L’importance de la réalité, par Thomas



« les pieds sur terre, la tête dans les nuages » 

Je me souviens du conseil que la mère d’une amie lui a prodigué alors qu’elle se plaignait de ne pas être assez abordée, à défaut de séduite avec finesse, par des hommes qui lui plaisent.

Elle n’était pourtant pas de celles dont le physique est repoussant. Brune aux cheveux longs, fine, de taille moyenne, avec un petit quelque chose dans les yeux qui mêlé à son sourire pouvait la faire entrer aisément dans la catégorie des femmes belles, charmantes et, pour le moins, attirantes. Mais son attitude avec les hommes qui l’intéressaient de manière générale consistait à se muer en une espèce de forteresse froide et imprenable, cherchant la sur-finesse d’esprit à outrance comme pour se décomplexer d’un manque d’intelligence pourtant inexistant.

Transformée en femme « hard to get » comme le chat se redresse brutalement lorsqu’il en aperçoit un autre, chaque fois qu’elle apercevait un prétendant, elle se faisait peur elle-même de ne pas comprendre cette situation. Et sa mère de lui prodiguer ce conseil :

« le secret, c’est que tu manques de fantaisie , il faut que tu aies de la fantaisie pour attirer les regards »

Au sens étymologique, fantaisie vient du latin phantasia qui signifie apparition.  Apparition renvoyant au mystique, à la légende, au rêve. Autrement dit, elle avait besoin de vendre du rêve, et surtout de rêver elle-même d’elle-même pour faire rêver. Et à la sur-finesse déjà excessive est donc venu s’ajouter un comportement de star de cinéma maniéré à outrance, à tel point qu’il en devenait sous-réaliste, et provoquait sinon l’effet inverse à celui escompté, n’attirait que ceux qui ne l’intéressaient encore moins.

Cette illustration est loin d’être anecdotique. Nombre de femmes, et de plus en plus d’hommes, souvent élevés par leur mère, que Soral appelle « les gamins de 30/40 ans », prennent un malsain plaisir à se complaire dans leur vision rêvée, et erronée, du monde. Après tout, à quoi bon avoir conscience de la réalité quand on peut être heureux dans ses rêves et ses croyances (limitantes pourrait-on rajouter) ?

Les réponses à cette question, elles sont nombreuses. La première est la plus évidente. La réalité, votre corps et votre environnement au sens large, à ne pas confondre avec « votre réalité » qui reste une forme d’irréel, c’est ce qui fait que vous êtes en vie, que vous respirez, et pour aller plus loin si vous lisez Nietzsche, que vous pensez de la manière dont vous pensez.

« le rêve est devenu leur réalité »

Autre avantage, en ayant conscience de la réalité telle qu’elle est, vous avez l’avantage sur ceux qui ne l’ont pas, cette conscience. Concrètement, pour revenir à la séduction, vous savez discerner la beauté fantaisie de la beauté pure, les signes d’intérêts des signes imaginaires, l’intelligence fine de l’intelligence artificielle. Vous ne vous faites plus « des films » sur tout à partir de rien, vous faites « votre cinéma », pour reprendre l’expression d’un de mes professeurs de français qui l’employait pour définir ce qu’il fallait faire pour bien lire un livre. Et bien comme pour les livres, il vous faut lire la réalité telle qu’elle est en faisant votre cinéma. Et non en vous faisant des films sur ce qu’elle n’est pas ou ce que vous croyez qu’elle est.

Rechercher la réalité, et plus généralement la vérité, c’est prendre l’avantage sur ceux qui n’y prêtent pas attention. La vérité, c’est comme un secret. Il est là, dans l’air, insonore, impalpable. La véritable vérité, personne ne la connaît, sinon ça ne serait plus un secret. Seuls certains savent la sentir, un peu, ceux qui savent lire entre les lignes. Ce qu’il y a de magique dans la réalité, c’est que c’est en la recherchant, la cultivant et la traquant qu’elle redevient irréelle. Le premier niveau d’irréalité, c’est celui des imbéciles et des ignorants. Il est le raccourci facile que tout le monde prend pour s’éviter l’effort de comprendre la réalité. Le second niveau d’irréalité, celui que vous devez atteindre, c’est celui qui dépasse la réalité. C’est la petite nuance magique qui résiste à toute explication objectivement réaliste, et qui se distingue de l’irréel « de base » par le fait qu’elle émane directement de la réalité objective aussi bien mentale que physique.

Prenons l’exemple d’un relooking où le client, encore dans l’ignorance du premier niveau, vient avec une tenue qu’il pense dure comme fer être « classe ». Bien évidemment, il est le seul (ou presque), à ne pas savoir qu’elle ne l’est pas. Il est dans le rêve, dans l’irréel. Le temps du relooking, il prend conscience de la réalité, des matières, des accords des couleurs, des coupes, de toutes ces choses bien réelles qui lui étaient pourtant impalpables il y a peu. Le résultat du relooking, l’accord des couleurs, des coupes et des matières, lui, est classe. Et cette classe, c’est cette forme d’irréel retiré de la réalité.

C’est sans aucun doute cela que la mère de mon amie voulait lui expliquer maladroitement en parlant de fantaisie. Ou peut-être pas. Toujours est-il qu’au lieu d’en rajouter, elle aurait dû en enlever pour en avoir plus, de fantaisie : less but more. C’est en regardant la réalité telle qu’elle est que vous pourrez la décoder et comprendre ce qu’elle a de magique. Et vous aurez les armes pour y faire face, pour agir et faire ce que vous avez décidé. Dans votre cinéma, vous êtes le héros.

Et quel que soit l’objectif que vous vous serez fixé, il ne vous faudra pas juste lever les yeux, mais creuser à main nu, pour atteindre le ciel.

Thomas


SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire : "casser une friend-zone"
  1. Changez votre image durablement
  2. Décodez la psychologie féminine comme un livre ouvert
  3. Décrochez enfin ce que vous méritez
  4. Assumez et développez votre masculinité
SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "ce que vos parents auraient dû vous apprendre"
  1. Changez de vie et exploitez votre potentiel
  2. Gagnez en intelligence sociale et en aisance relationnelle
  3. Décodez la psychologie féminine comme un livre ouvert
  4. Découvrez les petits secrets des hommes séduisants

16 commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Messieurs les mécontents, ce n’est pas parce que vous ne comprenez pas qu’il faut vous énerver.

    Passez à l’article suivant, n’achetez pas de relooking, continuez de vous plaindre bêtement, et surtout, surtout, ne faites pas l’effort d’essayer de comprendre, restez dans votre ignorance, convaincus que j’écris n’importe quoi, pense des idées vides et vends des produits qui ne sont pas les miens sans même réclamer de commission.

    Vous êtes tellement fort qu’il vous était vraiment si difficile de simplement, et poliment, me poser la question ou demander des précisions afin de combler le vide qui vous hante et dont vous m’accusez d’être l’auteur ? Alors que faites-vous ici…

  • Donc si j’ai bien compris:
    -Se rendre inaccessible décourage les hommes.
    -C’est mieux de ne pase se voiler la face.
    -Devenez irréel.
    -Achetez un relooking.

    J’ai plus l’impression de lire la vision d’artiste que Thomas a de la vie et des relations hommes-femmes (pour le coup, assez irréelle) qu’un article parlant de la réalité au sens de ce qui est observable. L’article est flou de bout en bout et au final, je ne comprends pas l’objectif de l’auteur, qui part dans un délire dont la racine est un « Sois plus fun » donné par une mère à sa fille, et au milieu duquel pointent l’idée que chez Spike on a la bonne forme d’irréalité et qu’il faut acheter un relooking.

    Ce genre d’article permet de comprendre que Spikeseduction, comme Lifestyle Conseil, n’est jamais sorti de la communauté de séduction, dans le sens où le concept intellectuellement stimulant reste valorisé autant, voire plus, que la réalité, précisément. Ce genre d’article, si tu tombes dessus en premier, te fait te demander où tu as bien pu atterrir.

  • Certes il n’y a pas de construction dans le texte mais il y a tout de même un message qui reste tout de même assez intéressant. Car oui, il arrive souvent de se faire des idées et c’est un véritable frein au développement. ( d’une conquête par exemple )
    « Elle n’a pas arrêté de me dire que j’étais élégant, c’est un pure signe d’intérêt, je suis sûr que je lui plais ! »
    Dis comme ça, on pourrait le croire, pourtant, ça n’est pas la réalité. On peut très bien être complimenté sans qu’il y ait un but derrière comme on pourrait le penser et vouloir. Pourtant…, on se berce parfois de ce genre d’idées loin de la réalité, la vraie, pas celle que l’on tisse.

  • Je suis d’accord avec le commentaire précédent. Beaucoup de mots pour dire assez peu de choses.

    Dommage, car le début se présentait plutôt bien.

  • Sans vouloir être méchant, je trouve cet article un peu fumeux. Si on fait attention, rien y est dit. C’est dommage car les articles récemment publiés furent (en tout cas pour moi) instructifs, mais celui-ci… Alors soit l’auteur n’est pas capable d’exprimer sa pensée, soit sa pensée est pour ce sujet tout simplement vide.

  • C’est le premier commentaire que je me permets de faire sur ce site (alors que j’ai déjà écris six articles) et je le trouve justifié. Jouer au critique littéraire quand on n’arrive même pas à écrire une phrase correctement, je trouve ça exaspérant (je suis la seule???). L’exigence qu’on demande aux autres, on se l’applique à soi-même sinon c’est juste ridicule.
    Par ailleurs, le post initial de Jaraya est bien plus agressif que mon léger « recadrement » (citation « c’est un article totalement naze »).
    Quant à Thomas, je ne le connais absolument pas.
    Mais d’une certaine manière, tu as raison: il y a des combats qui sont perdus d’avance et je vais cesser de perdre mon temps.

  • Diane : ce n’est pas parce que tu écrit des articles sur ce site que tu es obligé de bondir sur ton clavier pour défendre tes copains. Les lecteurs savent faire la part des choses et on est loin d’être con. Merci de baisser d’un ton.

  • Non, cet article est en rapport avec le principe du site, il est en plein dedans d’ailleurs…

    A croire qu’on ne comprend pas tous la même chose…

    Conclusion: cet article nous dit d’arrêter de vivre dans nos visions erronées, au lieu de travailler nos rêves et rester dans un flottement sans résultat, on ferait bien de travailler ce qu’il y a de réel et donc de concret.

  • article inutile, qui n’a aucun rapport avec le principe du site ( a savoir la séduction) avec en prime un magnifique placement de produit.

    Une perte de temps.

    P.S : Diane, faire des fautes ne discrédite pas une opinion et l’orthographe ne révèle pas un niveau d’intelligence.

  • « article très maladroitement écrit »

    1) écriture dans le sens development de l’idée de départ, Diane
    je ne permettrait pas de juger ni l’orthographe, ni la grammaire ;)

    2) je ne pensais pas être publié.

    conclusion :
    « Quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt. » ;)

  • Illustration:

    La réalité selon Jaraya:

    « article très maladroitement écrit »

    La réalité :

    17 fautes d’orthographe dans le post de Jaraya (sans compter les fautes de grammaire et la syntaxe immonde) et un commentaire absolument vide d’intérêt.

    Conclusion: « Mieux vaut ne rien dire et passer pour un con que de l’ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet. » (Gustave Parking)

    P.S : Article très intéressant, merci.

  • Un article qui commence bien, qui se rend un peu évasif tout de même, puis qui finit justement. C’est de loin le plus philosophique des articles, dans ses qualités comme dans ses défauts.

  • bonsoir,

    une pub pour le relooking est caché dans l’article , saurez vous le trouvé ? ;)

    article très maladroitement écrit, l’histoire de début ne correspond pas du tout au development qu’on devrais en attendre,

    le concept de réalité qui tombe comme un cheveux sur la soupe est totalement fantasmé on y croit lire la loi de l’attraction et autre « secret », bouh les franc maçon sont de retour… allez va vite achete un relooking,

    bref c’est un article totalement naze, (et ça c’est la réalité ;) )
    mais achete quand même une nouvelle chemise on ne sait jamais, ;)

    pour l’histoire de la fille :
    elle est trop Hard To Get, il s’agit donc d’un probleme d’ACCESSIBILITE,

    le fait de lui dire de mettre de la fantaisie, c’est juste lui dire hey, girl met de l’eau dans ton vin, reste accessible, et les mec pourront se projeter avec toi ;)

    voila
    bon avec toute les critique sur le relooking de toute façon mon post sera pas publié. je vois pas pouquoi je me casse le c** a le taper , paradox quand tu nous tiens^^

    bonne soirée a toute l’équipe

  • Article fantaisiste et paradoxal :

    Fantaisiste :

    Car tout ça pour dire que ce qui reste quand on a fini de croire à ses croyances c’est la réalité. Principe de réalité. Ok.

    Il n’y a pas de ligne directrice, pas de problématique. A aucun moment on ne sait ou va l’auteur, ce qu’il veut dire.

    Aussi, less is more c’est bien mais un texte structuré c’est mieux.

    Paradoxal :

    Car on plane à 2000 en le lisant alors que la réalité est une notion terre à terre.

  • Merci d’avoir conceptualisé ce que je pensais, un excellent article. A mettre dans un best-of pour ceux qui débutent…

    PS: si un modérateur passe dans le coin, pouvez-vous rendre mon compte actif ? Cela fait une semaine que je me suis inscrit et je n’ai toujours pas d’activation… (veuillez ne pas publier cette partie du commentaire) Merci.