stratégies toutes plus abjectes les unes que les autres (tortures, esclavage, colorisme, publicités, films, musique, peinture, religion, vaccins, nourriture, castration des petites filles africaines, statistiques orientées, dissimulation historique etc…) dans le seul but de dégrader des femmes soit disant naturellement « inférieures ».

    Les choses évidentes n’ont pas besoin d’être répétées inlassablement, elles s’imposent d’elles-mêmes…
    Il est très difficile d’admettre que les choix que nous faisons dans la vie, sont dictés non par nos désirs profonds, mais par notre environnement et par peur du regard des autres.

    Ce qui est en réalité souvent le cas, malheureusement.

    Te rends-tu comptes chère Anna, que l’homme dont tu parles éprouve un tel désir et un tel amour pour toi qu’en dépit de l’image dévaluée de la femme noir-métisse en occident, cet homme est sorti avec toi, allant jusqu’à te présenter à ses parents et ayant toutes les difficultés à mettre un terme définitif à votre relation.

    J’espère que tu ne prendras pas mal ce que je vais te dire, mais d’après moi, il ne t’a pas quitté parce que les femmes noires-et métissées sont plus connes ou plus laides que les autres, il t’a quittée parce que tu manquais d’ambition et que le seul moyen qu’il avait pour justifier le fait d’être en couple avec toi vis-à-vis de son cercle, c’était de prouver que ta « valeur » était 10 fois supérieure à celle de n’importe quelle caucasienne, de par une réussite professionnelle hors du commun.

    En clair, cet homme attendait de toi que tu sois 1 000 fois meilleur qu’une « simple jolie fille » et 10 000 fois meilleure qu’une « blonde » (pour te citer) dans tous les domaines, tout en étant confrontée à 10 000 fois plus de difficultés.
    Ce qui m’amène à la question suivante ? Si tu étais profondément amoureuse de lui, qu’est ce qui t’empêchai d’atteindre son niveau social, voir de le dépasser socialement, histoire qu’il sache que tu es avec lui par amour et pas que pour son argent (ce qui je pense était sa véritable crainte).

    Avait-il suffisamment confiance en lui au point de t’encourager dans tes projets sans te reprocher plus tard de gagner autant que lui voir plus ?

    Et enfin, t’aimait-il suffisamment et avait-il suffisamment confiance en toi pour « t’attendre » et profiter de ce temps-là pour faire le ménage dans sa vie, comme par exemple dégager ses ex envahissantes, faire le tri dans son cercle « d’amis », travailler sa confiance en lui. Ceci, dans le but que votre relation évoluent sur les meilleures bases.

    Bref, pour finir, je dirais que l’avantage de ce buzz, c’est qu’il aura permis à beaucoup de femmes noires de découvrir ce que penses d’elles, la majorité des gens qui les entourent et ainsi les pousser à retrouver leur dignité en les forçant à s’intéresser à leur véritable identité… Ce que j’ai déjà fait.

    Ainsi chaque fois qu’une personne intelligente, ouverte d’esprit et bien élevée est disposé à discuter de manière polie et conviviale autour de ce sujet, dans la vraie vie, je suis maintenant en mesure de lui fournir tous les documents nécessaires pour justifier mes arguments et lui démontrer par des faits avérés que son point de vue sur les femmes noires lui à « peut-être » été administré et n’ai en aucun cas, une vérité universelle qui va de soi.