Comment réussir dans la vie quand on n’a pas fait Polytechnique



Comment réussir dans la vie, par Simon.

Je prends aujourd’hui mon ordinateur, alors que je suis en vacances sur la Côte d’Azur, où je vais encore vivre pendant minimum un an, et peut-être même pour le restant de mes jours : une fois habitué, on ne peut plus se passer du soleil. Une vue magnifique s’offre à mes yeux par-delà le balcon où je suis installé.

Cela fait maintenant un peu plus d’un an que j’ai fait un atelier Dream Job avec Stéphane. C’était juste avant mon entrée en école d’ingénieurs, ce qui avait même intrigué Stéphane puisqu’il m’avait demandé si je ne pensais pas qu’à 20 ans, c’était un peu tôt pour faire un atelier de ce type, ce à quoi je lui avais répondu que non, car le recul était, et reste toujours, ma plus grande arme, surtout compte tenu du fait que je veux réussir dans la vie. Et puisqu’on parle de recul, un an, c’est plutôt bien pour faire un retour sur mon ressenti. Je viens de trouver un stage, dont le sujet sera une excellente « carte de visite » sur mon CV, au sein d’une entreprise internationale. Pour cela, j’ai à la fois appliqué le savoir qui m’a été dispensé par Stéphane, et, avec un peu plus de parcimonie, celui que l’on m’a fournit dans mon école. Et puisqu’une très grande partie des membres sur ce site proviennent, se destinent, ou sont encore (c’est mon cas) en école d’ingénieurs, je ne résiste pas à l’idée de vous faire partager l’une de mes réflexions à ce propos.

Ingénieurs : école généraliste vs école spécialisée

Il est particulièrement vrai que, dans leur grande majorité, les écoles d’ingénieurs généralistes sont plus prestigieuses que les écoles spécialisées. Nationalement (voire mondialement) connues, elles permettent parfois d’obtenir des prestations supérieures lors du premier emploi, il ne servirait à rien de le nier. Toutefois, et les statistiques vont dans ce sens, les élèves des écoles spécialisées qui mènent bien leur carrière, car la passivité vous placera droit sur la case « médiocrité », obtiennent avec le temps de meilleurs résultats. Alors, effectivement, je vous vois déjà venir en me disant que les Polytechniciens, les Centraliens de Paris, où les élèves des Mines de Paris sont les futurs patrons de la société de demain. Certes, leur formation leur offre plus de possibilités (et de facilité) pour gravir les échelons de la société. Certes, ils ont mieux réussi les concours que certains autres. Mais cela n’en fait pas des dieux, loin de là. Les élèves des écoles spécialisées sont parfaitement capables de rivaliser avec eux, et je dirais même que leur formation (spécialisée) leur offre même un atout des plus considérables, qu’ils feraient bien d’utiliser plus souvent.

réussir dans la vie
Réussir dans la vie, c’est aussi apprendre à ne pas toujours réagir comme lui

Réussir dans la vie : Mr Martin ou Mr Dupont ?

Je vais reprendre un exemple que j’avais trouvé très parlant lors de mon atelier Dream Job avec Stéphane, juste avant mon entrée en école d’ingénieurs. Imaginez : vous devez faire réparer la tuyauterie de votre lavabo, qui n’arrête pas de fuir, mouillant matin après matin vos chaussettes sèches, inlassablement. Vous faîtes donc les recherches qui s’imposent pour trouver un plombier digne de ce nom, qui pourra résoudre ce problème. Cette prospection approfondie vous permet de dégager deux plombiers sérieux et assez talentueux, si l’on en croît les forums que vous avez parcouru, et qui vantent les mérites, de façon équivalente, de ces deux plombiers. L’un s’appelle M. Martin : il a trente ans, cela fait dix ans qu’il s’occupe de travaux ménagers divers pour le compte de particuliers, comme, entre autres, la plomberie. Le deuxième s’appelle M. Delassue : de même, il a trente ans, et depuis dix ans également, il s’occupe de la plomberie, et uniquement de la plomberie, de dizaines de particuliers. Soyons honnêtes … lequel pensez-vous que vous choisirez pour effectuer les réparations ? M. Martin ? Je ne crois pas. Il est clair que M. Delassue, puisqu’il s’est occupé uniquement de la plomberie au cours de ses dix années d’expérience, est plus qualifié que M. Martin pour cette tâche. Voyez-vous venir le parallèle avec les écoles d’ingénieurs ?

C’est en faisant l’analogie avec l’exemple précédent que l’on se rend compte que les élèves des écoles spécialisées seront toujours plus compétents dans leur domaine de prédilection que ceux des écoles généralistes. Et je pense que c’est l’un des points qu’il faut faire valoir lors de la procédure d’embauche, si vous venez d’une école spécialisée. Reste encore à choisir la bonne spécialité, c’est-à-dire celle qui fait battre votre cœur plus fort que les autres (la mécanique, pour ma part) … Attention, tout de même, à ne pas décrier les écoles généralistes auprès des personnes à qui vous parlerez dans l’entreprise, tant que vous ne savez pas où ces personnes ont fait leurs études. Par contre, montrer, grâce à un CV plus pointu, une lettre de motivation bien tournée, que vous êtes mieux que les autres candidats est l’une des idées à implanter dans le cerveau des recruteurs, pour reprendre une expression d’un film récent, qui commence bien mais finit assez tordu, je veux bien sûr parler du célèbre Inception.

C’est ce que l’on apprend à faire lors d’un atelier Dream Job, on vous apprend à réussir dans la vie professionnelle. Si vous hésitez encore à faire confiance à Stéphane pour votre recherche d’emploi, et bien … vous avez tort. Je ne saurais pas le dire plus explicitement. Alors, certes, c’est un investissement, mais citez-moi une chose de nos jours qui soit à la fois rare et bon marché … d’autant que, comme le répètent les nombreux commentaires à ce sujet, l’atelier Dream Job permet d’amortir cet investissement, si vous êtes attentif et prenez suffisamment de recul par rapport à ce qui est enseigné. Je vais donc conclure en disant, comme l’avait fait Stéphane lors du séminaire sur l’énergie, que c’est en se lançant dans l’action que l’énergie arrive. L’attente est la pire des consommatrices d’énergie.

Mais pour réussir dans la vie … Il faut avant tout vous lancer !

Simon


SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "ce que vos parents auraient dû vous apprendre"
  1. Changez de vie et exploitez votre potentiel
  2. Gagnez en intelligence sociale et en aisance relationnelle
  3. Décodez la psychologie féminine comme un livre ouvert
  4. Découvrez les petits secrets des hommes séduisants
SEMINAIRE SUR CE THEME
- Commandez le séminaire "100 jours pour la rendre amoureuse"
  1. Consolidez les relations et épanouissez-vous en couple
  2. Décodez la psychologie féminine comme un livre ouvert
  3. Découvrez les petits secrets des hommes séduisants
  4. Découvrez la puissance d'avoir une connexion sexuelle avec quelqu'un

16 commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Une proportion non négligeable des millionnaires sont des autodidactes, autrement dit des gens avec une grande pensée latérale. Passer par une grande école pas de souci, mais il faut impérativement garder une bonne pensée latérale

  • Faire une analogie d’un bac+5 avec un plombier : bravo…
    Un ingénieur n’est pas qu’un super technicien, on en attend plus de lui.

    Je te laisses maintenant profiter de tes soirées étudiantes et des tes révisions de partielles faites à l’arrache. Profites en bien.

  • Moi ce qui me désole, ce sont vos combats de cocqs.
    Malheureusement et bien que tout le monde ait ici plus ou moins raison, c’est que pour trouver un job il vaut mieux connaitre du monde. Les entreprises ne jurent que par la cooptation tellement la crise de l’emploi est importante.

    Vive les remplacements de postes par des stagiaires! Les écoles sont les premières a marcher dans la combine.

    L’autre jour j’étais mort de rire lorsque j’ai appris qu’un ami a moi allait vendre des cosmétiques au Vietnam dans le cadre d’un stage de formation de son école. Et puis quoi encore? Les vietnamiens ne sont ils pas capables de le faire eux mêmes?!
    Le monde tourne a l’envers sous prétexte de débusquer de nouveaux marchés..

    On se prépare vraiment une vie triste et misérable.. Bientôt on trouvera du boulot uniquement dans les pays émargeants :-)

  • J’ai bien lu l’article de Stéphane présentant son point de vue sur la hiérarchisation des rôles d’une grande école. Je suis globalement d’accord avec lui. Mais de là à dire que parmi ces rôles, fournir des compétences ne figure pas, cela me parait bizarre : je ne suis pas certain que l’on soit prêt à devenir ingénieur à BAC+2 …b

  • Simon, c’est dommage d’être aussi buté au lieu de profiter des critiques sur ta façon d’envisager le début de ta vie professionnelle.

    Des ingés, et d’écoles variées, il y en a pas mal ici. Je t’avais rapidement écrit en MP pour t’aiguiller sur cette histoire de compétences qui ne sont, ne t’en déplaise, pas du tout l’objectif d’une formation d’ingénieur – et encore moins généraliste.
    Plusieurs personnes ont eu la même réaction.

    Si le recul est ta plus grande arme, il serait temps de dégainer.

  • titre accrocheur, article vide.

    Comment, à 21 ans, penser vouloir rester toute sa vie au même endroit… ?

    …tout en voulant, quelques lignes plus bas, travailler dans une entreprises internationale ?

  • Si vous n’aimez ce qui est écrit, pourquoi donc continuez-vous à lire ? Pourquoi même vous donnez-vous la peine de commenter ?
    Pour ma part, plus je relis l’article, plus je me dis que j’ai mis le doigt sur une vérité difficile à avaler …
    C’est toujours le cas avec ce genre d’idées : les gens sont choqués, parce qu’ils ont été bercés depuis leur plus tendre enfance dans de fausses croyances. A trop rechercher le prestige, on passe la plupart du temps à côté de la qualité de la formation et de son adéquation avec ce qu’on veut vraiment faire de sa vie … mais vous avez raison sur un point : vous êtes libres de garder vos fausses croyances fausser la vision que vous avez de la vie.
    A bientôt.

  • Le titre était accrocheur, dommage qu’il débouche sur un article digne de letudiant.fr! Enfin non, car la rédaction de letudiant.fr ne se serait pas risquée à publier cet article malheureusement assez naïf. Les élèves des écoles dont tu parles, dont Polytechnique, même si son nom pourrait le laisser croire, n’ont pas vocation à la multicompétence. Ils sont formés à avoir une grande capacité de travail, un esprit analytique et synthétique, pour être capables de se plonger dans n’importe quel domaine technique (ou pas) en peu de temps. Quelqu’un qui se cantonne plus de quelques années à un domaine très précis, c’est soi un technicien (tout à fait honorable au demeurant), soit un scientifique (ce que deviennent par la suite beaucoup de polytechniciens d’ailleurs). Un ingénieur est pluridisciplinaire.

    En tout cas le message subliminal « pour réussir ma vie sans avoir fait l’X, je fais le séminaire de spikeseduction » est plus léger. Dommage, ce site nous a habitués à bien mieux. En tout cas, cher auteur, tu affiches une certaine confiance en toi et tes choix, et c’est au moins un vrai atout, je te souhaite tous les succès! Attention à ne pas faire de Stéphane ton dieu et de ne pas tout voir à travers ses yeux.

  • Bon, peut-être manque-je un peu de recul : je vous dirai ça dans cinq ans.
    Pour ma part, je sais que je pense d’une manière différente de la vôtre, et c’est la façon dont j’amène les choses qui vous choque (ce qui me rapproche, de ce fait, de la 1ère catégorie des personnes à fréquenter du dernier article de Diane) …
    Je ne sais pas ce que dit Stéphane de mon article, mais en attendant, il pense fermement que la multi-compétence est un mythe.
    Vous vous focalisez sur l’exemple central de l’article, le critiquez, alors qu’il provient directement de lui … Si vous réfléchissez d’une autre manière, vous vous apercevrez qu’il est difficile de trouver plus parlant.
    Vous relevez des choses futiles, vous dites même qu’il manque des éléments à mon article, alors qu’au final, s’il est agencé comme cela, c’est qu’il y a une raison. On en revient donc au deuxième point de mon commentaire : notre schéma de pensée est différent.

  • Je pense que l’ensemble des commentaires est représentatif de ce qui se passe dans le recrutement en France, une grande école de commerce sur le CV, une ligne de plus ajoutée, et voilà que tant de difficultés s’évanouissent. Je suis certain que la méthode de Stéphane est pertinente, efficace, mais je pense que Blink77, manque également de recul. Bonne journée !

  • Mon ton était inutilement offensant, et je m’en excuse.
    Le but d’un atelier est, je suppose (je n’en ai jamais fait), d’apprendre à être précis sur ses compétences, ses souhaits et à adapter son cv à l’emploi pour lequel on postule. C’est une très bonne chose. Pour autant, cet article ne fournit pas une bonne analyse du milieu du travail « qualifié ». Et il te manque précisément…du recul.

  • Pour Arf …

    1) « Le passage par une école d’ingénieur n’a jamais été fait pour acquerir de connaissance ou formation, il ouvre un carnet d’adresses. »
    Certes, le passage par l’école te fournit un réseau, une sorte de signature qui te suivra dans ta vie professionnelle. Par contre, toi, tu étais prêt à être ingénieur à la sortie de ta classe préparatoire ? J’en doute … Sinon, il n’y aurait pas d’école d’ingénieurs, je te signale. Il est prétentieux de ta part de prétendre ne pas en avoir besoin.

    2) « L’entreprise dans laquelle un ingénieur sera nommé dépend de l’école qu’a fait le recruteur. »
    Qu’est-ce-qu’il ne faut pas entendre comme conneries : si tu te limites aux entreprises dans lesquelles le recruteur vient de ton école, ta vie professionnelle va être passablement … limitée, justement. Et d’ailleurs, c’est loin d’être en accord avec l’enseignement que Stéphane dispense lors d’un atelier Dream Job …

    3) « Il ne suffit pas de prendre une belle image de tuyau, de faire un stage dans une entreprise internationale, et d’habiter la côte d’Azur pour écrire un article intéressant. »
    Prendre une belle image de tuyau ? On voit que tu n’as jamais publié sur le site de Stéphane : c’est lui qui choisit l’illustration … avant de juger et de commenter, on s’assure que ses sources soient correctes, ou alors qu’on soit bien informé (règle de comportement social élémentaire). Faute de quoi, on s’expose au ridicule, et les remarques frôlent alors la débilité.
    Faire un stage dans une entreprise internationale ? Si c’est ce que tu retiens de l’article, tu fais fausse route, il n’a nullement été écrit pour parler de moi. Il est à caractère informatif, et est sensé convaincre les gens qu’investir sur soi en faisant un atelier Dream Job est LA MEILLEURE chose à faire si on veut s’assurer une meilleure vie.
    Oui, j’habite sur la Côte d’Azur … et alors ? Je te signale que le paragraphe où tu as relevé cette information ne s’appelle pas « paragraphe d’introduction » pour rien … le coeur informatif de l’article est loin d’être dans ce paragraphe d’ailleurs. Et Stéphane commence toujours ses articles en se situant géographiquement ou en décrivant ses alentours.

    4) « Article qui démontre surtout le jeune âge de son auteur »
    Si tu es intelligent et que tu as bien été attentif en lisant ce message (je doute du dernier point vue la faible pertinence de ta critique avec le sujet de l’article), tu te seras rendu compte que même si je n’ai que 21 ans, je ne me limite pas aux activités prévues à cet âge. Pourquoi penser devrait-il être réservé aux gens plus âgés ? Par ce qu’ils ont plus d’expérience ? Peut-être … en attendant, j’ai quelque chose que peu de personnes ont, et Stéphane l’avait beaucoup apprécié lors de notre rencontre : je pense que le recul est ma plus grande arme … mais si tu as bien lu l’article, tu le sais déjà.

  • Aïe…
    Ou comment comparer le boulot d’un ingénieur à celui d’un technicien…

    Cet article a-t-il été accepté uniquement parce-qu’il vante les mérites des séminaires dream job ?

    Tant de conseils avec une telle ignorance du marché de l’emploi rappelle l’arrogance de certains ingénieurs, qui, à peine sortis de leurs écoles, pensent avoir déjà tout compris.

  • Article qui démontre surtout le jeune âge de son auteur, et son réel manque de connaissance du milieu du travail en France. Le passage par une école d’ingénieur n’a jamais été fait pour acquerir de connaissance ou formation, il ouvre un carnet d’adresses. L’entreprise dans laquelle un ingénieur sera nommé dépend de l’école qu’a fait le recruteur. Il ne suffit pas de prendre une belle image de tuyau, de faire un stage dans une entreprise internationale, et d’habiter la côte d’Azur pour écrire un article intéressant.