Les hommes devraient copier UNE règle du monde prédateur animal, savez-vous laquelle?

Chaque jour en france, l’expression « femme cherche homme riche » est tapée près de 300 fois sur Google. Soit une fois toutes les 12 minutes en moyenne. Cela méritait un petit article pour rappeler l’essentiel à ceux qui ne l’auraient pas compris: 

  1. la solidarité entre mâles est une exception
  2. à l’échelle micro, cette règle se traduit par un désir effréné et des coups bas
  3. à l’échelle macro, cette compétition violente prend des allures de guerre des classes, la palme revenant presque toujours au plus gros patrimoine (donc 99% du temps au plus âgé, seul à disposer des ressources auxquelles mère nature et cher utérus aspirent)

La recherche de l’homme riche l’emporte sur toutes les croyances masculines

Au lycée, celles que nous convoitions le plus* tombaient dans les bras de redoublants ayant le permis et allant en boîte.

À la fac, les chargés de TD et les thésards ne nous accordaient aucune délicatesse. Quand ce n’était pas, exemple à la main, une étudiante en droit d’1m78 vivant en concubinage, joie et hasard de l’amour fou, avec un avocat de 45 ans.

Certains m’ont rapporté à cet égard que la belle mère a accueilli son gendre riche à bras ouverts ; cela aide à se lancer, certes.

Une fois sur le marché du travail, la guerre devient plus pernicieuse. Les femmes – si intelligentes, si impitoyables-, flairent sans effort celui qui pourra les télescoper, ou bien celui disposant des ressources à une reconversion, voir à une vie de rentière.

Tout cela concourt à un certain ressentiment chez les mâles. Cette guerre silencieuse nourrit la croyance d’être dépossédé, volé, et débouche sur moules solitudes et masturbations sans imaginaire, dans le meilleur des cas, ou encore haine du riche sur fond d’antisémitisme de populo.

Je m’inscris en faux contre ce vilain sentiment, fournisseur de bile et d’allures faisandées. Des solutions existent. Elles sont à portées de main. Elles tiennent moins à notre nature flasque qu’à une volonté de forcené. Observez plutôt.

Solution #1: on est toujours plus riche qu’un autre pauvre

Puisque les femmes cherchent des hommes riches et puissants, si vos aînés vous écrasent qu’attendez-vous pour écraser vos benjamins à votre tour ? Vous avez 18 ans et venez de décrocher votre permis ? Foncez devant le lycée avec votre Audi et promettez une virée dans la boite en vogue, à cet âge-là elles cherchent déjà des mecs riches.

Vous n’êtes pas encore riche, mais vous avez quand même une équipe au bureau , et quelques stagiaires sous le coude ? Ou bien vous bénéficiez d’un lien de subordination quelconque avec une jeune demoiselle rêvant de prouver ses compétences? Faites monter la température, incarnez le méchant papa, attendez la fin de son stage, puis fessez là. Une fois votre patrimoine devenu à peu près viable, inscrivez sans plus attendre sur Sugardaddy.

Les hommes riches recherchés par les femmes sont (toujours) des salauds

Visez bas, vous viserez juste. Des inconvénients vous saccageront vos instants post-coïts : sentiment de vide, vague impression d’être une sombre merde, impossibilité d’échange avec ce petit être au sourire tendre.

Ne vous laissez pas submerger : accrochez vous à votre haine. Remémorez vous ces filles de vos âges suspendus au gros salaud que, grâce soit rendu au temps, vous êtes parvenu à devenir.

A chaque tranche de vie, il y aura des êtres faibles à avaler sans devoir démontrer : intelligence, classe, humour, ou talent à l’horizontal. Profitez. Etouffez-vous de jouissance. Les prédateurs du monde animal ne font pas de sentiments. Pourquoi s’embarrasser ?

Solution #2: femmes qui cherchez un homme riche, changez de scenario

Elle est, à l’image de la vertu (virilité) des Anciens, longue et âpre, et sans la moindre garantie. Elle s’apparente à une attitude absolument étrange quant à la survie de l’espèce : elle consiste à croire en la possibilité de la rencontre, c’est à dire à l’entrelacement de deux altérités.

Elle suppose, chose de plus en en plus rare, deux individus dans un état de disponibilité. Elle nécessitera également un certain lâcher prise : le plaisir, le vrai, n’étant jamais dans l’acte de séduire mais dans celui, profondément connexe, d’être séduit. Se sentir soudain vulnérable, alors que nous passons nos jours entiers à enchaîner masque et posture, dandysme de bac à sable.

Et les hommes qui ne sont pas riches, il leur reste quoi ?

Se saouler conjointement de dons et d’égards. En accepter les souffrances, déceptions, ne jamais savoir si l’on est aimé pour ce que l’on est, ou pense être, continuer encore, être prêt à mourir pour l’autre ou à le quitter. S’attacher à une certaine passion, une certaine violence. En refuser la dilution dans le quotidien. Faire sentir, et sentir soi même, la précarité du lien.

Le risque d’être sincèrement amoureuse d’un homme qui ne serait pas riche

Cette option est éminemment dangereuse ! Elle fait fi de la conservation de l’espèce et de la reproduction sociale, tend à faire naître des sentiments intenses et surtout sincères, et, peut-être même, des sortes de couples veillant l’un sur l’autre, nourrissant amour et refus d’une prétendue fusion.

Il se pourrait même que ça finisse sans enfant, sans compte commun ni plan d’épargne logement, et en chanson.

Rose

*Les plus féminines, appretés, malignes, et donc populaires.

** Photo : Olivier Sarkozy, 45 ans, dirigeant de Carlyle Groupe, et sa récente épouse, Mary Kate, 28 ans, actrice, Lolita, amour de notre prime jeunesse. (James Devaney/WireImage)


SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "techniques de séduction à l'écrit"
  1. Devenez plus écouté, plus intéressant et plus charismatique
  2. Captivez et convainquez à l'écrit
  3. Appliquez les techniques de séduction au monde professionnel
  4. Décrochez votre dream-job
SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "langage des femmes ii : le chaud/froid"
  1. Consolidez les relations et épanouissez-vous en couple
  2. Décodez la psychologie féminine comme un livre ouvert
  3. Découvrez les petits secrets des hommes séduisants

25 commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Jeune femme blonde sexy et attirante, bon niveau géneral cadre sup, 1,70m 57 kgs, TP 95B sur Paris cherche homme bonne situation pour joindre l’utile à l’agréable.
    Relation suivie possible si entente et bonnes affinitées .
    Disponible 7/7 en soirée.
    Apprécie homme type européen entre 45 et 60 ans ayant un très bon niveau social et culturel.
    Bien amicalement,
    Alysé

  • La solidarité entre male ca existe, faut juste trouver les bonnes personnes mais ca dépasse pas 5/10% des gens, c’est rare mais ca se trouve

  • Le nombre de commentaires n’ayant pas saisi l’ironie du 2ème paragraphe m’as fait exploser de rire au déjeuner :D

  • Je milite depuis longtemps pour la réintroduction du point d’ironie. A savoir : ؟.

    Il ne faut cependant pas s’aigrir contre ces gens (ceux qui ne savent pas lire, car pour savoir écrire, il faut savoir lire, et pour savoir lire, savoir vivre).

    Ce sont des pauvres gens.

  • Y a t-il encore des gens dans ce pays qui comprennent le SECOND DEGRE, a fortiori lorsqu’il est aussi évident ? Ca ne vous étouffe pas, de tout prendre au premier degré, comme si vous voliez tout le temps le nez dans les nuages ?

  • Conseil assez pathétique. Vous avez subis la médiocrité de vos aînés? Reproduisez là !

    Élevons le niveau, ne soyons pas de petits bobos revanchards et aigris !

  • bon bon, en faisant du sport on attire quand même beaucoup de femme même en n’étant pas riche. Peut être que à Paris l’aspiration des femmes à aller vers l’homme qui a une bonne situation est plus élevé étant donné le coût de la vie la bas mais dans les zones ou la vie est moins cher je suis sur que ce qui fonctionne le mieux c’est d’être bien de sa personne.

  • Bon article mais je pense que ça concerne seulement certaines femmes; en fait il y a aussi une compétition physique plus animale bien qu’on puisse pas parler de compétition mais de domination des AMOG ou alphas et suprématie des « dominants » « mastodontes » « armoires à glace » ou hommes H ou H++ ( sportifs, etc ) cf le film « Loulou » de Piala: Huppert quitte le friqué pour la racaille Loulou ( Depardieu)

  • Je vois pas trop le but de l’article, à part enchaîner les figures de style. De plus en plus déçu. Ca change certes des méthodes de dragues bêtes et méchantes mais ça n’apporte rien au lecteur.

  • Je ne vois pas très bien de lien entre le titre et le contenu, l’ironie de la première partie est peu évidente, mais la seconde partie est grandiose !!!
    Bravo.

  • compétition qui engendre le fameux concept du culturo-mondain: toujours le meme combat pour la possession des femmes les plus belles (unique critère valable dans un monde marchand sans valeurs..).

    il me semble toutefois que le critère de valeur social a prit le dessus sur celui de l’argent (qui était communément admis et au fond, assez légitime), ce changement est du au fait que la majorité des femmes occidentales d’aujourd’hui ne veulent pas se marier ni avoir d’enfants.

  • Faire fi de la conservation de l’espèce, non. Ca a l’air anodin, mais c’est pourtant un point fondamental de la morale et de la virilité (pléonasme).

    Pour le reste, oui.

  • oui mais a quand un article sur la jalousie feminine entre femmes, pas triste non plus
    car des qu’il y a des ressources importantes en jeu, les femmes se comportent comme les dernieres des salopes
    finalement, l’etre humain…

  • Une femme faisant l’apologie du darwinisme social,on aura tout vu …
    De loin l’article le plus mauvais présent sur le site.
    Je lui conseille de lire « L’entraide » de Pierre Kropotkine et « L’être contre l’avoir » de Francis Cousin. Ça lui permettra peut-être de sortir de la pensée positiviste et arriviste,qui est quand même d’une faiblesse philosophique et conceptuelle inouïe.

  • Juste un mot sur la solidarité masculine.
    Ça c’est vrai.

    Mais moi je l’ai surtout ressenti avec les plus jeunes. J’ai 33 ans, et les jeunes de début de vingtaine se comportent comme des gros nazes avec moi parfois. Dans les lieux publics.

    Typiquement, c’est le jeune du staff de la salle de gym qui se comporte comme une pourriture avec moi dès que je fais une micro erreur.

    Ils sont jaloux d’où je suis arrivé dans la vie. Même si ça reste relatif, j’ai un train de vie très modeste.

    Juste pour dire que je trouve ça totalement pitoyable.

    C’est genre, « il faut que lui je le dégomme, car sinon, je vais plus avoir de femelles pour moi ». Ce qui est totalement idiot, car de toute manière, on n’attire pas toutes les femmes. Mais bon… La connerie quoi.