Merveilleux article de Clovis sur la puissance évocatrice des mots bien choisis sur votre aura à l'écrit (et en général). Et si, les meilleurs préliminaires, c'était un deux-trois mots bien placés ?

L’analyse qui suit est à exploiter sans modération, que ça soit pour son entretien professionnel, ou pour bien écrire ses sextos. Avant d’entamer cet article, je pense qu’il est important de me présenter, parce que je suis poli, et parce que personne ici ne me connaît. Je m’appelle Clovis, je frôle la trentaine, et mes grandes passions dans la vie sont les femmes et les voyages. J’ai eu l’occasion de beaucoup profiter de ces deux passions tout au long de ma vie, j’ai rencontré plus de gens que ma mémoire ne peut retenir, et j’ai été amené à me poser de nombreuses questions sur le rapport qu’il pouvait exister entre ces deux choses, j’ai nommé l’Amour et les différences culturelles.

Mon récent déménagement à l’étranger (aux Pays-Bas), où j’ai eu l’occasion de côtoyer de nombreuses personnes de nombreuses nationalités différentes, m’a permis de comprendre deux ou trois trucs sur la vision qu’ont les étrangers, et particulièrement les étrangères, de nous autres les « petits français ».

Et comme depuis quelques jours je suis cloué au lit tout seul, je m’emmerde. Du coup, j’ai décidé de vous faire part de quelques une de mes réflexions sur le sujet. Pour mon premier article, je vais donc m’attaquer au cliché de la langue française que tout le monde appelle langue de l’amour, et tenter de faire le lien avec l’autre grand cliché, pourquoi les français sont-ils réputés romantiques par la plupart des étrangers (et des étrangères). Et tiens, pendant que j’y suis, je vous dirais même un ou deux mots sur l’accent français !

Tout a commencé avec cette fille

Le sujet de Meetup est-il le nouveau Meetic a déjà été abordé, et pour l’utiliser quasiment quotidiennement, que ça soit pour trouver des filles, pour faire du sport, ou pour se faire un resto, je suis assez tranché sur la question. Oui, Meetup est mieux que Meetic. J’ai donc, peu de temps après mon arrivé aux Pays-Bas, commencé à rencontrer du monde grâce à ce site. C’est sur une sortie sportive que j’ai rencontré Mademoiselle (je voulais l’appeler M, mais je trouve que ce n’est pas assez respectueux).

Je pourrais faire part de toutes les discussions plus ou moins sexuées que nous avons pu avoir, de tous les signes d’intérêt, vous faire un récit de rencontre complet, mais je ne suis pas vraiment là pour ça, soyons honnête. Alors passons toutes ces banalités, nous nous sommes rencontrés, nous nous somme revus, nous avons beaucoup discuté, nous nous sommes plu, nous nous sommes embrassés, et nous nous sommes écrit des emails afin de garder contact. Dans cet ordre-là.

La question qui va m’intéresser ici tourne principalement autour des passages où nous avons discuté, ainsi que celui où nous nous sommes écrits ces emails.

L’anglais, c’est très bien, mais pour bien écrire ses sextos, rien de tel que la langue de molière

Je n’ai pas la prétention de tout savoir sur les langues étrangères, loin de là. Je parle anglais tous les jours, au travail, chez moi, en soirée. Je peux dire que je suis presque complètement bilingue. Je dis presque, parce qu’aussi bon que je sois avec l’anglais, j’ai toujours l’impression de ne pas réussir à m’exprimer comme je le souhaiterais, mais j’y reviendrai. J’ai quelques rudiments d’allemand, de hollandais ainsi que de japonais, mais je vais ici me concentrer sur l’anglais, déjà parce que c’est la langue que je parle le mieux, et aussi parce que si je vous dis que le français est plus romantique que l’allemand, je ne pense pas avoir trop de mal à vous convaincre. Ceci dit je n’ai aucune notion d’espagnol ou d’italien (NDLR : pour l’espagnol, c’est pas bien grave, mais l’Italien tu rates des trucs…) mais je ne serais pas surpris de constater que ces langues ont la même connotation romantique que le français.

Mais revenons à l’anglais. Je me suis retrouvé avec Mademoiselle à discuter donc, de tout, de rien, notamment par email de façon assez sporadique. Et je me suis retrouvé avec un problème majeur, comment signer mes lettres ? Non, ce n’est pas une blague. En français, j’aurais eu à ma disposition un nombre incalculable de façons plus ou moins subtiles, plus ou moins distinguées, plus ou moins viriles de lui faire part du fait que je compter bien la plaquer contre le mur et l’embrasser langoureusement dès que l’occasion se présenterait.

Vous ne voyez pas ce dont je veux parler ? Comment fini-t-on une lettre à une amante en français ? Prenons quelques exemples :

« je t’embrasse fort »

« je te fais pleins de bisous »

« je t’envoie de tendres baisers »

« morsures sur la fesse »

Vous pouvez également faire quelques variantes plus évoluer, ça ne choquera pas trop. Un

« je tenais également à te faire part de mon envie pressante de pouvoir enfin apposer mes lèvres entre tes jambes dans une étreinte langoureuse et sensuelle. Cordialement… »

à la bonne personne aura un effet certain. La langue française regorge de multiples façons de faire part de la tendresse que l’on éprouve pour quelqu’un.

Je suis devenu bilingue dans une langue de barbares

Mais en anglais ? Non sérieusement, que dis un américain ?

« Sweet kisses »

« Hug »

et…

« Cheers »

Cheers, putain, sourires ! Vous m’excuserez mais en terme d’affectif, on a connu mieux. Alors oui, il existe surement d’autres façons de faire transparaitre de l’affection, mais… personne ne les utilise, et si vous le faites, vous passez pour un weirdo ! (ceci dit si vous en avez quelques unes, je suis très preneur, les commentaires sont à vous).

Il est possible de faire le même rapprochement pour tous les surnoms débiles que la langue française a vu naitre. Bien évidement je ne parle pas de comment vous vous faites appeler, souvenez-vous, vous êtes un mâle alpha, un mec viril, vous ne voyez pas bien de quoi je veux parler. Mais souvenez-vous comment votre tatie éloigné vous appelez vous ou votre sœur quand vous aviez 10 ans. Essayons un peu de faire une liste ici. « chérie », « mon amour », « mon cœur », « ma belle », « ma beauté », « ma grande », « ma douce », « mon chaton », « ma biche », « prunelle de mes yeux » (oui je vais chercher un peu loin des fois)… Bref, il en existe des milliers ! Ok, comme le disais Anaïs, ça dégouline d’amour, c’est beau mais c’est insupportable. Mais ça existe.

Maintenant regardons en anglais… D’ailleurs je dis anglais, et pas américains, parce qu’autant les anglais utilises ça, autant essayer de dire ça à un ricain… On trouvera donc des « sweety », « sweetheart », « dear », et enfin le trop utilisé « darling ». Et à part ça ? Et bien rien, que dalle, nada.

Sans nuances, la séduction est un truc de bourrins

Vous voyez où je veux en venir ? La langue française regorge de façon subtile de montrer son affection. Les nuances sont infinies. Et là-dessus, l’anglais pêche. Sévère.

Mais ça ne s’arrête pas là, la langue française est une langue précise. Avec nos douze milliards de temps, quand on dit quelque chose, c’est précis. Et l’art de tenir une conversation avec quelqu’un réside justement dans ce côté « j’ai dit quelque chose de très précis et de très complet, vas-tu être capable de relever les nombreuses subtilités que j’ai pu mettre dans ma phrase ? ». Ça peut être dans un discours politique, ça peut être une blague, mais surtout ça peut être lors de la phase de séduction. Notez le nombre incalculable d’allusions au sexe cachées dans une belle conversation de séduction… Ça peut être une vraie allusion, ça peut être dans le jeu de questions-réponses, ça peut être subtil, ça peut l’être moins (« vous voulez un whisky ? »)…

Vous ne me croyez pas ? Relisez Le rouge et le noir.

Et pendant ce temps, aux USA

Maintenant prenons un exemple ricain. Oy yea-ah. C’est quoi le summum d’une conversation sexuée aux US en ce moment ? C’est ça :

Ah oui, ç’est sexué, pas de doute. Mais côté subtilité, on repassera, hein?

Le français est une arme fatale de séduction

D’ailleurs, si on veut trouver du romantisme dans la langue anglaise, il faut remonter à Shakespeare, qui rappelons-le, était obligé d’inventer des mots… Car oui, si la langue anglaise à plus de mot que la langue française, cela est principalement due au faite qu’ils ont un nombre incroyable de verbe en double (to start, to begin, to commence…). Nous, on a de quoi faire passer des émotions. La preuve, les insultes ! Essayez de faire une belle insulte en anglais. En français, on sait ce que ça donne :

« Nom de dieu de putain de bordel de merde de saloperie de connard d’enculé de ta mère! »

Du coup, pour revenir à ce que je disais, j’ai effectivement l’impression d’être complètement bilingue, mais dans une langue de barbare… D’ailleurs, en anglais tout à l’air plus vague… Je n’arrive jamais à faire passer la même précision, les mêmes subtilités, les mêmes messages caché en anglais qu’en français.

Et c’est pour ça que la langue française a toujours été considérée comme la langue de l’amour, la langue de l’émotion, la langue de la séduction…

Et nous autre petit français, ne faisons rien pour faire disparaitre ce cliché. Pas par choix, et d’ailleurs, même pas consciemment ! Non, c’est juste que nous essayions de reproduire ce qu’on sait faire, mettre de la séduction dans notre anglais. Que ça soit en essayant d’envoyer un bisou à la fin d’une lettre, lors d’une conversation avec un pote en tentant de faire une allusion, ou simplement en essayant de parler à une jolie fille. Et soyons honnête, à chaque fois qu’on fait ça, on passe un peu pour un extraterrestre. Mais ce n’est pas grave, on est français, la preuve notre accent si horrible, on a le droit de faire des trucs romantiques super bizarre.

Langue française, ou accent français ?

D’ailleurs ne vous y méprenez pas, votre accent français si apprécier à l’étranger, ce n’est pas parce que c’est beau. Parce que je vais être honnête avec vous, c’est moche. On parle « petit nègre », la preuve aux US ils nous sous-titrent, même quand on parle anglais, personne ne nous comprend, et ça horripile les gens. Mais c’est notre passeport pour être romantique, et pour rappeler à tout moment « j’ai le droit de faire des trucs bizarres et sexué tout le temps même quand c’est inapproprié, je suis français ».

Donc n’hésitez pas à en user et à en abuser au près des filles, ça les feras rires. La preuve ?

Je dis pas que ça marche toujours aussi facilement, mais c’est un énorme plus.

Lire les mots ne suffit pas, il faut reproduire les sons!

Par contre, par pitié, faites un effort pour être compris dans le monde du travail, écoutez comment les gens parlent et reproduisez les sons, arrêtez de faire comme si vous lisiez un texte à d’autres français!

Bref, tout ça pour dire, je me suis beaucoup amusé avec Mademoiselle, et elle adore tous ces trucs pseudo romantiques foireux que je fais même parfaitement inconsciemment ! Alors si vous avez l’occasion d’être avec une étrangère, lâchez-vous, vous avez tous les droits, vous avez cet horrible accent qui fait qu’elle rigolera au lieu d’être apeurée.

Ah oui, aussi, n’oubliez pas de me refiler vos signatures de courrier en anglais en commentaires ci-dessous, j’en ai toujours besoin^^ Les surnoms affectueux sont également les bienvenus.

Sur ce cher lecteur, je te salue bien bas et tiens à te remercier de m’avoir lu jusqu’au bout ; ou comme le dirais les anglophones…

Cheers!

Clovis

Ps : et pour apprendre à séduire à l’écrit, faites confiance à Stéphane…

Crédit photo : Gueоrgui


SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "techniques de séduction à l'écrit"
  1. Devenez plus écouté, plus intéressant et plus charismatique
  2. Captivez et convainquez à l'écrit
  3. Appliquez les techniques de séduction au monde professionnel
  4. Décrochez votre dream-job
SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "Décodez le langage des femmes"
  1. Consolidez les relations et épanouissez-vous en couple
  2. Gagnez en intelligence sociale et en aisance relationnelle
  3. Décodez la psychologie féminine comme un livre ouvert
  4. Découvrez les petits secrets des hommes séduisants

19 commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Comme déjà énoncé lors de commentaires précédents, un article plutôt sympathique à lire mais malheureusement, plus on s’approche de la fin et plus on trouve de fautes (désolé mais certaines piquent vraiment trop les yeux). Une petite relecture éviterait sans doute de le décrédibiliser ;)

  • Le Français et les étrangères, un thème qui pourrait faire l’objet d’un vaste débat …

    Comme l’a très justement souligné Olivier, le Français est séduisant dans un pays ou il n’y en a pas. Pour avoir fait fréquenté des étrangères en Nouvelle Zélande et en Australie, je ne suis pas convaincu sur l’attractivité spéciale d’un Français par rapport à un Italien, un Espagnol et même … un Allemand.

    L’avantage d’être etranger dans un pays est d’avoir des histoires et des anecdotes à raconter sur son pays, voir de dégager une « aura » de voyageur qui peut être séduisante.

    En revanche cet avantage est très vite gommé par l’absence de fluidité et de précision de notre langage face à un natif. Demandez à un Français de raconter une anecdote amusante en Anglais, en général ça se termine en blanc gênant car notre vocabulaire est limité et ne retranscrit pas exactement ce qu’on veut dire. Même des étrangers d’Europe du Nord peuvent rencontrer ce problème en Anglais, il y a simplement un gouffre entre une personne parlant Anglais et un natif. Et pourtant je peux discuter confortablement en Anglais et même faire du théâtre ici.

    Une Anglaise, Américaine ou Australienne, même si elle trouve notre accent « cute », aura vite fait d’aller fréquenter un natif qui la fera plus marrer et qui arrivera grace à son vocabulaire plus riche à titiller ses émotions de manière plus subtile.

    Je compare un peu cette situation à celle d’un mec qui sera très rigolo, et qui pourtant échoue avec les filles. En théorie ça devrait marcher, pourtant c’est pas le cas.

    Le Français à l’étranger, s’il maîtrise bien la langue, c’est à dire assez pour flirter et rebondir facilement en menant confortablement une discussion, sera évidemment en mesure de séduire. Mais pour moi le même mec aurait séduit la même fille s’il venait d’un autre pays. Un Français qui n’est pas séduisant en France ne le sera pas ailleurs, et inversement, un Français séduisant en France le sera partout ou il maitrise un minimum la langue.

    En clair je pense qu’il n’y a que nous pour nous considérer comme des sex symbols aux yeux des étrangères par rapport aux autres nationalités.

    C’est peut être conforté par toutes celles qui disent que le Français est « cute » mais qui en réalité n’accorde pas une si grande apportance à ce seul facteur dans leur niveau d’intérêt.

    My two cents.

  • Clovis, tu es l’exemple de ce qui se passe quand on prend ses desirs pour des realites, juste pour avoir l’air mieux que les autres.

    En gros, tu choppes une langue que tu maitrises moins que la tienne, tu affirmes qu’elle est moins subtile que la tienne, et tu utilises comme preuve d’une part un monument de literature, d’autre part deux extraits de soupe cinematographique. Mais jetez Bourdieu aux orties, Clovis le fin analyste est dans la place! Dans le meme genre, tu ne veux pas nous comparer Edgar Allan Poe et Dany Boon? Le Raven contre le sketch de La Poste? Prochain article, peut-etre?

    Qu’en plus tu fasses des fautes est la cerise d’ironie sur ta piece montee de suffisance et de paresse.

    Encore un bel exemple de simplisme se cachant a grand peine derriere la pretention intellectuelle.

    P.S.: Au cas ou tu veuilles me reprendre, mon clavier est Anglo-Saxon.

  • Bonjour,

    Il y a deux langues anglaise: celle des anglophones de naissance, et celle mondialisée.

    Dans le premier cas, le vocabulaire est bien plus étendu.
    Vouloir s’intégrer au Royaume-Uni, aux USA, ou en Irlande dans mon cas avec des locaux est loin d’être si simple.

    Difficulté de comprendre dûe à l’accent ou au manque d’argot. Difficulté de se faire comprendre à cause d’une prononciation déficiente ou d’un accent trop fort dont on ne sait pas bien comment l’atténuer…
    Manque de spontanéité dans les réactions…

    La langue anglaise est riche, mais comme tout sujet, pour être bon il faut être à fond dessus et aller au-delà de l’Anglais d’aéroport.

  • Par ailleurs, l’appauvrissement de la langue telle que dénoncée dans l’article me semble plus provenir d’une société à la fois de plus en plus fonctionnelle et domestiquée, que d’un trait de culture propre à une langue – sauf qu’évidemment un tel mouvement fonctionnaliste vient du monde anglo-saxon.
    C’est tout de même intéressant de constater que bien des choses s’appauvrissent au fur et à mesure que la société devient de plus en plus riche : l’architecture, l’art en général, notre manière de nous exprimer, jusqu’aux meubles, aux voitures etc.

    Tout est fonctionnel, tout est disagne ou conceptuel, tout est darwinien mais que c’est ennuyeux la plupart du temps.

    Pour le reste : « Pourquoi les français sont-ils perçus comme romantiques et la langue française comme la langue de l’amour par les étrangères »

    Je répondrais plutôt par des pistes :

    – Parce que le Romantisme français, en littérature, a eu le thème notamment l’Amour au début d’un siècle désenchanté par les défaites napoléoniennes et la Restauration (ce qui n’est pas guère le cas du Romantisme allemand).

    – Napoléon III a fait de Paris un formidable lupanar en même temps qu’une ville d’une remarquable beauté (et en dépit des efforts de la République pour détruire tout ça par la suite) et que cela a frappé les Américains venus en visite. Le cinéma a ensuite fait son oeuvre.

    – Londres est détruite par les tours, Paris est préservée – et on a eu très chaud dans les années 60. On ne peut décemment pas tomber amoureux à la Défense ou dans ce qu’on appelait une « Ville Nouvelle », concept dégueulasse en soi – ou alors c’est qu’on a un problème psy.

    – Regardez les statues qui ornent nos parcs, nos jardins, nos rues… Beaucoup sont d’une manière ou d’une autre dédiées à l’amour.

    – Depuis Louis XIV, nos magasins de luxe sont eux aussi dédiés d’une autre manière à l’amour… Lorsqu’ils ne sombrent pas dans le bling bling, bien entendu.

    – Toute la partie noble du vocabulaire anglais est constituée de mots français (merci les Normands !), ça nous donne une longueur d’avance – raison pour laquelle il est effroyablement grotesque de faire usage immodéré d’anglicismes (c’est le Prince imitant le crapaud, le Roi contrefaisant le singe…).

    – Nos rues dans Paris (la banlieue est un désastre d’urbanistes juste bons à fusiller) sont faites pour la promenade, pour la rencontre, pour flâner. Aux E-U, on ne se promène guère, et il faut dire que les villes ne s’y prêtent guère dans leur majorité : on fait son entretien de santé, on fait quelque chose d’utile et puis on prend sa voiture pour aller acheter son pain (comment peut-on habiter à plus de 20 minutes de son lieu de travail et à plus de 20 mn de son boulanger quand ce n’est tout simplement pas une grande surface ?). En Espagne a contrario, on se promène trop, dans des espèces de rituels amusants, mais un peu lassants – et on a aussi une vie américanisé d’un autre côté….

    Allez, je me tais, j’en dis trop et ne pourrais jamais en dire assez sur ce thème !

  • olivier: comme tu dis, être français à l’étranger est en soit une arme fatal. Je n’essaye pas ici de dire que c’est une bonne ou une mauvaise chose, j’essaye surtout de comprendre pourquoi!
    En effet, je mets ici en avant une différence culturel qui vient de nos habitudes linguistique.

    Et tu as parfaitement raison, il existe surement des façons de faire passer des émotions dans toutes les langues. C’est juste plus ou moins facile. Je ne parle pas assez bien les autres langues pour jugé, mais je peux t’assurer que c’est plus facile en français que dans pleins d’autres langue. Pour avoir passer des heures à en discuter avec de nombreuses personnes de nombreuses nationalité (j’aime bien parler de ça avec les étrangère, c’est tellement facile de sexué derrière), la langue française est, par essence, accès sur les sentiments. D’où l’appellation langue de l’amour.

    Je tâcherais d’être plus clair sur la motivation de mon article la prochaine fois, je reste content du contenu, mais pas de la façon dont il est perçu.

    Pour info, le titre initial était:
    « Pourquoi les français sont-ils perçu comme romantique et la langue française comme la langue de l’amour par les étrangères »

  • @stephane : … et vice-versa.

    Le signifié l’emporterait sur le signifiant ? La forme sur le fond ? Et comme exemple, une des plus resucées des interventions de Hank contre … Lambert Wilson qui jure en français ?!?

    What the fuck ?

    Clovis, tu sembles connaître l’anglais, soit. Mais il y a des millions et des millions, et des millions (!) de façons de, en anglais, en espagnol, en italien, en allemand, en japonais, en russe … de faire passer toutes les putains d’émotions que tu veux (et j’attire l’attention du lecteur sur le fait que cette construction de phrase est anglophone).

    Les 2 points que tu cites (« conclure une lettre » ou « exprimer, par écrit, son envie ») ne dénotent pas faute de vocublaire, ou de grammaire. Ils dénotent, et tu le dis d’ailleurs (« vous allez passer pour un weirdo ») faute de CULTURE (connaissances communes d’un peuple). Parce qu’en anglais, on conclut par « lots of love, xxx » épicétou. Mais ressors-moi le réglement qui interdit l’utilisation de la langue anglaise dans le discours amoureux. Celui qui dit que les allitérations perdent de leur charme, même sans être en français ? Dis-moi où les murmures (whispers en anglais, qui c’est qui gagne ?) sont plus beaux chez Baudelaire que chez Poe ?

    Tu dis que dire les mots ne suffist pas, qu’il faut reproduire les sons, la phonologie, soit encore. Et chaque langue a sa prononciation. De sorte que tu, je, nous, vous, ils, ne parle(nt) pas de la même manière selon la langue qu’on utilise. Par exemple, souvent, les français parlent plus aigus quand ils parlent anglais.

    Enfin, tu dis que le Français est une arme fatale de séduction. J’ai envie de rajouter que le Français est une arme fatale de séduction, si tu es français, dans des pays qui ne sont pas habitués à avoir des français. Un peu comme on fantasme sur les blondes, les formes ou l’esprit.
    Scarcity makes value, innit ?

    La seule chose avec laquelle je ne suis pas en désaccord, c’est notre image, qui, à l’étranger, peut-être, nous autorise à s’écarter – un peu – des limites culturelles du pays hôte.
    Mais je ne suis pas sûr que nous soyons à la recherche d’excuses sur ce site.

    George Byron et Alexander Pope aiment ça.
    William Blake : u rite nigga !
    Thomas More : y u french ?
    William Shakespeare s’est déconnecté.

  • @Laurent : l’orthographe de Clovis est certes imparfaite, mais on peut faire zéro fautes et être parfaitement inintéressant ;)

  • Honnêtement, personne n’a remarqué que pour un article dont le titre contient « parler le français correctement », c’est bourré de fautes ?

    « J’ai donc, peu de temps après mon arrivé aux Pays-Bas, commencer à rencontrer du monde grâce à ce site. »
    Ouch.

    Le contenu est intéressant, mais ça perd un tout petit peu en crédibilité. Je sais, quand on parle anglais en permanence, revenir au français peut être un peu douloureux. Je mettrais donc ça sur le compte d’une relecture un peu rapide ;)

  • Tu as raison sur de nombreux point.

    Et loin de moi l’idée de dénigrer la langue anglaise, qui est magnifique et très complète. Mais qui permet de choses différentes que la langue française.

    Cependant la comparaison entre la langue française et les autres langues n’est pas nouvelle, et surtout n’est pas de moi. Je veux dire, plus je voyage, plus j’entends les gens me dire que la langue française est la langue du romantisme, et que les gens trouvent les français « cute » quand ils parlent.

    L’intérêt que j’ai ici est plus académique, qu’est ce qui fait que dans l’inconscient collectif international le français est perçu comme ça, et une fois cela compris comment utiliser cela à notre avantage.

  • Quelques petites pensées qui me viennent à la suite du texte et des commentaires.

    Effectivement, on est toujours plus subtil dans sa langue maternelle, et je n’oserais pas trop faire de telles comparaisons entre la richesse supposée du français par rapport à l’anglais.

    Pire même, comme l’anglais a deux à trois fois plus de mots que le français, je taxerais facilement la langue de Shakespeare de langue baroque, à l’image de cet auteur, pas du tout romantique (né bien trop tôt, le père William, pour avoir connu le Romantisme, même s’il a été récupéré par le romantisme français en son temps) !

    Ce qui est plus marqué en anglais qu’en français, c’est la différence entre la langue formelle (avec un vocabulaire plutôt d’origine franco-latine) et la langue parlée (avec un vocabulare plutôt d’origine germanique).

    Nous avons eu la chance d’avoir eu l’Académie qui a fait la chasse aux synonymes (lire Rabelais pour se rendre compte qu’on l’a échappé belle !) et d’avoir eu des auteurs qui ont appauvri le vocabulaire, cherchant la précision, tout en ayant au contraire fait porter leurs efforts dans la recherche de la syntaxe, de telle sorte que la phrase collât à la réalité qu’elle cherchait à décrire, du moins dans la langue soutenue.

    Par contre, faire la chasse aux anglicismes dans sa propre langue permet à moindre frais de gagner en élégance et en distinction sans avoir aucun risque de passer pour bizarre et le tout à moindre prix. Chercher à parler le meilleur anglais possible, ou toute autre langue : oui. Mais chercher aussi à parler le meilleur français possible, sans pédanterie inutile, et sans cette floppée d’emprunts à l’anglais qui est en train de dénaturer complètement notre langue en en faisant comme un « mini-moi » grotesque et ridicule de la langue de nos voisins britanniques – lire la presse féminine par exemple pour se rendre compte du désastre – oui aussi.

    Il est vrai que parfois, en parlant une langue étrangère, on a tendance à faire des emprunts à cette autre langue dans notre propre langue, ne serait-ce que pour s’amuser. (« Pour supposé », j’ajouterais en tant qu’hispanophone qui se défend – ne pas écouter la Rédaction à ce sujet :-) ). Mais fuyez en tout cas cette habitude détestable d’emprunter des mots à une langue étrangère que vous ne comprenez pas, par simple effet de suivisme de la mode la plus vulgaire qui soit. Appauvrissement assuré de votre syntaxe, vocabulaire et intelligence à plus ou moyen long terme au profit d’une manière de parler stéréotypée sans aucune imagination, en un mot, adolescente (et je sais que dans certains domaines professionnels, il existe une sorte de sous-globish à la mode, mais justement, ce sont là des entreprises qui tendent à vous conforter dans une certaine vision adolescente – et donc manipulable – de l’existence).
    Oui, soignez d’autant plus votre anglais que vous utiliserez le moins de mots d’anglais possible dans votre français, vous y gagnerez.

  • flonaish : très très bonne idée ça!

    mwu: C’est exactement ce que je veux dire. Mais pour une américaine en ayant ce coté « cheesy » comme tu dis, tu vas passer pour quelque de très chaleureux, de très amical, et de très romantique. Preuve est l’attrait réel des français dit justement très romantique par de nombreuse étrangères (pas que américaine). Je veux dire si tu vas à l’étranger tu peux demander cash à n’importe quelle fille ce qu’elle pense des français et de la langue française, elle te diras ce genre de chose.
    L’intérêt est plus de comprendre pourquoi.

  • Au temps pour moi, j’avais compris signatures de mails pro.

    Ca manque de subtilité pour toi, si t’es americain non. De meme pour un americain , la plupart des surnom français vont sonner tres cheesy alors que pour un francais non.

    Pour reprendre ton exemple « « je tenais également à te faire part de mon envie pressante de pouvoir enfin apposer mes lèvres entre tes jambes dans une étreinte langoureuse et sensuelle. Cordialement… » » il n’y a pas de soucis a le dire en anglais.

    Le soucis c’est que tu as une énorme différence entre ton vocabulaire anglais et français, mais cette différence est masqué par le fait que tu es un niveau suffisament bon pour bosser en anglais.

  • La langue française est aussi plus mélodique que d’autres langues.Le français est une langue douce où l’on « agresse » pas son interlocuteur. Un exemple : si petit, votre mère vous a appris à dire « Comment? » plutôt que « Quoi! », c’est notamment car « Comment » est beaucoup plus doux et posé que « Quoi! ».
    En anglais, vous pouvez utiliser tous les mots français de cette liste, profitez-en pour rappeler que vous êtes français et pour donner des couleurs à votre anglais : http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_French_phrases_used_by_English_speakers
    Enfin Clovis, signe tes messages en anglais avec une phrase en français pour toutes les raisons que tu as évoquées. Si elle ne sait pas ce que ça veut dire, tu peux lui faire confiance, elle se débrouillera pour le découvrir.

  • Ok, j’ai un peu exagéré sur les surnoms afin de rendre l’article plus lisible. Mais il n’empêche que je trouve un « babe » ou un « georgous » un peu beauf. C’est un peu comment si tu sors un « salue poupée », ça manque de subtilité.

    Par contre, regards, pas d’accord mais alors pas d’accord du tout. C’est un truc super formel! Je parle ici de jeu de séduction, « regards » je l’utilise avec mes collègues pas avec la fille avec qui j’ai envie de passer la nuit.

  • Roh un homme trouvant que sa langue maternelle permet plus de nuances que les autres.

    (http://www.youtube.com/watch?v=l8h2qnRBzR0)

    Pour les surnomsn au pif : honey, my love, miss, sweety pie, cuttie, babe, georgous, sunshine….

    Pour les signatures de couriers, n’importe quoi avec
    « regards » (Kind , Best, whatever)