La séduction pour les nuls, dimanche et fin



Dernier épisode de la saga. Après samedi, dimanche, et la fin de la semaine de réflexion de notre narrateur sur le thème des relations homme-femme et de la séduction.

Dimanche : être deux ne signifie pas être l’autre

12 heures 29. Le charme est rompu, j’ai enfin fait ma grasse matinée. Eh oui, aujourd’hui, c’est dimanche, le jour où même le seigneur s’est reposé (d’avoir conçu la femme, probablement.) Ce midi, le programme consiste en un déjeuner chez Antoine, que je n’ai pas vu depuis son emménagement avec sa copine il y a huit mois. Il a un peu disparu de la circulation à ce moment-là, ça me fera plaisir de discuter avec lui. Et puis, au final, c’est un peu ce qu’il vit, le but de ma quête : le bonheur à deux. C’est donc certainement une bonne idée que d’aller examiner de plus près ce qu’il vit. J’ai le temps de me faire mon thé tranquillement, de prendre une bonne douche et d’y aller doucement. C’est parfait.

Vivre ensemble, être ensembles sans vivre, le bonheur conjugal est chose délicate

C’est sympa, chez eux. On sent la touche féminine. Je trouve Antoine bien changé par son nouveau bonheur. Celui-ci semble si intense qu’il ne peut le gérer lui-même sans l’aide de sa moitié. Ce genre de configuration me laisse toujours un goût étrange. C’est donc ça, le bonheur, laisser sa copine répondre à sa place et l’affubler en permanence de noms excessifs ? Je ne sais jusqu’à quel point je veux réellement vivre en permanence une joie aussi éclatante, celle d’appartenir à une entité bicéphale. Petit extrait de conversation :

Moi – Au fait, vous vous êtes rencontré comment exactement ?

Antoine – Eh bien en fait, je l’ai vue à la soirée de…

Elle – Non, dis que c’est ta sœur qui a fait en sorte que je te rencontre.

Antoine – Oui, mon cœur c’est vrai et…

Elle – On avait pas mal parlé de toi, on avait décidé elle et moi que ce serait une bonne idée qu’on se mette ensemble

Antoine – Oui mon ange, vous avez eu une idée formidable

Elle – Oui parce que tu comprends, Antoine, il est un peu mou.

Antoine – Ca c’est vrai mon cœur, j’ai un peu ce défaut.

Moi – Pourtant, à l’époque où nous bougions un peu ensemble, je trouvais Antoine plutôt dynamique.

Elle – Oh il a dû vieillir !

Petit rire niais d’Antoine

Antoine – Ah ah ah, arrête mon cœur, tu es dure avec moi !

Et il lui fait un petit bisou.

Elle – C’est comme quand j’ai emménagé ici. C’était un de ces bazars ! Il ne sait pas se prendre en main, Antoine. J’en ai jeté, des cochonneries ! Il avait même des piles de magazines de voiture sur dix ans !

Moi – En même temps, c’est sa passion…

Elle – Il y a tout de même un moment où il faut qu’il grandisse. En tout cas, j’ai remis un peu d’ordre là-dedans.

Antoine – C’est vrai mon cœur, heureusement que je t’ai !

Petit bisou.

La suite de l’apéritif se déroule sur le même schéma. Il se trouve que « mon cœur » est une excellente cuisinière, ce qui doit, concomitamment à son arrêt du foot du dimanche avec ses copains, expliquer la naissance de son petit ventre en huit mois, lui que j’ai connu sec durant huit ans.

Le couple existe, je l’ai rencontré

Après ce délicieux (gustativement parlant) repas (durant lequel j’ai eu droit au vin, contrairement à Antoine), je prends congé pour les laisser vivre plus intensément leur couple. Il fait beau, je vais marcher un peu pour rentrer. Je ne suis guère pressé, de toute façon. Tandis que mes pas me font flâner au hasard des rues, je repense au concept de couple. Tout ça pour ça ? Je longe un petit parc vert et discret, à l’abri du monde et dans lequel le dimanche semble s’étirer mollement et doucement comme les grandes vacances de notre enfance, exempt de soucis et hors du temps.

Je décide d’y passer quelques instants. Quelques bambins jouent, observés par l’œil bienveillant de leurs parents, discutant doucement assis sur un banc. Un peu plus loin, deux jeunes étudiants (probablement, vu leur âge et leur habits trop « relâchés cool mais un peu fashion » pour qu’on ait affaire à de jeunes travailleurs) Se tiennent la main en se regardant les yeux brillants. Ils ont l’air heureux, il semble lui désigner dans son discours des points lointain qu’eux seuls semblent distinguer, on sent une admiration dans le regard de la jeune fille et blottie contre le bras protecteur de son petit ami. Et, en balade dominicale, le coup de grâce : deux personnes âgées, des seniors comme ont dit maintenant, enfin bref, un couple d’une soixante-dixaine (si j’ose dire) d’année qui déambulent (mais sans déambulateurs, plutôt en pleine forme) ensemble, semblant parler de la météo et de l’énorme et improbable corbeau posé sur l’herbe à quelques pas de nous. Par le saint Graal, depuis combien de temps sont-il en couple ? Ce genre de bonheur semble bien exister. C’est peut-être Antoine qui n’a pas conduit sa vie comme il l’aurait pu ? Je reste perplexe.

Où trouver une aide sur la séduction ?

Rentrant chez moi, après cette longue marche digestive, toujours perdu dans mes pensées, je choisis d’interroger l’oracle moderne à qui s’adressent toutes les questions et qui détient toutes les réponses. Internet. Les moteurs de recherche sont mes amis, comme disent mes amis ingénieurs informaticiens dans leurs traits d’humour les plus désopilants. Voyons comment la divinité Google m’aide dans l’éternelle quête du bonheur que poursuit tout humain.

J’ai réalisé que j’étais pour l’instant plutôt mauvais en séduction, et je veux une vraie vie amoureuse.

Requête : « nul en séduction vie amoureuse »

Première réponse : https://www.hommesdinfluence.com/articles/985_seduction-1.html

Je clique.

Je lis.

« La séduction pour les nuls : préambule

Le jour où j’ai réalisé que ma vie amoureuse n’en était pas une.

C’est un peu dommage, cette pluie… »

C’est sûr, aujourd’hui est une bonne journée.

Matt

Pas d’e-book à télécharger. Pas de dvd à commander. Pas de séminaire à réserver. Si vous avez apprécié la saga, prolongez-en l’esprit et la qualité, sur le Spike Club.

Revivez les épisodes de la saga :

  1. Dimanche : le jour où j’ai réalisé que ma vie amoureuse n’en était pas une
  2. Lundi : La vie se compose de ceux qui ont le savoir-faire, de ceux qui font savoir… et de ceux qui ne font pas
  3. Mardi : gentil, c’est pas une vie
  4. Mercredi : confidence pour confidence, c’est mal engagé
  5. Jeudi : rencontre avec Jacques le fataliste
  6. Vendredi : aime ta prochaine comme toi-même, ou l’incompatibilité de la séduction et de la misogynie
  7. Samedi : pas d’amour sans sexe
  8. Dimanche : être deux ne signifie pas être l’autre

SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "Devenez intéressant, iii : story-telling"
  1. Devenez plus écouté, plus intéressant et plus charismatique
  2. Appliquez les techniques de séduction au monde professionnel
  3. Découvrez la puissance d'avoir une connexion sexuelle avec quelqu'un
SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "Dégagez l'énergie d'un boxeur"
  1. Ayez confiance en vous pour oser plus
  2. Développez votre énergie physique et votre force mentale
  3. Améliorez votre performance
  4. Assumez et développez votre masculinité

10 commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Je ne sais plus par quelles étranges pérégrinations virtuelles je suis arrivée là (n’ayant pour ma part rien tapé sur google), mais c’est un régal.
    Bravo pour le feuilleton hebdomadaire de l’apprenti séducteur, le style est agréable et le fond attachant. Un peu dommage que traînent quelques fôtes et autres coquilles quand même…
    Je suis une femme, aînée d’une fratrie dont un frère à « coacher » (ni apollon ni dégourdi, pas simple), sans compter les hommes-&-amis qui ont jalonné ma vie (souvent des ex ou d’adorables « bons partis » — confidents, asexués ou fatalistes de tout acabit… qui me plaisaient humainement et spirituellement mais dont le potentiel d’attirance était en effet sous les 50% comme lu par ailleurs sur ce site…).
    Pas du tout outrée mais plutôt amusée et vivement intéressée, je découvre ici la profondeur de remise en question, atermoiements, sensibilité à vif chez la gent masculine. [N’en déplaise à Stéphane, Proust et Margaret Mitchell c’est de la gnognotte à côté… quoi qu’à mon avis les followers et contributeurs de spikeseduction planent largement au-dessus du vulgus pecum. Certains citent Jung dans le texte, c’est dire.] Bref l’ensemble n’a rien à envier aux looongues soirées filles avec dissection de cerveaux de cœurs et d’entrailles pour tenter d’essayer de tirer au clair un embryon de début de sens à ce qui « nous » arrive (ou pas, hélas !) avec les messieurs. [Là mon honnêteté intrinsèque m’oblige à spécifier que je ne côtoie que des filles charmantes voire ravissantes, à la libido bien vivante et qui plus est intelligentes, je ne fais pas l’Insee.]
    Alors ce qui serait bien pour l’avenir de l’humanité, c’est d’arrêter de creuser des tranchées et de faire le guet pour espionner l’ennemi… mais plutôt de construire des ponts et de jeter des passerelles, histoire de faire l’amour pas la guerre nom d’une… euh nom d’un chien. Si ce site peut y contribuer, alléluia !

  • Une semaine plus qu’instructive ! Je dois bien avouer avoir des points communs trop nombreux avec chacune de ces « personnalités ». Pour moi la meilleure série d’articles (pour le moment découverte ^^) sur le site.
    MERCI !

  • Bien vu et bien écrit.
    Apprendre les erreurs à ne pas commettre c’est déjà un bon début!

  • Terrible… Comme dirait Frédéric Martin au Dr Helmut Perchut, « c’est toute ma jeunesse que vous racontez là… »
    Mais je n’ai jamais été jusqu’à offrir des fleurs, tout de même.

  • C’est drôle comme chacun peut trouver facilement chacun de ces types dans son entourage, le fataliste, le naturel hasardeux, le gentil confident asexué…

  • Merci à toi, super idée d’utiliser une histoire « initiatique » plutôt qu’une liste de conseils :-)

  • Excellent article, j’aime beaucoup le style et j’ai reconnu beaucoup de couples amis dans la description faite d’Antoine et sa chérie …

    Un petit couac cependant : moi aussi j’ai tapé « nul en séduction vie amoureuse » et le premier lien est .. hum … traite du même sujet dira t-on mais un peu différemment de SpikeSeduction !!

    ;)

  • Dommage que spikeseduction n’apparaisse pas en premier dans google lorsque l’on tape la requête

    « nul en séduction vie amoureuse ».

    Pour le coup, la mise en abîme aurait-été sublime…

  • On a enfin droit au fin mot de l’histoire. Comme pour les autres jours de la semaine, très bien écrit.

    Ps : « concomitamment » où a t’il été cherché ça… (on se demande bien).