Devrait-on partir en vacances avec son ex (qu’on aime toujours)



Aujourd’hui courrier des lecteurs spécial partir en vacances avec son ex. Quand la relation est bien terminée, finie, quand elle fait complètement partie du passé, quand le divorce est bien prononcé, est-il encore possible, à défaut de recoller les morceaux, du moins de partager quelques jours / semaines de vacances avec celle qui est désormais son ex  

Bonjour Stéphane,

Cette femme devrait être pour moi illicite. C’est mon talon d’Achille, je peux rationnaliser, comprendre les mécanismes, savoir quoi faire : en sa présence je me retrouve toujours à foncer dans le mur ! Alors pour que tu comprennes ce dilemme sur les vacances (faut-il ou pas partir en vacances avec son ex), je vais te raconter ma petite histoire d’obsession, d’addiction et surtout de faiblesse humaine.

Lors du dernier séminaire auquel j’ai participé, nous avions brièvement évoqué ce cas. Je te préviens de suite car c’est la 1276ème fois qu’on te parle de ce sujet. Mais ce n’est pas la 1276ème fois qu’on te parle d’une femme si compliquée.

Avec mon ex, c’était l’amour fusion

J’ai rencontré M. il y a 4 ans, nous avons eu tout de suite un coup de cœur l’un pour l’autre, rapidement nous avons tout partagé et il devenait même difficile de nous séparer, même (surtout) en vacances.

Nous avons fusionné, mais pas comme 2 êtres qui se replient sur eux-mêmes, loin de là, nous avons fusionnés nos univers, nos goûts, nos amis respectifs, nos familles, pour vivre un parfait bonheur.

Notre première dispute de couple eu lieu au bout de 9 mois, 9 mois ! Le temps de gestation de notre première expérience de manipulation mutuelle.

Durant 2 ans environ, nous filions le parfait amour, formant une équipe soudée qui dépassait les obstacles se présentant et commençant même à envisager l’avenir. Je n’avais jamais réussi à me projeter dans une vie de famille, mais avec elle ce fut très naturel.

Probablement la femme de ma vie

Il y a peu de choses plus agréables que de penser avoir trouvé la femme avec qui on veut fonder une famille, et très logiquement, il a peu de choses aussi désagréables que de devoir abandonner cette idée.

La 3ème année fut difficile, nous voulions un enfant mais n’y parvenions pas, des déceptions professionnelles pour elle, une énergie en baisse pour moi, tu dois le savoir mieux que moi, ça consomme de l’énergie une femme très féminine… Au terme de celle-ci, nous avons rompu, non sans difficultés.

Artiste + hypersensible

Cette relation était lors de cette dernière année vampirique, cette jolie artiste hypersensible m’a happé toute énergie, a crée de la rancœur petit à petit, et au lieu de fuir au signal d’alarme, je suis tombé dans le piège et j’ai endossé mon costume de sauveur…

Elle a tout quitté, pris son sac à dos et a disparu pendant quelques mois. A son retour, elle s’est mise en couple (un prétendant de longue date, très patient) mais nous avons continué de nous voir occasionnellement les premières semaines.

Son couple avec lui aura duré 6 mois, et elle le quittera en lui disant qu’elle m’aime toujours. La réalité c’est qu’au bout de 6 mois, il s’est retrouvé à court d’énergie pour faire vivre cette relation, et qu’elle l’a abandonné comme une enfant délaisse son jouet une fois qu’il est cassé.

En une semaine, il était remplacé

Elle a du le remplacer en moins d’une semaine, il était probablement remplacé avant même d’être éjecté. Elle est donc avec un nouveau, depuis 2 ou 3 mois, avec qui les choses se passent bien, mais elle songe à le quitter, car il tombe amoureux, selon ses propres termes.

Dans cette dernière année, nous avons eu plusieurs périodes sans contact, et d’autres où nous nous appelions, où nous trouvions un prétexte pour nous voir, prendre un verre et discuter. C’est difficile de couper totalement les ponts avec quelqu’un qui a beaucoup compté dans sa vie, c’est perdre une part de soi. Pendant ce temps, j’avais des relations qui duraient entre 3 heures et 3 mois, qui m’occupaient sans jamais me faire ressentir le soupçon d’un sentiment amoureux.

Ca fait donc aujourd’hui un an que nous sommes séparés, et le week end dernier, nous étions à une soirée, elle avec son groupe d’amis, moi avec le mien. Je l’ai vu de loin avec son mini short en jean, c’est le genre de brune putasse qui ne t’attire pas, la Sasha Grey. Mais ce n’est pas le sujet, lorsqu’une complicité intense se crée entre 2 êtres, elle ne disparaît pas forcément après la rupture, j’en ai fait l’expérience lors de cette soirée.

La soirée de tous les baisers

Je me suis retrouvé à rencontrer ses nouveaux amis, à danser avec elle, à la prendre dans mes bras et à l’embrasser, tout ça avec un naturel déconcertant. Lors de cette soirée, elle m’a vue embrasser une autre femme, une jeune slave qui finit parfois dans mon lit au petit matin, elle me l’a fait remarquer simplement, me demandant si j’étais avec elle.

A la fin, elle partit avec ses amis, moi avec les miens (et ma slave), m’envoya un SMS pour me demander si j’étais bien rentré et rentré avec elle. J’ai menti, j’ai répondu par la négative instinctivement… Drôle de réaction je l’avoue, je n’ai pas à lui mentir, elle est en couple rappelons le.

Cet été je pars en vacances, un peu seul, un peu avec des amis, et un peu avec une femme. J’en ai invité une qui semble très partante, j’attends sa confirmation (ou son annulation) dans les jours à venir. Il s’agit d’un flirt depuis quelques semaines mais rien qui ne s’est concrétisé par un acte sexuel ni même un simple baiser. Ca peut sembler risqué, mais le contexte de cette autre histoire est lui aussi assez particulier.

Faut-il partir en vacances avec son ex ?

Sauf que c’est là où j’ai fait n’importe quoi. Hier j’ai proposé à M. de m’accompagner. Partir en vacances avec son ex, tu te rends compte ? Passer cette jolie soirée avec elle m’a complètement fait replonger. Tous mes sentiments sont remontés en l’espace de 48 heures.

Mon ex a d’abord accepté de partir en vacances avec moi…

Quelle fut sa réaction ? Tout d’abord positive, m’indiquant même ses dates de disponibilité.

… avant de se raviser

Puis au fil des minutes plus rationnelle, comprenant que cela pouvait plus me faire de mal que de bien car cela ne repartirait pas sur une relation, ce ne serait au mieux qu’un interlude d’été. Mais justement, pour un interlude d’été, ne valait-il pas mieux un parfait inconnu, quelque chose de nouveau ? Pour elle, partir en vacances avec son ex, c’était niet. Ça devait sentir le réchauffé.

Aujourd’hui elle a grandi, elle semble plus à même de gérer ses émotions, sa sensibilité, et c’est encore plus dangereux, elle m’attire d’autant plus. Alors je sais que je suis en obsession perpétuelle sur elle, que tout cela n’est qu’un signal me disant de vivre plus intensément que ce n’est le cas actuellement, mais qu’il est également venu le moment de réellement abandonner.

Il n’y a pas réellement de question à la fin de mon récit, que pourrais-je demander que je ne sache déjà ? Manifestement, pour partir en vacances avec son ex, mieux vaut ne jamais avoir été vraiment ensemble…

F.

Crédit photo : Khánh Hmoong

Voici la fin du 1276ème récit d’obsession amoureuse que tu reçois, même si tous sont un peu ridicules lorsqu’on a du recul, le mien a le mérite (si il en a un) de ne pas être pour une fille du lycée que j’ai toujours secrètement aimé sans jamais osé lui dire.

 


SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "relations longues II : reconnaître les filles qu'il vous faut"
  1. Osez aborder les gens qui vous intéressent
  2. Consolidez les relations et épanouissez-vous en couple
  3. Décodez la psychologie féminine comme un livre ouvert
SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "secret agenda"
  1. Consolidez les relations et épanouissez-vous en couple
  2. Décodez la psychologie féminine comme un livre ouvert

4 commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Bien que des détails diffèrent, je me suis retrouvé dans chacune des lignes de ton histoire. C’est fou la capacité qu’on a, après avoir eu l’impression d’avoir tourné la page, de retomber si vite dans les chimères du passé.

    J’étais un homme qui ne s’attachait pas, qui réussissait toujours à garder ce masque de glace qui me permettait de draguer les plus belles sans tressaillir. Et il y a eu une exception, qui n’aurait pas du en être une, car elle n’était pas forcément plus belle, ou plus quelque chose, elle était juste elle, et ça me suffisait. Je l’ai aimé de ces amours qu’on ne lit que dans les livres. J’ai mis beaucoup de temps à le lui avouer, beaucoup plus longtemps qu’elle en tout cas. Et lorsque je le lui ai dit, je pensais être arrivé au sommet, mais non, c’était une montagne sans fin, une ivresse sans limite. Sentiment tellement grisant. Comme toi, notre première dispute n’est survenue que longtemps après nos premiers rapports. Et on a finit par vivre ensemble, à considérer l’avenir, à vouloir un enfant – a mon sens c’est là que tout a basculé, même si je ne peux pas faire de cause à effet directe. Toujours est-il qu’on s’est épuisés. Et tout en s’aimant toujours, on s’est séparé.

    Là, on a prit des chemins différents : j’ai entrepris une quête désespérée de reconquête, qui n’a eu pour conséquence que de réveiller un goût pour les vices déjà bien prononcé. Elle a avancée. Enfin, c’est ce que je croyais.

    Lorsque j’ai réussi à ne plus être constamment dans le souvenir de ce bonheur que j’avais perdu, j’ai cru – à tors – avoir tourné la page. Malgré de nombreuses aventures, aucune n’a réveillé ce que j’ai ressenti pour elle.

    Et puis, on a repris contact (on ne l’avait jamais perdu, mais…). Je me suis rendu compte que je restais le seul qu’elle ai vraiment aimé. On s’est revu, et en l’espace d’une soirée, tout est revenu.

    Aujourd’hui, on est proche, pas physiquement car je suis parti à 800km pour m’enfuir. Mais on se parle régulièrement, on meurt d’envie de se voir, on est…comme un couple, sans l’être.

    Je ne m’épancherais pas sur les détails (même si en me lisant on pourrait croire le contraire). Je sais être dans l’obsession amoureuse. Ou dans le profil du poète que j’ai lu dans un article un peu plus haut. Et oui, ce n’est pas bien, pour pleins de raison, au premier rang duquel celle de ne pas être capable d’évoluer.

    Mais en ai-je vraiment envie ? En as-tu vraiment envie ?

    C’est sans doute niais, mais ne peut on pas considérer que cette femme me corresponde. Que ce soit celle que je veux, et que j’ai envie de la retrouver, un jour, quand nos destins se croiseront vers une route unie ?

    Au regard de la séduction, c’est une erreur de penser ainsi. Mais au regard de la vie, du bonheur ? J’ai rencontré beaucoup de femmes, avant, et après elle. Mais elle reste là, immuable, et je suis aujourd’hui prêt à attendre. Je ne suis plus dans la logique de retrouver un rêve perdu. Mais une femme aimée. Si je fais cette précision, c’est qu’aujourd’hui, je sais qu’elle n’attend qu’un mot de ma part, mais nos vies sont actuellement incompatibles (outre la distance, je fais face à des problèmes que je dois régler avant de pouvoir espérer quoi que ce soit, et elle, de son côté, doit poursuivre ses rêves et ne surtout pas les avorter pour moi).

    Bref, si je te raconte tout ça, c’est que je pense qu’il peut y avoir quelque chose de beau dans cette obsession amoureuse. Que ce n’est pas seulement une réaction d’AFC. Que ce n’est pas que du sadomasochisme ou la poursuite d’un idéal inexistant.

    Par exemple, je me suis souvent retrouvé dans Hank Moody, autant dans sa personnalité déviante et extrémiste, que dans ses aventures pacagèrent sans importance, que dans sa quête perpétuelle de la femme de sa vie. Le fait est que c’est une quête vouée à l’échec, qui le tire vers le bas, plutôt que de lui permettre une alternative. Mais malgré cet état de fait dont j’ai parfaitement conscience, je trouve qu’il a raison d’y croire, et de s’y accrocher. Ou alors, est-ce une excuse que je me trouve à moi-même ?

    Ce commentaire ne pose aucune question, n’attend aucune réponse particulière, et ne te donne aucune solution, mais je sais par expérience que la vie d’autres peuvent apporter du recul, permettre une piste de réflexion différente.

    A bientôt,
    Champia.

  • « mais nous avons continué de nous voir occasionnellement les premières semaines »

    « Ca fait donc aujourd’hui un an que nous sommes séparés, et le week end dernier, nous étions à une soirée, elle avec son groupe d’amis, moi avec le mien. »

    « Sauf que c’est là où j’ai fait n’importe quoi. Hier j’ai proposé à M. de m’accompagner. Passer cette jolie soirée avec elle m’a complètement fait replonger. Tous mes sentiments sont remontés en l’espace de 48 heures »

    Si tu en as marre de replonger et de te noyer à chaque fois, lâche définitivement l’affaire, c’est ce que je fais en ce moment, on est au fond mais c’est reculez pour mieux sautez, toi tu ne fais que reculer, reculer..