10 amis de plus, 9 amis de trop – par Julien



Où il sera question de comment se faire des amis. Mais pas seulement.

Ca y est ! Vous venez d’arriver sur Hommes d’Influence et vous avez enfin trouvé le Graal. Finie la timidité, finis les échecs sentimentaux, fini de vous sentir mal à l’aise et hors de votre élément dans les soirées, vous allez apprendre à Séduire avec un grand S et devenir l’être humain le plus populaire de votre école / fac / bureau / club de gym / cours de salsa (rayer la mention inutile).

Maintenant, vous savez quoi faire pour être intéressant, vous êtes drôle, les filles vous aiment, tout le monde vous adore et veut être votre ami. Et vous allez faire une erreur énorme… Vous allez tous les laisser entrer dans votre univers. Alors que vous avez été éduqués pour rechercher la qualité, vous allez miser sur la quantité.

C’est grisant le succès, mais il ne faut pas qu’il vous monte à la tête et vous fasse faire n’importe quoi. Explications.

Comment se faire des amis ? En comprenant la clé des gens

Faut pas croire que le succès, c’est tout ce qu’on s’imagine

Le succès est intimement lié au pouvoir, et votre capacité à attirer les gens va reposer directement sur la valeur, réelle ou non, qu’ils perçoivent vous concernant. Quand les amis viennent spontanément vers vous, ils ont un intérêt à le faire. Il faut prendre le terme « intérêt » au sens très large, mais ne vous méprenez pas, tout le monde a une idée derrière la tête. Ce n’est pas toujours malveillant, heureusement, mais il faut garder cette notion à l’esprit pour comprendre la suite.

Ce qu’on appelle intérêt prend différentes formes, une personne peut chercher:

  • à vous séduire
  • à profiter de votre relationnel
  • à profiter des moyens à votre disposition
  • à profiter de vos revenus
  • elle peut simplement vous trouver intéressant et vouloir vous connaitre mieux
  • chercher à meubler un moment dans sa soirée
  • être intéressée par votre opinion
  • etc…

Bref il y a beaucoup de raisons de s’intéresser à quelqu’un, elles ne sont heureusement pas toutes négatives (et certaines sont même très positives), mais il faut en être conscient dès le départ pour ne pas faire l’erreur de faire confiance aux mauvaises personnes, c’est à dire les parasites.

Les amis parasites et ce qu’ils impliquent.

Vous êtes donc une personne qui reflète une certaine valeur. En tant que tel, vous fréquentez des gens qui vous correspondent, vous menez une vie agréable, vous donnez l’image de quelqu’un qui vit bien, ou autre, et ceux qui n’ont pas votre « chance » veulent s’intégrer dans votre univers. Ils vont donc vous coller pour s’intégrer à votre groupe ou profiter de ce que vous avez et qui les intéresse.

En soi, ça peut ne pas être gênant, et on se retrouve souvent à le tolérer, si ça ne vous coûte pas trop (au sens large) et s’il y a réciprocité. Mais c’est souvent là que le bât blesse, ces personnes sont juste des trous noir qui aspirent tout ce qu’ils peuvent sans se soucier des soucis qu’ils vont vous causer. Un exemple ? Rappelez vous de cet « ami » qui vient toujours discuter avec vous quand vous abordez une fille, ou de cette fille qui vient vous prendre la main ou dans ses bras en face de celle qui vous intéresse alors que vous n’avez rien demandé. Ca vous rappelle quelque chose ?

Voila ce que sont les parasites, ce sont des dévoreurs d’opportunités. Ils vont systématiquement chercher à profiter de vous sans se demander s’ils vous dérangent ou s’ils vous coutent une opportunité. Ils vont réclamer constamment votre attention de peur que vous ne les oubliez. Et ils ne vous apporteront jamais rien… Vous allez juste vous servir d’eux pour meubler les rares fois où vous serez seuls à une soirée et où il faut trouver quelqu’un à qui parler pour se donner une contenance.

En d’autres termes, ce sont des gens qui non seulement n’ont aucun intérêt, mais qui vous gênent. (Petite parenthèse, c’est aussi ce plan cul honteux que vous voulez cacher mais qui n’arrête pas de vous relancer en public…)

Comment gérer les amis que l’on s’est fait ?

Merci Facebook

La baguette magique des relations sociales, Facebook. On y revient souvent mais gardez à l’esprit que si vous êtes un tant soit peu actif sur Facebook, la quasi-totalité de vos relations sociales sont dans vos Friends. C’est donc une bonne manière de classer les gens qui vous entourent.

Personnellement, je crée trois groupes: -1 , 0 et +1

  • Les -1 sont ceux qui prennent sans demander, et sans rendre, ou ceux qui vous coûtent des opportunités. Ce sont les gens qu’ils faut évacuer au maximum de votre entourage, et en faisant votre tri vous vous rendrez compte qu’il y en a un certain nombre autour de vous.
  • Les 0 sont les gens neutres, ceux que vous croisez sans vraiment les connaitre, mais dont la discussion est agréable, ou qui peuvent meubler un petit moment de creux dans une soirée. Ils pourraient être vos amis moyennant un petit effort.
  • Les +1 sont les gens qui vous apportent sans condition (ce qui implique que vous leur donniez sans conditions aussi, sinon vous êtes un -1 pour eux) ou qui vous renvoient ce que vous leur donnez. Bref, ceux qui vous tirent vers le haut.

Une fois ce tri fait, prenez le groupe des -1 et faites un second tri, ceux qui méritent une chance et ceux qui n’en méritent pas. S’ils ne la méritent pas, vous pouvez envoyer un message clair en les supprimant de vos Friends. C’est pas sympa hein?? Non, mais vous savez quoi??

Etre sympa, c’est très surfait…

Pour reprendre une expression qui parlera à tout le monde ici, il faut être le prix. Si vous êtes le pote de tout le monde, vous serez fade et il n’y a aucun défi ou intérêt à vous connaitre puisque tout le monde vous connait. Vous n’attirerez donc au mieux que les gens médiocres et un gros paquet de parasites. Les autres n’ont pas besoin de connaitre une personne de plus dont l’amitié n’a aucune valeur, puisque offerte à tous sans condition.

Voila le scoop que vous n’attendiez pas: Vous ne devez rien à personne. Ce n’est pas parce que quelqu’un vous décrète son pote que vous devez l’accepter, même par politesse. Il y a des gens qu’il vaut mieux écarter dès le départ, et si vous ne l’avez pas fait, il faut les écarter dès que possible sans se soucier de ce qu’ils peuvent penser. Il faut avant tout être sélectif, et choisir qui on veut fréquenter.

J’ai réalisé il y a peu que je sortais avec des filles pas mal, mais moyennes au final, parce que je n’étais pas le prix, je laisse venir celles qui sont intéressées et je prends celles qui sont dans mes critères élargis, mais je ne fais pas d’effort pour aller vers celles qui me plaisent vraiment, avec qui je pourrai envisager quelque chose. Qu’on se comprenne bien, c’est infiniment mieux qu’avant, mais ça n’est pas ce que je visais au départ, je voulais choisir qui me plaisait.

On ne se fait pas des amis comme on se fait des filles, mais…

Le cercle social, les amis, c’est exactement comme les filles, il faut un minimum de sélection, d’exclusivité et d’efforts pour avoir une valeur et avoir un groupe d’amis de valeur. Et il faut que le sentiment soit réciproque. On peut se laisser griser par un pseudo succès en ayant l’impression d’être populaire mais à la fin, ça équivaut à ne sortir qu’avec des filles moyennes sans jamais aborder celles qui vous plaisent vraiment, c’est un choix par défaut, sans amour…

Il faut définir ce qu’on aime et ce qu’on attend de la vie, parce que c’est bien sympa de connaitre tout le monde, mais à la fin, ça mène à quoi? Choisir les gens qui nous entourent, c’est choisir la vie qu’on a envie de mener et la direction dans laquelle on pointe, connaitre tout le monde ne fera que diffuser votre attention et vous empêchera d’avoir une ligne directrice claire dans votre vie. Et si vous vous laissez distraire par les gens qui ne vous intéressent pas, quand allez vous voir les autres ?

Se focaliser, pour se faire de meilleurs amis

En conclusion, le message est simple: comme en séduction, il faut rester focalisé sur les gens qui en valent vraiment la peine, et évacuer les autres. Ca n’a rien à voir avec le fait d’être fermé aux rencontres, au contraire, mais il ne faut pas négliger les belles relations sous prétexte de rencontrer du monde.

Les vrais amis, c’est comme le bon vin: un grand cru va se bonifier avec le temps, une piquette deviendra du vinaigre et finira par vous rendre malade. Et il vaut mieux avoir peu de grands crus dans sa cave que plein de piquette…

Julien


SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "Recontacter une fille"
  1. Osez aborder les gens qui vous intéressent
  2. Consolidez les relations et épanouissez-vous en couple
  3. Gagnez en intelligence sociale et en aisance relationnelle
  4. Décodez la psychologie féminine comme un livre ouvert
SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "Devenez intéressant, I"
  1. Devenez plus écouté, plus intéressant et plus charismatique
  2. Ayez confiance en vous pour oser plus
  3. Découvrez les petits secrets des hommes séduisants

7 commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Et voilà, tout est cadré, tout est dans sa petite boite, et vous vous sentez rassurés.

    Cet article respire la peur, la peur de s’aventurer vers l’autre, la peur de tenter une aventure, d’essayer de lacher prise. C’est bien beau de vouloir tout contrôler, mais c’est une utopie.

    A force de vouloir mettre tout le monde dans des compartiments rangés, vous allez finir seuls dans votre box, seuls, avec vos copains élitistes…

  • Merci Julien.
    Préoccupation du moment en ce qui me concerne également, cet article donne à penser à travers de bonnes pistes.
    Quand on travaille à augmenter sa valeur, il faut forcément repenser son cercle social par souci de cohérence. Snobisme ? Non, simple logique.

  • Comme quoi, avoir 600 amis sur facebook, c’est bien beau, ca fait « je suis populaire », ca peut même rendre « fier »… mais fier de quoi au final ?

  • Merci pour la justesse de ton article Julien.
    On pourrait même ajouter dans la foulée : « Il est bon de traiter l’amitié comme les vins et de se méfier des mélanges. » de Sidonie Gabrielle Colette
    Parce qu’il est parfois inquiétant de voir de nouveaux liens en briser d’autres…

  • Cela me rappelle mon expérience personnelle.

    Je suis parti habité au pays de Rembrandt et Spinoza sans y connaître qui que ce soit. Sans être ni autiste ni la personne qui aimante tout le monde dans les soirées, j’ai rencontré du monde. J’ai donné et j’ai vu qui m’a donné (en retour ou de soi-même). Rapidement le choix de ne fréquenter que mes « 0 » et « +1 » s’est naturellement imposé à moi.
    Je n’en suis pas mort. Contrairement à Lucky Luke, je ne finis pas toutes mes journées seul en rentrant.

    Il est en effet appréciable de ne pas perdre son temps, de savoir que l’on va voir des personnes que l’on a choisies et réciproquement. Qu’il est gratifiant de choisir sa vie et de ne pas laisser les autres le faire pour soi!

    A ceux qui hésitent encore à la lecture de cet article: ce choix est payant. Foncez. En plus les problèmes de transport actuels sont propices aux nouvelles rencontres…

    Encore une expérience similaire Julien ;-)

  • Article très intéressant, utile, et qui tombe à pic dans ce que je vie actuellement. Ce n’est pas que j’ai beaucoup d’amis ou beaucoup de « parasites » autour de moi, mais il vaux mieux prévenir que guérir en fessant les bons choix qui ne nous emporterons pas dans de mauvaises directions.

    Merci ;P