Cuisine & drague : les recettes de cuisine qui plaisent aux femmes



Si Luchini aime à répéter que les femmes jouissent par l'oreille, moi je pense plutôt que c'est par la bouche (entre autres). Raison de plus de ne pas vous enorgueillir, comme j'ai pu naïvement le faire par le passé, de ne pas savoir faire cuire un oeuf

Mon dernier article traitait du romantisme et de la langue française, celui-ci sera beaucoup plus prosaïque puisqu’il s’attache à décrypter ce rapport très français qu’entretiennent la cuisine et la séduction. Cuisine & drague : les secrets de l’alchimie entre le plaisir de la rencontre et celui de la chair. Mais pour en saisir la subtilité, partons un instant à l’étranger.

Lors de mes nombreux voyages, et autant d’interactions avec des étrangers, une chose m’a particulièrement frappé (et aidé) : les français sont perçus comme romantiques. Je veux dire, ce n’est pas une histoire de comment je suis moi en tant que personne, la plupart de mes amis qui ont pu voyager ont également entendu ce genre de chose.

« Le français est romantique »
« Le français est cute dans son accent, sa façon de parler, son comportement… »
« Le français est un grand cuisinier »
« Et le fameux french kiss… »

Postulat de départ : les français seraient romantiques 

Mais là où ça devient intéressant, c’est d’essayer de leur demander pourquoi. Personne n’est jamais capable de vous répondre! Celles qui le pensent le plus n’ont d’ailleurs jamais rencontré de français, ou très peu, et seront bien incapables de vous donner le début d’une explication à cette croyance pourtant bien ancrée.

Mais elles le répondent. Pas toutes, évidement, mais une grande majorité des américaines, ainsi qu’une bonne partie des filles des pays de l’Europe du Nord et du Nord Est (j’entends par là le Royaume Uni, les Pays-Bas, l’Allemagne, le Danemark, ainsi que les pays scandinaves).

Comme je suis toujours cloué au lit pour cause de cheville en vrac, je n’ai toujours rien d’autre à faire que d’essayer de comprendre pourquoi nous avons cet image-là à l’étranger. Et de vous faire partager ce que j’ai pu constater avec quelques amis et connaissances.

La cuisine comme arme de séduction, une des bases de la French Touch

On a vu que dans le package du français, un des facteurs qui fait que le français est présenté comme chaleureux, agréable, romantique et lover comme disent les américaines, provient de la langue. C’était l’objet de mon premier article. C’est intrinsèque à la langue, et on ne peut pas y faire grand-chose à part en jouer un peu si on en est capable.

Il existe d’autres points qui font que le français est considéré comme romantique à l’étranger et sur lesquels il est plus facile de « progresser » si je peux m’exprimer ainsi. Et l’un deux est encore un cliché, mais c’est la relation que nous avons à la nourriture et à la cuisine. Autrement dit, nous saurions draguer parce que nous savons cuisiner. Et vice et versa.

Car oui, nous somme le pays de la gastronomie, si si, la gastronomie française est même classée patrimoine international de l’UNESCO, je n’invente rien! Mais du coup, sans aller jusqu’à préparer un repas gastronomique, en quoi savoir ce genre de chose peut vous aider à passer pour l’homme idéal ?

Encore une fois, l’histoire commence avec une fille

Je l’aurais bien appelé Mademoiselle, mais ce n’est pas la même Mademoiselle que la dernière fois, je vais l’appeler C., parce que c’est la première lettre de son prénom imprononçable. J’ai rencontré C. lors d’une soirée, et nous avons bien accroché car je trouvais que C. était quelqu’un de raffiné, avec du goût, et quelqu’un qui ne lésinait pas sur les efforts pour plaire, et pas uniquement sur le plan charnel.

J’ai donc rencontré C., puis nous nous somme revus pour boire un verre, puis j’ai été invité chez elle, puis je l’ai invitée à manger. Puis je n’ai jamais été invité à manger chez elle. Pas qu’elle ne voulait plus me voir, non, c’était l’invitation à manger qui lui semblait trop de pression.

Dans beaucoup de pays, un morceau de poisson et du poivron, c’est déjà le comble du raffinement!

Je n’ai jamais été un grand cuisinier, mais je me débrouille. Comme n’importe quel français, je connais deux trois recettes simples, et si je veux faire les choses en grand je cherche sur internet une recette et je n’ai pas peur d’essayer d’être original. Je sais couper des légumes, je sais préparer du poisson, rien d’exceptionnel, mais je ne suis pas manchot quoi. Enfin, rien d’exceptionnel… c’est là que je me trompais !

J’ai donc préparé un repas à base de saumon, d’amande grillé, de riz au poivron, ainsi qu’une tarte aux pommes. Le genre de chose que ma mère aurait pu me faire n’importe quel soir de semaine, mais que soyons honnête je ne prépare pas tous les jours non plus. J’ai sorti la belle vaisselle que ma grand-mère m’a offert, placer les plats de façon un peu harmonieuse (pas tout jeté en tas au milieu de l’assiette quoi), et C. est arrivée.

Et là je n’ai pas compris…

C’était pour elle le summum de la gastronomie française, j’étais pour elle un cuistot hors pair, mon plat était magnifique, à tel point que nous avons dû le manger froid tellement l’effet était parfait. Sur le coup, j’étais trop content pour noter l’éloge trop grand, mais en y réfléchissant bien, j’ai toujours invité des filles chez moi, j’ai toujours préparé à manger avec plus ou moins d’attention, et je n’avais jamais provoqué de réaction similaire. Quel était donc le truc en plus qui avait fait que cette fois avait été différente ? Et bien la réponse est simple, la culture d’origine de la fille.

Dans un pays où les gens mangent des sandwichs à presque tous les repas, boivent de la soupe et du lait froid à table, et où la spécialité culinaire locale est une croquette au gout bizarre dont personne n’a jamais vraiment su ce qu’il y avait à l’intérieur, forcément en préparant un beau repas, je passe pour un grand chef.

A l’origine de cette différence culturelle

Mais en dehors de ce que je sais faire, l’intérêt est ici encore une fois plus dans la différence culturelle. J’entends par là que je n’écris pas ça pour m’envoyer des fleurs, n’importe lequel d’entre vous aurait pu faire pareil (enfin je vous le souhaite, et si ce n’est pas le cas, sachez que la cuisine joue un rôle très important dans la séduction, surtout si vous ne pouvez pas vous payer le restaurant tous les jours, il serait peut-être temps de s’y mettre).

Ne mets pas tes coudes sur la table

Là où j’ai marqué des points, c’est dans ce côté normal de la chose. Car en bon français, j’ai été élevé comme ça. En grandissant ma mère m’a appris à préparer à manger, c’était normal, ça faisait partie des rituels familiaux, au même titre que le fait de passer le repas à table à discuter. Elle m’a également appris toute une série de règles plus ou moins étranges appelées les règles de table, et si j’en ai aujourd’hui oublié la moitié, le peu qu’il me reste fait que je sais me tenir si le besoin se présente. Vous savez, le genre de chose que vos parents disaient, du genre « ferme ta bouche, mets tes deux mains sur la table, ne pose pas ton coude sur la table… ». Ce sont des choses normales qui font partie de ma culture, il est donc naturel pour moi de les appliquer, presque inconsciemment.

Maintenant prenons le cas (encore une fois) des américains. J’ai pu constater aux Etats-Unis qu’acheter de quoi préparer un plat de spaghettis bolognaise coutait plus cher que d’aller au mac do ! J’ai vu de nombreuses familles, issues de milieu bourgeois autant que le contraire, ne même pas posséder de table à manger! Bien sûr, moi aussi je mange devant ma télé quand je suis tout seul (et c’est mal). Mais si j’ai la place de mettre une table, je mets une table dans mon salon, et quand je reçois du monde, je mange à table.

Pour la plupart des étrangers, cette différence de culture est interprété faussement par de l’attention excessive à leur égard. Bien sûr que si j’ai préparé bon repas à C. c’est parce qu’elle me plaisait. Mais le problème c’est qu’elle est persuadée que j’ai fait un effort énorme pour préparer tout ça!

Elle est habituée à ce que vous pouvez voir dans les séries tels que « The Big Bang Therory», où tous les repas sont pris en take away, et mangés sur le canapé. Elle n’est pas habituer à ce que quelqu’un discute de façon intéressé et intéressante avec elle pendant un repas qui du coup dure beaucoup plus longtemps parce que chaque instant passé à parler n’est pas passé à manger. Elle pense que j’ai passé l’après-midi à préparer à manger pour elle, alors que j’ai passé à peine plus de temps qu’il ne m’aurait fallu pour me faire cuire des pâtes.

Cuisine & drague : la place du repas dans les films français

La relation qu’ont les français avec la nourriture se retrouve encore une fois très bien représentée à la télé. Allumez votre télé, chercher le premier téléfilm français que vous pouvez trouver, et je peux vous parier qu’il y aura une scène de repas, dénuée de toute justification, parce qu’après tout c’est normal. Amélie Poulain préparait bien ses légumes elle-même… Maintenant, prenez un film hollywoodien. Afin de voir une scène de repas un peu similaire, il faut que ça soit Noël ou Thanksgiving.

Enfin je m’égare. L’important ici est de comprendre cette différence de culture et de l’assumer. Préparez lui des plats sans trop vous prendre la tête, dressez une table honnête sans pour autant vous croire dans une émission culinaire, prenez le temps de manger à table comme vos parents vous l’ont appris (ou auraient dû vous l’apprendre), et je vous assure que vous passerez pour un grand chef à l’étranger (on m’a demandé l’autre jour si je possédais une toque de chef alors que je mettais en place une raclette, c’est pour dire…).

Alors bien sûr, je généralise, les américains ne sont pas tous comme ça, certains savent préparer à manger, et je respect ces derniers encore plus qu’un bon cuisinier français. Et oui, ils ont des rites accès autour de la nourriture. Le premier, c’est le petit déjeuner. D’ailleurs, ils ont peut-être quelque chose à nous apprendre là-dessus, parce que faire cuire deux œufs et trois tranches de bacon le matin, c’est une attention simple et efficace. Mais ça n’a pas ce côté « romantique » du diner préparer avec amour.

Et bien sûr je parle beaucoup des américains, mais faites attention, afin d’impressionner une fille qui a grandi en Asie, ou sur le bassin méditerranéen, il va vous falloir beaucoup plus que des pâtes à la carbonara – Note de Stéphane : c’est parce que tu ne sais pas les faire, tes carbos, comme tous les français. Tiens, ça c’est des carbos :

Draguer & cuisiner : même des *bonnes* pâtes à la Carbonara ça peut le faire
Hostaria Roma
Via del Boccaccio, 1
00187 Roma.

Cuisine & drague : abusez de la (bonne) cuisine pour séduire!

Mais comme nous avons encore la chance que l’inconscient collectif international soit beaucoup véhiculé par les films hollywoodiens, la plupart des filles sont persuadées que les français sont de grands cuisiniers ainsi que de grands romantiques pour passer le repas à table, ainsi que l’aubaine qu’il ne faille pas faire des efforts énormes par rapport à nos standards pour la conforter dans ce sens-là. Alors n’hésitez pas à en user et à en abuser, ça marche presque à tous les coups.

Clovis

Credit photo : Helga Weber


SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "Etre sexué"
  1. Changez de vie et exploitez votre potentiel
  2. Devenez plus écouté, plus intéressant et plus charismatique
  3. Développez votre énergie physique et votre force mentale
  4. Découvrez les petits secrets des hommes séduisants
  5. Assumez et développez votre masculinité
SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "intelligence sociale"
  1. Gagnez en intelligence sociale et en aisance relationnelle
  2. Agrandissez votre réseau
  3. Découvrez les petits secrets des hommes séduisants
  4. Terrassez la timidité à grands coups de poings dans la g.

9 commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • D’accord avec l’ensemble du message. J’irais même à un cran supérieur: la plupart des jeunes français aujourd’hui (18-25 ans) sont autant surpris que les Américains quand je leur dit que oui, je mange du poisson, des légumes, quatre ou cinq types de viande différentes, et oui je fais la cuisine deux fois par jour…
    Je ne compte plus le nombre de collègues de promo qui se font des repas chips…

    PS: les fautes d’orthographe, à revoir.

  • @Valentin : entièrement d’accord, le niveau général est tellement bas aujourd’hui que, même avec de simples pâtes parfaitement exécutées, tu t’attires des ooooohh et des aaaaaah

  • Ayant fait un CAP cuisine je me suis aujourd’hui réorienté, je suis en fac de médecine en 2éme année donc fréquentant un tout autre milieu, et je ne peux que confirmer ce qui est dit dans ton article Clovis.
    Beaucoup de personne, que ce soit hommes ou femmes, sont presque impressionnées à chaque fois que je leur fait quelque chose de « basique » à manger. Plusieurs des filles que j’ai rencontré me disent que savoir cuisiner est un atout considérable chez un homme, et j’ai pu le vérifier à de nombreuses reprises.
    D’ailleurs pour rajouter un point suite à ton article c’est que de plus en plus de français/française eux-mêmes sont impressionnés par de la cuisine que je qualifierai de basique comme dit plus haut, comme quoi nous sommes peut être en train de perdre cette grande qualité.

  • Maurice: Merci.
    En faite la réflexion est la même, c’est juste que là j’ai réalisé que j’étais plus que avec des expatriés français et que tout le monde n’avais pas forcément la problématique en tête. Du coup j’ai pris un peu plus mon temps pour expliquer les tenants et les aboutissants.
    Herald: l’intérêt n’est pas dans le fait d’impressionner une fille et de le montrer, c’est plus sur le fait de comprendre pourquoi et de vous le faire partager, afin que vous aussi vous puissiez impressionnez « les américaines de secondes zones » si c’est ton truc, mais aussi de vraie femmes. Je préfère les secondes pour ma part.

  • Donc le coté « lover » du frenchy serait tout simplement dû à son rapport à la cuisine et à sa facon de manger ??? Un peu réducteur non? Article intéressant mais qui l’aurait été d’autant plus s’il n’avait pas été racoleur et, justement, dans le fait de « vouloir se jetter des fleur » sur un fructueux succès d’avoir impressionné une américaine de seconde classe… Bel effort tout de même et j’admire la conviction d’analyse!

    Herald

  • @ Pierre
    Et encore, quand on est en bonne compagnie, que les plats sont bons, les vins agréables et que les discussions s’enchaînent, 3 heures, c’est finalement peu, quand on y pense. Mais comment font les autres ? ^^

  • Pour l’anecdote je suis en République Tchèque depuis quelques mois et on m’a déjà raconté plusieurs blagues sur les français qui illustrent bien les clichés sur notre pays.

    Par exemple ils ont des blagues sur des français qui pouvaient passer jusqu’à 3 heures à table. Ils en revenaient pas quand je leur ait expliqué que pendant certaines occasions c’était loin d’être exceptionnel.

    Tout comme le directeur de la faculté ou j’étudie, qui est venu plusieurs fois en France pour les affaires. Il nous demandait avec humour : Comment fait on pour être une grande nation alors qu’on passe nos journées à table ?

  • Et si la différence entre la culture française et la culture américaine était tout simplement comparable à celle entre les crêpes et les pancakes. Ou les pizzas américaines et italiennes pour nos voisins latins.