Comment (ne pas) trouver le boulot de ses rêves



Comment (ne pas) trouver le boulot de ses rêves ? Il suffit d’oublier ses talents de séducteur et gérer son entretien d’embauche comme Bob le nice guy.

J’écoute mes pairs me raconter leur recherche d’emploi et me décrire le parcours du combattant qu’ils subissent, devant ramper sous les barbelés des filtres des ressources humaines et slalomer entre les rendez-vous reportés et les questions-pièges. A notre époque, il n’est évidemment pas évident de trouver le travail de ses rêves. Mais appliquer, comme un gentil garçon à sa maman, les conseils des recruteurs, de l’ANPE, de l’APEC et autres marchands de rêve professionnel, ne vous aidera pas à vous en sortir.

Ne jetez pas votre CV à la mer…

… en espérant décrocher un entretien. Ne pas appliquer les principes de séduction à la recherche d’un emploi, comme expliqué dans les ateliers de préparation à l’entretien d’embauche équivaut à attendre de trouver un bon job comme on attend de trouver l’âme sœur. « Ne désespère pas, tu vas finir par trouver quelqu’un qui te conviendra », vous dit votre cousine ou votre meilleure copine.

Etant un fervent lecteur de ce forum, vous savez que les choses ne viennent jamais sans se bouger un minimum et vous vous lancez dans cette quête du graal, cette odyssée de la recherche d’emploi. Excellent idée, mais pourquoi oubliez-vous subitement ce que vous apprenez dans les conseils séduction du site ?

Armé du courage des gens laborieux, vous avez passé des heures à peaufiner votre CV et à écrire la « killer » lettre de motivation. Vous y avez mis autant de cœur à l’ouvrage que pour écrire la fiche Meetic qui va vous ramener la future mère de vos trois bambins qui se rouleront dans l’herbe du parc sous vos yeux ébahis. Et, comme sur Meetic, vous envoyez votre CV à tort et à travers comme autant de bouteilles à la mer. Sauf que depuis l’avènement de l’Internet, la mer s’est transformée en océan infini qui aurait recouvert tous les continents. Vos bouteilles vont bien sur toucher terre car vous avez trouvé l’adresse email de chaque société, comme les 10,000 messages Meetic que vous avez envoyé vont atterrir dans la boite de réception de vos cibles, mais qu’allez-vous obtenir en retour ? Quasiment rien.

Les sarcastiques parmi vous qui se prennent pour des grands séducteurs en sortant draguer dans la rue tous les samedi après-midi, en abordant les filles en permanence sur du « who lies more ? » obtiennent ce même taux de réussite quasi-nul en envoyant des CV au hasard. Pourquoi ? parce que vous devez savoir ce qui vous plait chez une fille avant de l’aborder, vous devez identifier ce qui vous fait craquer chez elle. Vous devez savoir pourquoi une société vous intéresse, pourquoi vous avez envie d’y travailler. Votre opener, ainsi que votre mail de motivation, seront personnalisés et circonstanciés, et vous aurez plus de chance de faire mouche. Voilà où commence la préparation à l’entretien d’embauche.

Même sans suivre ce conseil de base, vous avez numclosé et obtenu une date, autrement dit un premier rendez-vous avec votre recruteur. Effectivement la chance ça existe, vous avez de beaux yeux ou un CV impressionnant, vous êtes tombés sur une fille qui n’a pas eu de copain depuis 3 mois ou une société qui cherche désespérément à recruter. Mais pourquoi, encore une fois, ne pas gérer ce rendez-vous professionnel comme un rendez-vous ?

La date, comme l’entretien d’embauche, ne commence pas au moment ou vous êtes assis face à la fille ou au recruteur. Votre niveau d’énergie, votre sociabilité ainsi que votre débit de paroles ne vont pas passer de 0 à 100km/h en 2 secondes comme la F1 de Vettel. Faire la gueule dans le métro et ne pas échanger un mot sympa avec la serveuse du bar ou la standardiste à l’accueil de la société restent des comportements suicidaires. Bien préparer son entretien d’embauche, c’est se mettre en condition dès qu’on franchit le pas de sa porte.

Lors de l’entretien d’embauche, ne récitez pas votre CV…

… comme une fable de la Fontaine. Pendant un rendez-vous, vous menez l’échange, n’hésitant pas à malmener la belle comme le conseille Blusher pour réussir un premier rendez-vous. Alors pourquoi vous contentez-vous de répondre aux questions du recruteur comme un gentil garçon, le laissant mener l’échange et vous assener des questions-pièges qui sont autant de services à 212 km/h que Jo-Wilfried Tsonga vous balancerait sur votre revers ? Sa société est-elle tellement parfaite, superbement organisée et faisant une croissance de 40% annuelle qu’il a les moyens de chercher la perfection en vous ? non, de même qu’une superbe blonde aux yeux a aussi ses insécurités. Alors soyez-un homme, nom de nom !

On conseille de ne pas déballer son CV à une fille pendant une date pour ne pas être chiant comme la pluie, mais plutôt de créer un échange en rebondissant sur ce qu’elle dit. De même, vous croyez que votre expérience de chauffeur-livreur va intéresser votre recruteur pour un poste d’assistant marketing ? Cessez de faire le perroquet qui a appris son CV par cœur et qui le déroule sans discernement pendant l’entretien d’embauche.

Pas la peine non plus de continuer à vous épancher sur votre superbe personnalité et votre passion pour la philatélie. Vous croyez que ça intéresse vraiment un recruteur ? Quel effet obtenez-vous chez une fille quand vous lui déballez toute votre vie sans avoir fait d’attract auparavant ? Un désintérêt total.

Au final, vous vous êtes laissé mener par le bout du nez par votre recruteur qui vous congédie de l’entretien d’embauche par un « on vous rappellera ». Ca ne vous rappelle pas la dernière fois qu’une fille vous a dit : « on se rappelle ». Dans la vie réelle et en anglais dans le texte, ça veut dire « game over ». Non j’exagère, ça ne veut pas dire forcément, à chaque fois, que c’est mort. Mais il est clair que vous ne maitrisez plus rien, et que vous n’avez plus qu’à passer vos journées et soirées à coté du téléphone, en espérant avidement que la belle ou le recruteur va vous rappeler.

Alors la séduction et la recherche d’emploi sont vraiment deux domaines séparés ? Ouvrez les yeux, on n’est pas à Disneyland ou dans les jupes de maman. Le monde du travail est un monde d’adultes, souvent sans foi ni loi. Il faut se battre pour obtenir un job, gagner un client ou obtenir une promotion. Alors devenez un homme et/ou assistez à un atelier de préparation à l’entretien d’embauche. Lisez les témoignages de l’atelier sur le forum

Laurent

Prochain article job : pourquoi les gens changent radicalement de comportement quand ils sont au travail ?


SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "être un leader"
  1. Devenez plus écouté, plus intéressant et plus charismatique
  2. Ayez confiance en vous pour oser plus
  3. Développez votre énergie physique et votre force mentale
  4. Appliquez les techniques de séduction au monde professionnel
  5. Assumez et développez votre masculinité
SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "Changez d'image"
  1. Changez de vie et exploitez votre potentiel
  2. Changez votre image durablement
  3. Améliorez votre performance

4 commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Oui, enfin c’est bien gentils comme explication et c’est certes très juste mais ce n’est vraiment pas la clef de la réussite. Avant tout il faut marketer ses compétences et ses cibles potentiels tout à fait comme en séduction.

    Pour pouvoir se vendre, il faut savoir qui on est et quel sont nos points forts. Je dirai en dernier lieu qu’il faut savoir se rendre indispensable et se positionner sur des secteurs à forte croissance et surtout à faible concurrence.

    Après ça, effectivement, c’est confiant que l’on peu entamer un échange et se placer en position de force ( logique ) face à un recruteur.

  • Alors ça c’est de l’article qui vaut son pesant d’or. Merci Laurent d’avoir pris du temps pour nous pondre cette vérité. Quelqu’un connaîtrait le lien pour les conseils de Blusher pour mener l’échange? (citer par Laurent)

  • [quote] Alors pourquoi vous contentez-vous de répondre aux questions du recruteur comme un gentil garçon, le laissant mener l’échange et vous assener des questions-pièges qui sont autant de services à 212 km/h que Jo-Wilfried Tsonga vous balancerait sur votre revers ? [/quote]

    Ha ha ! Bien vu Laurent