Vous perdez votre temps sur Tinder depuis des années. A défaut de le regagner, Clément vous explique pourquoi vous devriez arrêter maintenant. La première raison est édifiante

Ah Tinder… En déplacement pour quelques semaines dans une grande ville française, je m’y suis (enfin) inscrit, non sans être motivé par la perspective alléchante de bénéficier d’une des plus grandes concentration de femmes célibataires en France. Suite à plusieurs discussions sur le forum, un examen à froid des habitus des utilisateurs de cette appli, permet de mettre à nu un système schizophrène qui ne fait que creuser un fossé d’incompréhension entre les hommes et les femmes. Pourquoi vous désinscrire de Tinder, maintenant ? Explications à suivre.

Se désinscrire de Tinder : raison #1

Une transformation du produit vendu par l’appli…

…qui suit le même cycle depuis l’invention des sites de rencontre

Si vous avez déjà parlé à quelqu’un suffisamment en âge pour avoir connu les débuts de Meetic (je sais, certains ont du prendre un coup de vieux à la lecture de ces mots), vous avez sûrement été stupéfaits d’apprendre que ce site aujourd’hui connu pour ses membres à la recherche de l’amour à tout prix, était à ses débuts essentiellement centré sur la demande des hommes pour des relations légères.

Les femmes, avec leur rapport si particulier à la nouveauté pour des raisons expliquées par Stéphane dans ses contenus, avaient alors raccroché le train de la nouveauté. Petit à petit, le modèle économique du site essentiellement en faveur des femmes, a permis le remplacement du produit (=plan fesse) par un autre correspondant plus aux attentes du groupe ayant le pouvoir (=relation longue).
Tinder est actuellement entre la phase 1 et 2, c’est à dire qu’il est suffisamment avancé dans la phase 2 pour que le produit ait été effectivement remplacé, mais pas assez pour que l’image qui était la sienne à son lancement ai suivi le mouvement. Il y’a donc actuellement une schizophrénie qui habite Tinder. Celle-ci repose sur la dualité entre l’interface de mise en relation (swaping) – reposant sur une dynamique d’instantanéité -, et la réalité de ce que les hommes vont pouvoir y trouver (essentiellement des femmes recherchant des relations longues).

Supprimer son compte Tinder : raison #2

Tinder, comme tous les sites de rencontre, est aidé par la bêtise masculine…

…qui pousse les femmes à relever sans cesse leur niveau d’exigence dans une fuite en avant néfaste

Comme l’avait relevé Valmont sur le forum dans le sujet « Sauf cas exceptionnel »  :

Le problème des sites de rencontre, c’est que les femmes reçoivent tellement de messages et ont tant de choix, que sauf cas exceptionnel elles peuvent se permettre d’avoir des exigences démesurées

Tinder est une entreprise dont le modèle économique repose essentiellement sur les femmes qui sont demandées par les hommes et non l’inverse. Pour vous en convaincre, regardez cette vidéo qui est certes à lire au prisme de la culture américaine, mais dont je pense que la réalité s’applique aussi à celle des grandes villes en France.

Les femmes bénéficiants d’un rapport offre/demande qui leur sont favorable d’une manière écrasante, font monter le prix d’un match avec tout ce qu’il emporte en termes de représentations sociales et de physique masculin.

Je fais même le pari que certaines d’entre-elles, dans un cercle pernicieux, s’isolent sur cette appli sous l’effet auto-entretenu de la montée du prix, qui y est accélérée par rapport à ce qu’elles peuvent exiger en revenant à la réalité.

Supprimer son profil Tinder : raison #3

Tinder est un outil de déstructuration des premières étapes des 100 premiers jours

Dans la partie 1, nous avons vu que Tinder est maintenant essentiellement utilisé par les femmes, dans une recherche de relation longue. Le problème est qu’elles ont progressivement augmenté la quantité d’informations personnelles à échanger sur le chat avant de voir un homme en rendez-vous.

Or ces informations personnelles étaient auparavant échangées dans la vie réelle, au cours des 2-3 premiers rendez-vous. De cela résulte un déséquilibre où vous vous retrouvez au premier rendez-vous en connaissant déjà les informations que vous deviez piocher auparavant en réel, ce qui permettait de juger la qualité de la personne en face de vous, notamment par le truchement de la communication non verbale.

Le premier rendez-vous a donc été vidé de sa part de mystère, ainsi que de la part ludique qui y était associée consistant à creuser pour apprendre à connaître votre date, dans une espèce de jeu du chat et de la souris. Il en ressort alors un sentiment d’insipide, de fade comme souvent lorsque l’on cherche à réduire l’incertitude par un processus d’industrialisation à la chaîne. S’ensuit un embryon de relation malformée, qui est appelé à mourrir peu après sa naissance.

Pour toutes ces raisons, il apparaît que Tinder n’est pas juste une perte de temps, mais un puissant générateur à incompréhension entre les hommes et les femmes. Au final, vous dépensez énormément d’énergie pour voir une personne avec qui vous n’irez nulle part. Donc sauvez la planète : désinscrivez-vous de Tinder, éteignez votre smartphone, sortez dans un bar et dites «  Salut » au premier groupe de gens que vous voyez avec votre plus beau sourire, vous gagnerez du temps et de l’estime de soi.

Clément*

* Ceci n’est pas une étude poussée mais une analyse subjective d’une expérience personnelle


SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "connexion"
  1. Consolidez les relations et épanouissez-vous en couple
  2. Décodez la psychologie féminine comme un livre ouvert
  3. Découvrez les petits secrets des hommes séduisants
SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "techniques de séduction à l'écrit"
  1. Devenez plus écouté, plus intéressant et plus charismatique
  2. Captivez et convainquez à l'écrit
  3. Appliquez les techniques de séduction au monde professionnel
  4. Décrochez votre dream-job

12 commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Et votre site un tissu de conneries qui ne risque pas d’aider vos lecteurs. Tinder est ce que l’on en fait. Le problème des hommes c’est : qu’avez vous a offrir ? Un plan cul avec un bedonnant qui bande mou ? Et vous alors vous vous dévouée peut être pour des nanas qui ne vous plaisent pas ? Le jour où vous traiterez les autres autrement que comme de la viande avariée, vous aurez peut être des relations… Mais encore faut il être capable de se mettre a la place de l’autre, et manifestement, vous haïssez les femmes.

  • Inscrit sur Tinder le 18/03/2018. Y ai mis les photos, faites par un photographe. Utilisé tous les jours pedant au moins 3-4 mois. Résultat: 1 rencontre qui n’a abouti à rien et 1 rencontre une une femme m’a posé un lapin. Désinscrit vers le mois de juillet. Lu les études là dessus:
    1) 80% de femmes y likent 20% d’hommes avec le physique le plus avantageux. Top-20% d’hommes en profitent pour avoir les relations sexuelles fréquentes et donc la majorité de ces 80% de femmes n’y trouve pas son compte à savoir ce pourquoi elles sont là depuis le début.

    2) 80% d’hommes luttent pour les 20% des femmes restantes qui n’arrivent pas à faire les rencontres avec les Top-20% d’hommes. Vu la concurrence acharnée, ils s’y perdent dans la masse et donc la majorité d’entre eux n’y trouve pas son compte.

    3) a) CONCLUSION: la majorité d’hommes et de femmes ne trouve pas son compte sur Tinder. b) Homme de physique moyen tu risques de ne rien choper sur Tinder et abimer ta confiance en toi. b) Femme de physique moyen ou un peu plus, tu risques d’y tomber presque toujours sur des hommes capricieux et instables dans leurs relations. Mais tu peux y trouver des plans fesses. c) Femme qui ne dispose pas de physique avantageux, tu peux y trouver des plans fesses, mais peu de relation durable. d) Homme au physique avantageux= c’est fait pour toi.

  • Tinder c’est le niveau 0 de la drague, tu fous ta photo (parfois a poil LOL) si t’est bogoss ca suscite de l’interet aussi non tu degages. Et c’est la femme qui choisit
    Je vous dit pas le niveau de consumerisme et narcissisme la derriere et le modele de société

  • Merci Pauline !

     » Même si une rencontre sur ce site donnait lieu à une rencontre intéressante, se dire que cette rencontre est due à un swap de photos et que ton rendez-vous aurait pu être l’une des 50 autres photos qui ont « matché » c’est assez pathétique comme base d’une potentielle relation.  »
    Amen

  • Au risque de passer pour une nana old school à seulement 28 ans, nous sommes bien en 2016, mais je trouve cette génération Tinder totalement consternante et d’une tristesse absolue. Je suis attristée de voir que ce site devient une appli classique comme google maps ou skype…

    Je trouve que l’idée même de baser une rencontre avec un autre être en faisant du swap de photos est déshumanisante.
    Un jeune seul, perdu en plein milieu d’une petite ville de province où il ne connait personne qui utilise ce biais par dépit pour rencontrer du monde passe encore….Pour le reste il n y a aucune excuse à utiliser ce site… si ce n’est un gros poil dans la main, un manque de conscience des impacts que cela génère sur les rapports humains de façon générale et un narcissisme flagrant.

    Même si une rencontre sur ce site donnait lieu à une rencontre intéressante, se dire que cette rencontre est due à un swap de photos et que ton rendez-vous aurait pu être l’une des 50 autres photos qui ont « matché » c’est assez pathétique comme base d’une potentielle relation.

    Je rajouterais que perso je n’ai jamais compris comment on pouvait avoir une attirance pour une photo…c’est assez spécial quand même… Au passage j’ai aussi remarqué au sein de mon entourage que les utilitaires de Tinder ne trouvent pas ce moyen de rencontre interessant et l’utilisent parfois à contre-coeur. Un peu de résistance à ces phénomènes abrutissants et néfastes ne ferait aucun mal je pense

  • Je vais paraître un peu radical, mais pour moi, la communication entre un homme et une femme doit s’établir en face à face, de vive-voix et les yeux dans les yeux, sans écran interposé.

    L’homme doit aller vers la femme; et selon moi, le concept du râteau n’a pas lieu d’être.

    L’homme va vers la femme; la femme lui répond, peu importe sa réponse. L’homme initie, la femme réagit, de façon avenante ou non avenante peu importe.

    L’essentiel repose sur le fait que l’homme a exercé son pouvoir d’initiateur; c’est pour ça que quand j’aborde des filles en soirées et qu’elles se barrent à un autre endroit pour ne plus me voir, je me dis que l’échec n’existe pas; j’ai abordé et commandé une réaction, peu importe qu’elle ai été favorable ou défavorable.

    La pire réaction étant le groupe de femmes qui fait semblant de ne pas vous entendre / voir mais je n’y ai encore jamais été confronté…

  • Maurice, si tu as plus de 40 ans tout ce que tu dis est normal. Mon article dépeint plutôt la réalité des 25-35

    +1 avec Estrelinha

  • Dans la réalité, les femmes ont presque un pouvoir hégémonique sur la séduction du fait du rapport offre/demande qui leur est favorable. Presque car le seul élément sur lequel elles n’ont aucun pouvoir quand elles laissent l’initiative et l’honneur de faire le premier pas dans le processus de séduction est décider qui va les aborder. C’est ce seul élément qui pour certaines peut totalement changer les cartes donc les jeux de pouvoir.

    Aller sur un site de rencontre, c’est leur donner ce dernier pouvoir qui était « entre les mains  » de l’homme. Du coup, c’est la monarchie absolue des femmes qui font donc ce qui est leur habitude quand elles ont une totale mobilité notamment: se donner uniquement à « la crème de la crème » en rejetant tous les autres.

    Comme Tinder se bas surtout sur le physique, elles accorderont le droit à la parole uniquement à ceux qui correspondent au summum de l’inconscient physique occidental, voilà pourquoi Tinder is White.

    De toute manière, les sites de rencontre sont faits pour les femmes puissent avoir accès à des hommes qui sont bien au-dessus de leur niveau qui ne se seraient jamais intéressés à elle dans la réalité grâce au pouvoir absolu dont elles disposent alors que simultanément les hommes, qui sont noyés dans la masse et mis sous pression à scorer notamment à cause de la quantité d’énergie et de temps perdu sur l’application, doivent s’estimer satisfaits quand la femme est venue au rendez-vous et qu’elle n’a pas pris 10 kilos entre l’instant où a été prise sa photo de profil et ledit rendez-vous…..type qui réunit souvent comme cela a déjà été dit dans le forum, un homme bien bâti physiquement avec une fille banale.

    SCE, les sites de rencontre sont une fausse bonne idée.

  • Ces sites sont très bizarres…

    – Lorsque je pesais 20 kg de plus et ressemblais à pas grand chose, j’y galérais… (il y a encore 1 an).

    – Maintenant, j’y galère aussi, mais dans l’autre sens… En ce sens qu’à ma grande surprise, j’y suis pas mal sollicité… Mon expérience ne rejoint pas tout à fait celle de Clément en ce sens que je dois gérer des comportements volages, et que donc, je dois me mettre « en jeu », alors que j’ai passé la quarantaine depuis pas mal de temps. J’ai compris que face à une accumulation de demandes venant de femmes qui ne m’auraient même pas accordé 1 seconde sur Tinder auparavant, je dois en quelque sorte me montrer plus joueur (à la base je cherche justement quelque chose de solide et de durable… ) et disons, pour éviter les obsessions amoureuses – pour cause de nanas que je jugeais inatteignable il y a peu – et devenir pesant – ce qui m’est arrivé il y a peu… – obligé d’être volage et de me concentrer sur plusieurs plutôt que sur une, ce qui est pour moi aller contre ma tendance développée depuis plusieurs années de m’attacher à une seule personne.

    – La conséquence de ça, c’est que je deviens de plus en plus sélectif sur les photos et que le flip-flop n’est absolument pas régulier, ni compulsif.

    – Je rejoins assez le point de vue selon lequel il manque l’excitation du premier pas dans la vie réelle et la découverte lors du premier rendez-vous. Ceci étant, pour ma part, j’évite de trop parler durant les échanges Tinder et j’évite aussi de mener trop la conversation. J’espace les réponses et j’essaye d’obtenir le rendez-vous le plus vite possible (en fonction de disponibilités très restreintes) – car même si ça peut être un fiasco, j’en profite aussi pour explorer des lieux nouveaux dont je pourrais faire profiter celle qui me plairait vraiment si le lieu me plaît (j’explore aussi des lieux différents à des jours différents : ça peut être évidemment le jour et la nuit !). (Chose amusante, les fiascos se produisent avec les femmes qui, tout en me plaisant un peu, me plaisent moins que celles avec qui il s’est passé quelque chose : pour vous dire les choses crûment : en 20 jours, 9 rendez-vous, 5 affaires conclues (toutes les 5 plus jolies et à la compagnie plus agréables que les 4 fiascos, alors que je n’aurais sans doute pas dit non, non plus avec les fiascos… ), 1 obsession amoureuse naissante :-D ).

    – Je voyais les comportements de gens bien plus jeunes que moi en sortie accompagnée un samedi soir – soir que j’évite souvent, mais parfois, on n’a pas le choix… : groupes de mecs qui s’emmerdent entre eux, groupes de filles qui s’emmerdent entre elles, le tout en buvant bien trop pour leur corpulence respective… Envie de leur foutre des baffes pour qu’ils aillent se parler, mais non… Et puis… la musique est tellement forte… Et ça, c’est un peu triste. Alors, il y a Tinder…

    – Je dirais au final que c’est un outil… actuellement, c’est une bénédiction. Gain de temps et beaucoup d’amusements et pas mal de leçons (car plus vous multipliez les rencontres, plus vous en apprenez en quelque sorte… et je peux vous dire qu’on en apprend à tout âge). Ceci étant, ça ne doit être qu’un outil et tôt ou tard, il faudra savoir l’abandonner, je l’espère pour vous comme je l’espère pour moi ! Car au final, cela finirait en perte de temps, sans doute, si je n’atteignais pas mes objectifs amoureux qui sont autre chose que de m’envoyer en l’air régulièrement – mais au moins, ça évite le comportement du mec en manque, et c’est un énorme plus, je crois.

    PS. Sans Stéphane, cette amélioration n’aurait pas été possible, un grand merci à lui (encore une fois et en dépit de mon (auto-)bannissement du forum ;-) !)

  • Raison #4 : Tinder is white.
    il y a une très grosse polémique concernant Tinder et ce qu’on appelle sobrement les « minorités » (cf. cherchez sur le net « Tinder and minorities »). En gros, les Asiatiques, Latinos, blacks, arabes, Indiens galèrent un max et ce, malgré d’autres qualités indéniables et malgré le fait d’etre athlétique/grand..