Il n’aurait pas dû commettre 2 fois cette erreur…



Vous avez déjà commis cette erreur avec une femme qui vous fascinait, il ne faudra plus jamais la reproduire, mais laquelle est-ce?

L’histoire de Léa a déjà quelques années. Elle est oubliée, je ne croyais pas que je revivrais exactement les mêmes erreurs, peut-être en pire. Un peu comme jouer un rôle pour lequel je ne suis décidément pas fait.

L’ironie de la vie est parfois de nous ajouter des signes imperceptibles. Toutes deux, s’appelle Prénom K. Dino Buzzati avait écrit une nouvelle sur le K. Cet animal aquatique à forme de requin, qui effraie toute sa vie un marin jusqu’à ce que celui-ci décide le confronter, à la toute fin de sa vie pour en fait s’apercevoir que l’animal voulait lui donner un trésor lui assurerait son bonheur.

Février 2014

Je l’aperçois dans un café à Prague où je réside, à quelques tables de moi et un ami. Nous l’appelerons Pauline. Quelques échanges visuels, brefs mais perceptibles. En sortant du café, je m’arrête prendre son numéro. J’essaie de la rencontrer sans succès avant mon départ 10 jours plus tard pour 2 mois de voyage (où je visite 12 pays, ce détail à son importance puisque je lui envoie de temps en temps des photos des lieux où je passe).

Mai 2014

A mon retour, elle accepte ma proposition de se voir pour un café. Rendez-vous court mais sympa, quoique certainement pas l’un des meilleurs. On a parlé certainement trop de futur… et pas assez de présent (idée sur la relation, enfants, idée sur le mariage… entre autres…)

Avertissement, les lignes qui vont suivre ne sont nullemment une expérience sur l’accumulation des ratés d’un premier rendez-vous. Tout ceci est la stricte et désolante histoire vraie qui s’est passé ces dernières semaines.

Mon erreur, lors du premier rendez-vous, au lieu de jouer léger, j’accèlére le tempo. J’ai déjà décidé de l’inviter à l’opéra la fois (10 jours après ce premier rendez-vous) d’après (I know) et puis dans un restaurant italien. Pleins gazs.

Avant ce rendez-vous à l’opéra, le mardi suivant, je devais déjeuner avec elle mais son boss ne lui permet pas de déjeuner le midi (admettons) Elle doit finir un travail urgent (admettons, encore). Dans ces cas que faîtes-vous ? La bonne idée m’est venue d’une précédente relation. Je décide de lui faire livrer des pâtisseries de la meilleure pâtisserie de la ville « pour qu’elle puisse avoir au moins un dessert ». Très bonne idée mais très mauvais timing dans la « relation ». Elle me remercie par un petit sms sympathique m’indiquant qu’elle a partagé avec ses collègues.

3h d’opéra

Le samedi, je vais la chercher chez elle (45 minutes de voiture, enfin de taxi pour moi, puisqu’elle habite loin). Elle est simplement fabuleuse, avec ses talons et son petit haut légèrement transparent, sous lequel se dessine un soutien-gorge élégant, son sourire qui pétille, ses grands yeux (ou l’inverse) .J’avais un bouquet de fleur à la main, enfin de second choix parce qu’arrivé chez le fleuriste, mon premier choix m’est joliment subtilisé par une jeune femme qui le voulait une fois que j’indique à la fleuriste que c’est le seul du magasin qui fait preuve de symphonie florale (mais c’est vraiment une autre histoire…). Je me rabats sur des tons moins rouges. Nous allons au plus fameux théâtre de la ville. La performance est incroyable et elle est bien sûr énchantée par l’endroit qu’elle photographie sous tous les angles.

Ma performance est médiocre mais l’excuse est bonne, le verre de blanc qui a suivi la délicieuse coupe de champagne est inbuvable. (Oui, j’ai effectivement cru bon d’ajouter une coupe de champagne juste avant le début du premier acte). Nos discussions qui étaient tendues dans la voiture, se sont détendues avant le premier acte mais l’entracte a remis les compteurs à zéro. L’entracte apparaît comme si nous venions tout juste de faire connaissance et notre discussion de même. Froid, rouillé, mécanique.

Après l’opéra (3 h30 dont 3 assis). J’avais prévu de l’emmener dans un petit restaurant italien très sympa et typique. Personne dans le restaurant sauf nous. Bon, pour l’ambiance, on repassera. On sert des pâtes et là, God knows why, j’ai pris les pâtes aux coquilles saint jacques. La première (coquille) me bloque irrémédiablement l’estomac, je ne peux plus rien avaler. Ca n’aide pas. Et notre discussion à la vitalité d’un anesthétisié au bloc opératoire, l’ambiance terriblement sinistre avec et moi j’ai ce rôle de l’infirmier débutant qui essaie de réanimer par tous les moyens un malade en phase terminale (Je lui ressors les mêmes questions qu’au premier rendez-vous, ce qu’elle remarque, les blancs se multiplient, c’est tout juste si je peux la regarder dans les yeux ). Nos discussions ressemblent peu ou proue à ceci :

Moi : … et si tu pouvais passer 10 jours en vacances, là tout de suite, tu irais où ?
Elle: L’Italie.
Moi : Comme c’est original
Elle: …
Moi :…
Elle:…
Moi : et tu te vois où dans 10 ans ?

Bon, si massacre à la tronçonneuse avait été un film sur la séduction, je pense que nous aurions eu droit à notre soirée dans la bande-annonce même.

Je la raccompagne en taxi (le même qui attend depuis 16h00, il est déjà minuit…) J’essaie de lui prendre sa main inerte (elle ne me repousse pas non plus). Mes esprits me reviennent, lors d’un éclair de lucidité, je décide de lui rendre la main. Nous arrivons chez elle. Je rentre. Ce fût le pire rendez-vous de ma vie.

Quelques jours passent. Je l’invite à pique-niquer avec des amis le weekend suivant, elle est occupée le vendredi. Le lendemain aussi. (c’est sa tante qui vient en ville).

C’est mort. Ceci aurait dû être la fin de l’histoire. En fait, elle aurait dû avoir lieu bien plus tôt.
Je décide de changer de braquet, après tout, il aurait fallu tout changer depuis le début, ne pas l’inviter à l’opéra, ne pas amener de fleurs, ne pas aller la chercher en taxi, ne pas formaliser une relation qui n’existe pas, arrêter la discussion et partir pendant le dîner. bref, tout l’inverse de ce que j’ai fait. C’est à ce moment là que vous pensez « j’arrête les frais ».

Mais vous voulez vraiment cette fille. (Ô Narcisse, existe-t-il une eau plus pure que celle sous mes yeux ?)

Je veux réanimer son niveau d’intérêt

J’estime que son niveau d’intérêt est réanimable mais il faut changer de situation, rendre les choses légères et funs.

Je décide donc de laisser passer 10 jours sans nouvelle de ma part, et une copine (la copine presque fiancée d’un ami) lui envoie un message sur facebook, disant que mes amis organisent une soirée surprise pour un moi pour une certaine occasion et qu’elle croit savoir que j’aurais apprécié sa présence. Après quelques jours d’hésitations, elle accepte finalement. Elle vient.
10 amis présents autour de quelques bouteilles de rosé, autour d’une table sur une terrasse au bord de l’eau, et elle à côté de moi. J’avais prévu le coup en emmenant avec moi une autre amie de longue date, qui aura su charmer l’assistance (là était le but).
Vous me demanderez « mais comment as-tu pu prévenir cette amie sachant que ce fut une surprise? » eh bien, justement, elle, Miss K, fût la seul à le croire que c’était une surprise, les autres venaient « pour une certaine occasion ».

La soirée permet de dédramatiser notre rencontre ratée numéro 1 (Bar) et numéro 2 (Opéra/resto). Mais je me rends compte qu’elle est plus proche de mes autres amis (masculins et féminins) que de moi, sauf de l’amie de longue date avec qui elle ne parle pas du tout.

Elle ne flirte pas avec moi

Elle ne flirte pas… elle est juste extrêmement amicale et séduisante avec eux (tous sans exception étaient accompagnés). Notamment avec Daniel dont elle passe une partie de la soirée à parler avec alors que la copine de Daniel les regarde de manière assassine.
La soirée se termine. Nous marchons tous ensemble, les groupes se séparent, chacun rentre chez soi jusqu’à ce que je me retrouve seul avec elle.

Je reconnais avec elle que nos premières rencontres étaient trop formelles « I knoooow » acquiesce-t-elle dans sa langue natale. Je crois enfin m’être écarter des chemins de la perdition, reprenant mes esprits. Mais je vais très mal négocier le virage… Nous prenons un taxi et je la raccompagne chez elle (effectivement, cette jolie créature de diamant et de perle aurait pu se casser une aîle, seule dans un taxi). Bizarrement, sur le chemin du retour, la conversation reprend son caractère glacial du restaurant italien. Je lui propose un dîner le mardi suivant (« on verra » répond-t-elle qui ne démontre pas une irrésistible envie de partager un moment ensemble). C’en est trop, pour moi. Nous sommes arrivés chez elle.

Je réalise finalement que j’ai fait les erreurs, exactement les mêmes, cinq ans plus tôt. Perdre un fée aux aîles de poudre d’or, à l’odeur de la rose une nuit d’avril, passe encore, mais refaire deux fois les mêmes erreurs, que la vie peut parfois être cruelle et injuste.

Le premier sms

Elle reçoit de moi un premier SMS dans la soirée que je résume en : « Je ne vois pas de futur entre nous ». Pas de réponse de sa part.
Le lendemain matin, je décide à 11h30, de partir dans un parc et de relire « L’Homme idéal », après tout, peut être aurais-je perdu trace de certaines habitudes dans ma démarche? Je m’installe dans un parc. Une jeune femme rousse s’asseoir à côté de moi. Elle regarde de temps en temps de mon côté, absorbé que je suis, je la remarque à peine. Elle n’aura pas droit à un regard de ma part. Ce n’était pas le jour.

Quelques chapitres plus loin, je décide d’envoyer un deuxième SMS. Il est 14h30. Je meurs de faim mais je n’ai toujours pas eu de réponse au premier SMS.

Restons bons amis ?

Alors, j’écris clairement :  » écoute, restons amis, ça ne marchera pas entre nous, blablabla ».
Réponse quasi-immédiate « je suis désolé, en ce moment je ne suis pas prête pour une relation mais tu es un mec génial ».
Moi : bah, tu sais maintenant puisqu’on est amis, on peut tout se dire ? dans ces cas là, ce serait sympa que tu envoies un message de remerciements à l’organisatrice de la soirée parce que tu es la seule à ne pas l’avoir fait. J’organise toujours le karakoé vendredi prochain (oui, la veille nous avions tous prévu de faire un karaoké le weekend suivant), mes amis t’aiment bien, tu seras la bienvenue.
Elle : (réponse immédiate, encore une fois). Désolé, je vais lui envoyer ce sms de remerciements, je lui ai dit merci hier soir. ok je viendrais. dis moi où et quand.

Quelques jours passent. Et le karaoké est organisé pour le samedi. Petit omission qui a son importance, nous sommes jeudi soir, il est fait beau, et je ne lui ai pas encore dit que le jour de l’organisation avait changé. Je comptais lui dire le samedi matin par un « oops, j’avais oublié de te dire que… » mais le destin en décida autrement…

Jeudi soir, dans le parc. Beaucoup de monde qui marchent et se détendent de cette sympathique soirée d’été. Je marche avec un ami. L’air frais, le sourire, de bonne humeur, prêt à aborder une jolie jeune femme si l’occasion se présentait.

Un cri « Heeyyy »

Je regarde à gauche et voit une silhouette me faire des grands signes à 50 mètres. C’est elle. Pauline. (Je ne croise habituellement personne que je connais dans la rue, surtout pas dans une ville de x millions d’habitants… mais le destin a ses secrets…)
Elle est avec une amie ravissante (qui revient d’un voyage de noces aux Seychelles). Nous marchons tous ensemble 10 minutes dans la même direction.

Vous aurez compris que l’objet de mon attention est la nouvelle amie, qui autant je peux dire que je fus d’une grande pauvreté imaginatrice lors de mes rendez-vous avec Pauline, autant j’aurais réussi cette amie Marina et moi-même avons passé un très bon moment, détendu et drôle au sujet de cette fille qui va au Seychelles pour manger du poulet (le savoureux et le décalé de l’humour étant compliqué à faire passer ici).

Pauline, rigole enfin (non sans avoir à chaque fois une demi seconde de retard sur sa jeune amie). Sa copine m’a validé.
On va pour se séparer

Elle : c’est toujours bon le karaoké pour demain ?
Moi : ahhhhh j’ai oublié de te prévenir. On l’a remis à samedi.
Elle : Ah bon ? (surprise), ah bien préviens moi, je viendrai, donne moi l’heure et le lieu.

Samedi 19h00. La pré-soirée aura lieu chez moi. Samedi c’était il y a trois jours par rapport à aujourd’hui. Nous sommes 8 à la maison (pas de Daniel, et à part la fiancée et mon ami, tous les amis sont nouveaux). Une jeune femme plus âgée (35 ans) remplace la première (une copine) mais qui est directrice d’une agence de mannequin. La première partie de soirée se passe plutôt bien, les bouteilles de rosé, puis de côtes du rhone s’enchainent sur un rythme joyeux.

Nous partons au Karakoé

Pauline est enchantée par la soirée. Elle chante. Elle boit. Elle s’amuse. Elle s’approche de moi. un peu. Mais moins que des autres.
Nous chantons une ou deux fois ensemble. Nous dansons une fois ensemble. Elle est sérieuse quand même avec moi, et puis elle m’a toujours l’air de s’intéresser plus aux autres qu’à moi. Avec les autres elle a l’air plus libérée avec moi, c’est plus tendu, ne serait ce que lorsqu’on chante. Il y a plus de distance. De mon côté aussi peut-être. Ce sont mes considérations.
La fiancé de mon ami (qui l’avait invité pour la surprise il y a une semaine) devient sa confidente de la soirée lui posera quelques questions qui seront éclairantes. Elle apprendra notamment qu’elle vient juste de sortir d’une relation « douleureuse » fin avril, qu’elle n’est pas prête pour quelque chose de nouveau, qu’elle n’aime pas les mecs collants qui envoie des SMS toutes les 5 sec (ce qui ne fut jamais mon cas), et que, elle préfère toujours commencer une relation par une amitié « découverte » avant de s’engager dans quoique ce soit (autrement dit son corps?) avec quelqu’un qu’elle ne connaît pas.

« Oui pourquoi pas enfin je sais pas »…

Vers la fin de la soirée, je suis sur le sofa, de ceux où l’on s’enfonce légèrement, elle vient s’asseoir dans mes bras. Lorsqu’elle est dans mes bras, je fais une erreur, lui proposant de dîner la semaine prochaine… elle me dit … »oui pourquoi pas…enfin… je sais pas… je suis fatiguée… on s’écrit demain…je verrai plus clair ».

Je la raccompagne à son taxi (oui, j’ai enfin compris qu’elle sait prendre les taxis toute seule) et lui demande un SMS pour indiquer qu’elle est bien rentrée. Je reçois 30 minutes plus tard (je suis à la maison) Je n’ai pas réécris depuis. (il y a maintenant 48 heures).

Samedi prochain dans 10 jours, j’organise une grosse soirée pour mon anniversaire où j’invite 150 personnes dans un endroit loué pour l’occasion. Elle a confirmé sa présence (la semaine où je ne donnais pas de nouvelle avant de la croiser dans le parc). Si elle n’est pas intéressée. Pourquoi continue-t-elle à venir? Faut-il croire au message qu’elle fait passer à la fiancé de mon ami ? (message qui m’est bien évidemment destiné). Quelle doit-être mon attitude lors de cette soirée ? ( par cela j’entends être accompagné ou pas? parce qu’il est évident qu’étant mon anniversaire, je serai le centre de l’attention).

Si je la veux, que me reste-t-il à faire ?

Romain

Phone coaching à suivre…

Crédit photo : Herman Yung


SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "connexion sexuelle" (anciennement : amant idéal)
  1. Décodez la psychologie féminine comme un livre ouvert
  2. Améliorez votre performance
  3. Découvrez la puissance d'avoir une connexion sexuelle avec quelqu'un
  4. Assumez et développez votre masculinité
SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "Etre sexué"
  1. Changez de vie et exploitez votre potentiel
  2. Devenez plus écouté, plus intéressant et plus charismatique
  3. Développez votre énergie physique et votre force mentale
  4. Découvrez les petits secrets des hommes séduisants
  5. Assumez et développez votre masculinité

9 commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Et la nuance bordel ?

    Ni opéra, ni habits troués, on peut faire connaissance dans un contexte normal.

    Mettre en avant tout son lifestyle d’un coup donne un goût amer au rendez-vous où on réalise qu’on offre ses objets de fierté au jugement d’une inconnue.
    Arriver comme un beauf est, à l’inverse, la meilleure façon d’apprendre à la déconsidérer dès le début puisqu’on se convainc involontairement qu’elle ne vaut pas plus que ça.

    La question d’investir son énergie pour une fille qui a 50,01% d’intérêt est par contre intéressante.

  • Un jour, à un premier RDV, j’ai failli en faire trop en racontant que mon frère sortait avec une animatrice TV et en parlant de mes voyages à LA et à Rio (ce qui est vrai). Maintenant je vais à mes premiers RDV en Tee Shirt déchiré, Basket, Chino délabré, et en racontant que j’ai vécu des années dans une cité HLM de ZUP très violente -sans mentir mais pour rire- et ça marche encore mieux…

    Depuis, moins j’en fais, mieux ça marche.

    Relisez ceci :

    http://www.hommesdinfluence.com/forum/l-effet-ravioli-vt905.html

    J’ai un ami qui va encore plus loin dans cette logique. Il a l’habitude de dire « si elle n’est pas folle de toi dès le début, c’est mort ». Ce type, si une fille ne lui montre pas un intérêt TRES important dès le début il va passer à autre chose tout de suite. Le résultat ? Il passe surement à coté de beaucoup de belles rencontres et de belles histoires, mais à coup sur, toutes ses relations sont extrêmement passionnelles, fortes et singulières.

  • Je soutiens Estrelinha: si tu veux savoir ou en est son niveau d’intérêt (nous on le sait, mais ca te le confirmera), invite-la dans un bar en précisant en rigolant que cette fois, ce sera à elle de payer la première tournée.

    Apprends à doser, parce qu’à chaque ligne, on a l’impression que tu veux lui montrer que tu as un super lifestyle, que tu es un mec super intéressant. Alors que là, tu réorganises ta vie en fonction d’une nana qui ne te laisse aucune place dans la sienne.

  • C’est vrai que la lecture est douloureuse, on a envie de se jeter du rez de chaussée environs toutes les lignes, tellement toutes les erreurs à ne pas faire en matière de rendez vous sont là.

  • Je n’en suis qu’au premier paragraphe de la partie « 3h d’opéra », et je dois dire que déjà, depuis le début, chaque phrase est ponctuée par un « Pourquoi ? Mais enfin, pourquoi ? » mi incrédule, mi compatissant.
    Je souffre en lisant.

  • « Pourquoi continue-t-elle à venir? »

    Peut-être parce que:

    -tu l’invites à l’opéra
    -tu l’invites à un restaurant italien
    -tu lui livres des pâtisseries
    – tu vas la chercher chez elle
    – tu la raccompagnes en taxi
    – tu l’invites à un karaoké
    -tu l’invites à une soirée d’anniversaire géante

    Bref; tu ne fais que la rincer depuis le début avec plein de choses très intéressantes sans qu’elle n’ait rien à donner et tu t’étonnes qu’elle veuille continuer de venir?

    De plus, même sans tout ces éléments si conséquents qu’ils se suffiraient très largement à eux même, je constate qu’à deux soirées pour lesquelles tu l’as invité, elle va plus vers les autres que vers toi dont cette fameuse discussion avec ce fameux Daniel qui a d’ailleurs suscité l’ire de sa fiancée, le tout sans jamais flirter avec toi.

    « Si je la veux, que me reste-t-il à faire?  »

    Rien, lâche l’affaire, arrête les frais car elle n’est clairement pas intéressé par toi. Au moment où tu cesseras de l’inviter un peu partout, tu verras bien que tu n’auras jamais de sms pour prendre des nouvelles (d’ailleurs, t’en as déjà eu?) ou bien les petits messages gratuits ou on parle de tout et de rien qui existent dans les vraies relations qu’elles soient amicales ou amoureuses dans lesquelles l’intérêt et surtout l’estime sont réciproques.

  • A mon avis, elle n’est pas interessée, je crois pas que ça aille plus loin que ça. Après pourquoi continue t’elle de venir à tes rendez vous ? Parce qu’elle habite dans une banlieue à 45 minutes du centre ville, n’a rien à foutre chez elle et n’a pas un rond.et avec toi, c’est théatre, restau, bref la totale. C’est toujours mieux qu’une soirée avec maman et mamie.
    trouves en une jolie mais qui a des choses à dire, tu gagneras au change. tout ce qui va t’arriver, c’est de la mettre enceinte et tu seras bien avancé.